#JohnBoyega : « Dans #StarWars, les rôles non blancs sont finalement écartés »

La Rédaction

 

John Boyega avait fait sensation lors des rassemblements britanniques de #BlackLivesMatter en juin, suite à la mort de #GeorgeFloyd. Lors d’un discours enflammé et inspiré, il avait exprimé son ras-le-bol du racisme systémique, et déclaré sa flamme à la femme noire. Après la saga « Star Wars » dont il parle ici, il est à l’affiche de « Small Axe » de Steve McQueen qui explore le racisme institutionnel, et est pressenti pour jouer avec Jaime Foxx, Teyonah Parris dans  « They Cloned Tyrone ».

 

Une expérience à l’origine de ses indignations

Dans sa première interview depuis la fin de Star Wars accordé au magazine GQ, il explique comment les deux plates-formes l’ont inspiré à prendre position, mais pour des raisons très différentes. Aujourd’hui, dans Small Axe de Steve McQueen, où il joue le rôle d’un policier du Met dans les profondeurs du racisme institutionnel et où il brise les attentes de son secteur d’activité en matière de silence, l’acteur et le militant ne font qu’un. Mais son indignation de l’injustice aurait un point de départ. Il y a huit ans, de retour au Nigéria, à 20 ans, après son premier film en Angleterre, Attack The Block (Joe Cornish, 2011) pour tourner dans l’adaptation à l’écran du roman Half Of A Yellow Sun de l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. Blessé lors du tournage et à la recherche d’un médecin, il  emprunte une pirogue à moteur qui fait la liaison entre Calabar et Creek Town, deux quartiers séparés par un fleuve ; le conducteur aurait arrêté la pirogue en pleine traversée et exigé de John qui, de par son accoutrement trahissait visiblement qu’il vivait en occident, une rallonge pécuniaire s’il voulait continuer la traversée.

 

 

« Jétais très effrayé », raconte Boyega, en me rappelant les regards attendus des autres passagers, le clapotis de l’eau, le balancement tendu du bateau. Mais je pense que c’était la première fois que je me suis mis en mode « combat ou fuite » et que je me suis dit : « Bon, eh bien, nous allons alors tous les deux mourir aujourd’hui parce que je ne vais certainement pas reculer ». Je lui ai dit : « Je vais vous payer ce qui vous est dû, mais nous allons tous les deux mourir dans la mer ici si vous pensez que je vais sortir comme ça ou que vous pouvez obtenir plus de moi ».


Lire aussi : Affaire #GeorgeFloyd. John Boyega, l’acteur de #StarsWars attaqué pour avoir dit qu’il détestait les racistes


 

Les critiques à Stars Wars

John Boyega qui jouait l’ancien soldat d’assaut Finn affirme que le processus de la saga l’a changé et l’a mis en « colère ».  Il a critiqué le traitement des personnages non blancs dans les derniers épisodes Star Wars, affirmant que ces derniers ont été commercialisés comme des éléments importants de la franchise mais qu’ils ont finalement été « mis de côté ».

Dans cette interview au magazine GQ mercredi, Boyega a exprimé son amertume sur la façon dont son rôle de soldat d’assaut Finn s’est effacé dans les derniers épisodes de la trilogie qui s’est terminée avec The Rise of Skywalker en 2019.

« Ce que je dirais à Disney, c’est de ne pas faire sortir un personnage noir, de le commercialiser pour qu’il soit beaucoup plus important dans la franchise qu’il ne l’est, et de le mettre ensuite de côté. Ce n’est pas bon. Je vais le dire franchement », a-t-il déclaré. Et affirmé que ses collègues acteurs non blancs Naomi Ackie, Kelly Marie Tran et Oscar Isaac avaient connu des destins linéaires, tandis qu’Adam Driver et Daisy Ridley avaient pris de l’importance dans les rôles principaux de Kylo Ren et Rey. Même si certains l’accuseraient d’avoir « inventé » tout ça, il reste persuadé que la hiérarchie des personnages dans Le dernier Jedi était difficile à accepter.

 

« Ils ont donné toute la nuance à Adam Driver, toute la nuance à Daisy Ridley. Soyons honnêtes. Daisy le sait. Adam le sait. Tout le monde le sait. Je n’expose rien du tout », a dit Boyega.

Il affirme en outre que Star Wars ne savait pas quoi faire des personnages non blancs. « Alors que voulez-vous que je dise ? Ce qu’ils veulent qu’on dise : « J’ai aimé en faire partie. C’était une grande expérience… Non, non, non. Je le dirai quand ce sera une grande expérience. »

« Je suis le seul membre de l’équipe qui a eu une expérience unique de cette franchise basée sur sa race », a déclaré Boyega. « Ça vous met en colère un tel processus. Cela vous rend beaucoup plus militant ; cela vous change. »

Dans un post sur les médias sociaux, Boyega a ensuite ajouté : « Je sais que vous vous demandez tous ce qu’il va se passer ensuite. Où allons-nous à partir de là ? Parce que je pense à la même chose ! Des conversations sur les entreprises noires, la propriété et le soutien se produisent, et je continuerai à avoir ces conversations avec la pleine intention de faire naître des idées qui soient durables et tangibles ».

Written by La Rédaction