Mort de Andre Harrell, le créateur de Uptown, l’un des labels les plus influents du R&B

Par notre regretté Antoine Garnier

 

Andre Harrell vient de mourir à l’âge de 59 ans. A son propos, notre regretté Antoine Garnier, le plus grand spécialiste du rap américain en France car le vivant de l’intérieur, écrivait dans un dossier consacré aux hommes de pouvoir de l’industrie ces lignes qui retracent les débuts de ce géant de l’industrie musicale américaine.

 

Andre Harrell : Le rêve brisé

Andre est issu de la classe ouvrière, d’un père contre-maitre et d’une mère assistante-infirmière, originaire de Lyncburg en Caroline du sud. Membre du duo de rap Dr Jeckyll et Mister Hyde avec Alonzo Brown, Andre Harrell étudie à l’Université Lehman dans le Bronx qu’il quitte après trois ans pour un emploi de vendeur d’espaces sur Wins Radio. En 1984, le duo sort « Champagne Of Rap ». En 1986, il quitte Def Jam qu’il avait intégré trois ans plus tôt pour créer Uptown, un des labels les plus influents des années 80. La même année, il décroche le gros lot avec Living Large, le premier album de Heavy D. Suivent Al B.Sure, Guy de Teddy Riley qui vendent respectivement 1,6 million et 1,8 million d’albums. A 28 ans, sa fortune s’accroît avec les réussites de Jodeci et Mary J. Blige. En 1992, Al Teller, Président de MCA Entertainment Group, lui signe un chèque de 50 millions de dollars pour développer des départements télé et cinéma. Uptown Entertainment devient une joint-venture avec MCA.

Celui qui a introduit le New Jack Swing de Teddy Riley, redonné vie au R&B grâce à Mary J. Blige et Jodeci, fait éclater le crooner AL B.Sure, Father MC, Horace Brown, et Christopher Williams. Il devient par la suite, producteur exécutif d’une série policière à succès, New York Undercoversur Fox TV. Durant l’été 95, la rumeur circule dans les milieux autorisés, puis s’étend à la rue : André Harrell a perdu son entreprise Uptown Entertainment pour mauvaise gestion. La maison de disques aurait dépensé trop d’argent sur les artistes de son catalogue et ne gagnerait de l’argent que sur peu d’entre eux dont Jodeci, Heavy D et Mary J. Blige. Les derniers artistes signés comme Soul For Real mais surtout The Lost Boyz devraient, soit perdre leur contrats, soit être repris par MCA. Si la mauvaise gestion est la raison officielle, la rumeur voudrait que MCA ne lui aurait pas vraiment laissé la liberté de réaliser son projet.

En 1995, Andre Harrell devient PDG de Motown et coiffe nombre d’artistes dont Mario Winans, Stevie Wonder, Diana Ross et Queen Latifah, mais a également lancé les carrières de 98 Degrees et Mario Winans. A sa mort il était Président de Revolt TV Media.

Written by admin