blacknews.fr

Angela Bassett en lutte contre la censure sur l’histoire des Noirs

Après l’interdiction de “The Bluest Eye” de Toni Morrison dans le district scolaire du Missouri, la star de 9-1-1 et de Black Panther considère la hausse des interdictions de livres comme un signe que la mise en lumière d’histoires inédites est plus vitale que jamais.

 

Des interdictions de livres de plus en plus fréquents

Angela Bassett qui, avec son mari Courtney B Vance, sont à la production de la série documentaire Mille ans d’esclavage (lire notre article), s’insurge contre la censure sur l’histoire des Noirs.

Dans un courrier par dans Entertainment Weekly paru le 18 mars, l’actrice donne son sentiment sur cet épineux problème.

“Il semble qu’avec chaque jour qui passe, il y ait plus d’interdictions de livres et de pans de l’histoire américaine que les gouverneurs et les législatures des États veulent effacer. L’un de mes romans préférés, The Bluest Eye de Toni Morrison , a récemment été ajouté à une liste interdite – ce qui me signale à quel point il s’agit d’un travail audacieux. Après tout, personne n’interdit les livres ou les enseignements qui ne sont pas influents ou importants.

En tant que parents de jumeaux de 16 ans qui iront bientôt à l’université, mon mari, Courtney, et moi pensons qu’il est essentiel que nos enfants fassent leur chemin dans ce monde avec une compréhension et une connaissance complètes du pays dans lequel ils vivent. Cela se produit alors que nous partageons avec eux des détails factuels sur les difficultés, la douleur et la tragédie des Noirs, mais aussi des vérités qui illustrent notre détermination, nos réalisations et notre triomphe.

 

La décision de blanchir les expériences des Noirs américains, prise par de nombreux responsables de la gestion des États, des municipalités et des conseils scolaires, est alarmante. Nous voulons nous assurer que de nombreux événements qui ont eu un impact majeur sur des générations d’Afro-Américains seront relatés et ne seront jamais perdus. 

 

Courtney et moi avions cette même mission à cœur lorsque nous avons décidé de former notre société de production : rendre hommage à l’influence de nos ancêtres et reconnaître une histoire importante et souvent méconnue avec des racines dans la communauté noire. Nous avons lancé Bassett Vance Productions il y a deux ans, mais le travail que nous présentons au monde a pris une plus grande importance et urgence.

La décision de blanchir les expériences des Noirs américains, prise par de nombreux responsables de la gestion des États, des municipalités et des conseils scolaires, est alarmante. Nous voulons nous assurer que de nombreux événements qui ont eu un impact majeur sur des générations d’Afro-Américains – mais qui ne sont peut-être pas connus de l’ensemble des citoyens – seront relatés et ne seront jamais perdus. Les contributions que nos ancêtres ont apportées à la nation méritent d’être explorées et documentées, et nous visons à jouer un rôle actif et direct dans l’amplification des voix marginalisées et oubliées.

Les contributions que nos ancêtres ont apportées à la nation méritent d’être explorées et documentées, et nous visons à jouer un rôle actif et direct dans l’amplification des voix marginalisées et oubliées.

 

En accord avec le large arc de l’histoire et des récits que nous souhaitons explorer, nous sommes particulièrement fiers de nos projets jusqu’à présent, comme Mille ans d’esclavage . Le documentaire en quatre parties raconte notre histoire à travers le prisme des civilisations du monde entier, alors que des acteurs noirs célèbres, des personnalités notables et des influenceurs se lancent dans des voyages confrontant leur lien personnel à l’esclavage.

Nous travaillons également à la création de la première série scénarisée basée sur le quartier de Greenwood à Tulsa, connu sous le nom de Black Wall Street, menant au massacre de la race de Tulsa en 1921. Les deux projets visent à éduquer et à servir de tremplin pour des conversations vitales sur la race. Nous allons aussi réinventer un classique des Fêtes bien-aimé, La femme du prédicateur, qui englobera tout l’enchantement, l’émerveillement et la joie qui ont ravi le public dans le film de 1996.

Nous avons la responsabilité de créer des œuvres au contenu intemporel qui informent et divertissent, et d’agir en tant que mentors pour la prochaine génération d’écrivains, de réalisateurs et d’acteurs qui continueront à préserver notre culture. Courtney, notre équipe et moi adhérons à un mantra simple : reconnaître et honorer notre passé ouvre la voie à l’avenir.”

Source : Entertainment Weekly 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Votre inscription a bien été enregistrée ! Merci

%d blogueurs aiment cette page :