blacknews.fr

Snoop ambitionne de lancer la plateforme de streaming Death Row

Propriétaire de Death Row Records, le label qui a lancé sa carrière, depuis février dernier, Snoop a supprimé plusieurs albums du label dont Doggystyle et The Chronic de Dr Dre des services de streaming, à l’exception de Tidal. Il donne ici ses raisons.

 

Une plateforme pour une répartition plus juste

Dans une récente interview avec Drink Champs, le rappeur a expliqué qu’il avait retiré la discographie de Death Row des plateformes de streaming parce que ces services ne rémunèrent pas suffisamment les artistes et le peu d’argent qui est payé va principalement au label.

“La première chose que j’ai faite a été de retirer toute la musique de ces plates-formes traditionnellement connues des gens parce que ces plates-formes ne paient pas”, a déclaré Snoop. “Et ces plateformes reçoivent des millions et des millions de flux, et personne n’est payé à part les maisons de disques. Donc, ce que je voulais faire, c’est arracher ma musique, créer une plateforme similaire à Amazon, Netflix, Hulu. Ce sera une application Death Row, et la musique, en attendant, vivra dans le metaverse.”

Le metaverse est un réseau d’environnements virtuels dans lequel tout un chacun peut interagir (communiquer, jouer, se divertir, faire son shopping…) avec d’autres personnes ou avec des objets numériques.

 

“Je souhaite créer une voie où montrer aux gens comment ne pas toujours avoir à passer par la traite des esclaves, mais plutôt de créer notre propre commerce…”

 

Peu de temps après avoir annoncé son nouveau rôle de propriétaire, il a révélé que la nouvelle itération de Death Row deviendrait le premier label NFT  : “Nous allons diffuser des artistes à travers le metaverse. Tout comme [Death Row] a brisé l’industrie lorsque nous étions le premier indépendant à être majeur, je veux être le premier majeur du metaverse.”

Snoop révèle ici qu’il prend 250 000 $ pour un featuring et 250 000 $ de plus pour le clip.

Avec la création de cette nouvelle application, Snoop explique : “Je souhaite créer une voie où je peux montrer aux gens comment ne pas toujours avoir à passer par la traite des esclaves, mais créer notre propre commerce où nous nous engageons avec nos propres fans. C’est acheter notre musique, gagner de l’argent avec la musique, puis nous faire gagner de l’argent grâce à la musique en l’échangeant et en la vendant.”

En se prenant pour exemple, son dernier album, BODR (Bacc on Death Row), a rapporté 21 millions de dollars en metaverse, le premier jour de sa sortie. Cependant, depuis lundi 18 avril, toute la discographie de Death Row vit sur TIDAL.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Votre inscription a bien été enregistrée ! Merci

%d blogueurs aiment cette page :