Assassinat de Malcolm X : une lettre accuse le FBI et la police new-yorkaise de collusion

La Rédaction.

 

Samedi 20 février, lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion du 50e anniversaire de l’assassinat de l’icône Malcolm X à laquelle ont assisté trois des filles et des membres de la famille de Raymond Wood, l’officier auteur de la lettre posthume, la famille a dévoilé une lettre qui révèle que la police de New York et le FBI ont conspiré pour le meurtre du leader afro-américain. Et demande l’ouverture d’une enquête. Le leader charismatique a été assassiné le 21 février 1965.

 

Le FBI et la police de New-York au banc des accusés

Près de 56 ans après l’assassinat de Malcolm X à New York, les avocats et les membres de la famille du défunt leader des droits civils et nationaliste noir ont publié de nouvelles preuves qui, selon eux, montrent que la police de New York et le FBI ont conspiré dans son assassinat. Selon la famille de Malcolm X, une lettre montre que la police de New York et le FBI ont conspiré pour son meurtre.
Raymond Wood, un ancien officier sous couverture affirme dans une lettre posthume avoir subi des pressions de la part de ses supérieurs pour inciter deux des agents de sécurité de Malcolm X à commettre des crimes, quelques jours avant l’assassinat du 21 février 1965.
Selon la lettre écrite par Raymond Wood et été autorisée à titre posthume par un cousin, les arrestations ont empêché les deux hommes de gérer la sécurité des portes de la salle de bal Audubon à Washington Heights le jour de la fusillade. Mais aucun détail sur les circonstances et le moment du décès de Raymond Wood n’a été fourni.
« Sous la direction de mes supérieurs », indique la lettre, « l’on m’a dit d’encourager les dirigeants et les membres des groupes de défense des droits civils à commettre des actes criminels ».

 

Le documentaire qui a incité l’ouverture d’une enquête

L’année dernière, l’assassinat a fait l’objet d’un documentaire en six parties sur Netflix, Who Killed Malcolm X ? qui a réexaminé des questions qui se posaient depuis longtemps, à savoir si deux des trois hommes condamnés pour la fusillade étaient innocents. En 2011, un inspecteur de la police de New York impliqué a écrit : « L’enquête a été bâclée.« 

 

Le documentaire a incité le procureur de Manhattan, Cyrus Vance Jr, à revoir les condamnations dans cette affaire. Après la conférence de presse de samedi, le bureau de Vance a déclaré que la révision était « active et en cours ». Dans une déclaration séparée, le NYPD a déclaré qu’il avait « fourni à Vance tous les documents disponibles relatifs à cette affaire » et qu’il « reste engagé à aider à cette révision de quelque manière que ce soit ».

 

Une commémoration pour continuer le combat

En établissant un lien entre la mort de son père et la souffrance de ceux qui sont morts en tant qu’esclaves ou en luttant pour les droits civils, Ilyasah Shabazz a déclaré : « Il est important que nous veillions à ce que leur vie n’ait pas été prise en vain ». Lors d’un rassemblement précédent, devant la foule des habitants de Harlem, elle a déclaré que son père ne devait pas être « effacé de l’histoire ».

Le mémorial Malcolm X

« Il a compris qu’ils avaient un but et une vie et qu’ils devaient s’assurer que nous donnions du pouvoir à la prochaine génération », a-t-elle déclaré. « Quand nous comprenons l’histoire, nous comprenons que nous ne pouvons pas rester les bras croisés et attendre que quelqu’un fasse quelque chose pour nous. C’est notre responsabilité. Nous devons le faire ».

La fille du leader noir a exhorté son auditoire à s’assurer que « les programmes éducatifs intègrent notre histoire, et qu’ils le fassent tout le temps, pas seulement pendant le mois de février [le mois de l’histoire des Noirs], mais qu’ils fassent partie de notre programme éducatif américain ».

 

Ilyasah Shabazz
Ilyasah Shabazz (à gauche dans les mains de son père)

A peine âgée de trois ans lorsque son père a été tué par balles à Harlem en 1965, Ilyasah Shabazz a déclaré que sa mère, Betty Shabazz, lui avait inspiré le travail de militante et qu’elle était « déterminée à faire en sorte que son mari ne soit pas rayé de l’histoire ».

Le sénateur de l’État de New York, James Sanders, du district de Queens, a demandé aux autorités fédérales et de l’État de rouvrir l’enquête sur le meurtre de Malcolm X, qui est un point sensible depuis des générations. Sanders a déclaré qu’il demanderait au maire Bill de Blasio de signer une lettre de soutien à une nouvelle enquête, tout en ajoutant que quoi qu’il arrive, l’héritage de X avait vaincu son assassin. « Ils pensaient pouvoir se débarrasser de lui », a déclaré Sanders, « mais il est vivant aujourd’hui. »

 

Source : The Guardian

Written by La Rédaction