Le changement dans la police, c’est maintenant !

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

 

Pendant qu’aux Etats-Unis les protestataires sont en passe d’obtenir un démantèlement de la police de Minneapolis, en France, Christophe Castaner a annoncé lundi 8 juin que la méthode dite de « l’étranglement » sera abandonnée. Emmanuel Macron a de son côté demandé à la ministre de la justice de se pencher sur le dossier d’Adama Traoré, dont la famille vient de refuser une invitation et appelle à un nouveau rassemblement samedi 14 juin.

 

Minneapolis fait le grand ménage dans sa police

Suite au slogan « Defund the police » (defaire la police, lire l’appel de L’acteur et activiste Kendrick Sampson ), entonné par les manifestants de Minneapolis, mais aussi d’autres villes américaines, la ville vient de prendre une décision quasi historique : « Nous nous sommes engagés à démanteler les services de police tels que nous les connaissons dans la ville de Minneapolis et à reconstruire avec notre population un nouveau modèle de sécurité publique qui assure vraiment la sûreté de notre population », a déclaré Lisa Bender, présidente du Conseil municipal de Minneapolis, sur CNN. Quel serait donc ce nouveau modèle ? La plateforme 8cantwait propose huit initiatives qui, si elles sont adoptées, pourraient diminuer de 72% la violence de la police. Parmi elles : cesser les arrestations avec des techniques de strangulation ou d’étranglement, avertir avant de tirer, ne tirer qu’en dernier recours ou encore arrêter de tirer sur des voitures en mouvement. Le but est d’éviter que des personnes soient blessées ou tuées lors d’interpellations ou de contrôles, en repensant de façon globale l’usage de la force.


Lire aussi : L’affaire Adama Traoré, vue de l’étranger

———————————————————————————————————–

La France reste dans le déni et hésite entre les paroles et les actes

Après avoir rappelé que le racisme n’avait pas sa place dans la police, le ministre de l’intérieur a déclaré : « J’ai demandé à ce qu’une suspension soit envisagée pour chaque soupçon d’acte ou de propos raciste ». Christophe Castaner avoue donc qu’avant ce n’était pas le cas.  Tout en récusant le terme de violences policières : « Je refuse l’amalgame qui consiste à penser qu’une profession globale porterait l’infamie de ces violences. Je refuse de dire que l’institution est raciste, mais oui, il y a des policiers racistes », il annonce que la méthode d’interpellation de la « prise par le cou », dite de « l’étranglement », sera « abandonnée », et ajoute, « elle ne sera plus enseignée dans les écoles de police et de gendarmerie. C’est une méthode qui comportait des dangers ». Très bien, mais les policiers font quoi en attendant monsieur le ministre ?

 

La famille d’Adama Traoré refuse de se rendre au ministère de la justice

La famille d’Adama Traoré donne ses raisons et insiste sur le fait qu’elle « demande depuis quatre ans que les gendarmes entre les mains desquels est mort Adama Traoré soient convoqués devant la justice, interrogés et mis en examen. La famille d’Adama Traoré rappelle qu’elle attend des avancées judiciaires, et non des invitations à la discussion qui n’auraient aucune finalité procédurale ».

La famille appelle par ailleurs à un « rassemblement national massif » samedi 13 juin, à 14h30, au départ de la place de la République à Paris.

Written by admin