#Dreadlocks. La Virginie, officiellement premier État du sud, à interdire la discrimination capillaire.

La rédaction

 

Le 1er juillet prochain, la Virginie sera le premier Etat du Sud des Etats-Unis à abolir la discrimination fondée sur l’identification raciale, notamment la texture et le type de cheveux. C’est le quatrième État américain à adopter une telle mesure. Elle avait déjà été adoptée à l’unanimité par le sénat et la chambre des délégués de Virginie le mois dernier.

 

D’autres États continuent de peser la législation pour interdire la discrimination capillaire sur le lieu de travail et dans les salles de classe. Connue sous le nom de Crown Act, elle protège contre la discrimination fondée sur les coiffures en étendant la protection légale à la texture des cheveux et aux styles de protection. Une loi déjà adoptée dans trois États, dont la Californie et le New Jersey. Treize autres États envisagent d’adopter une législation similaire.

 

Les défenseurs de cette loi affirment qu’elle mettra un terme aux actions punitives qui ont touché de manière disproportionnée les Afro-Américains, tant dans les écoles que sur le marché du travail. Des cas d’enfants disciplinés ou d’employés licenciés pour des dreadlocks, des tresses ou des afros ont suscité l’indignation ces dernières années. Le 13 mai, le gouvernement de Virginie, Ralph Northam, a signé le décret qui interdit également la discrimination fondée sur « les coiffures de protection telles que les tresses, les mèches et les torsades ». Northam a noté que le projet de loi est « assez simple », arguant que tout enfant renvoyé de l’école à la maison en raison d’une interdiction des « coiffures associées à une race particulière est une discrimination ». « Ce n’est pas seulement inacceptable et mal, ce n’est pas ce que nous défendons en Virginie », a-t-il déclaré. « Ce projet de loi rendra notre Communauté de vie plus équitable et plus accueillant pour tous. »

 

Le cas Andrew Johnson

Beaucoup disent que la pression pour interdire la discrimination des cheveux naturels aux États-Unis est venue après qu’Andrew Johnson (photo de couverture), un étudiant du lycée régional de Buena, ait été forcé de couper ses dreadlocks pour participer à un match de lutte. L’incident n’était pas le premier acte de discrimination des cheveux dans un cadre scolaire, mais il a conduit les législateurs à réévaluer les lois sur la discrimination raciale.

 

Alors qu’un tribunal fédéral avait décidé en 2016 que les employeurs peuvent légalement licencier des employés ou refuser des candidats pour le port de dreadlocks et autres coiffures communément associées aux Afro-Américains, une interdiction spécifique a été levée dans toutes les branches de l’armée américaine après une bataille juridique de quatre ans.

« Les cheveux d’une personne sont une partie essentielle de son identité », a déclaré Delores McQuinn, déléguée de l’État de Virginie et principal défenseur du projet de loi, à la chaîne de télévision locale WHSV. « Personne ne mérite d’être discriminé simplement en raison du type de cheveux avec lequel il est né ou de la façon dont il choisit de les porter ».

 

Source : afrocom

Written by admin