#MichaelJordan prend position sur la question raciale. Enfin !

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

 

 

Michael Jordan, a annoncé qu’il allait donner 100 millions de dollars à des organisations caritatives pour lutter contre les inégalités. Certes, le geste mérite d’être salué, mais l’ancien champion de la NBA est resté silencieux sur les violences dont les Noirs étaient victimes quand il était au sommet de sa carrière, ne prenant aucun risque contrairement à Colin Kaepernick.

 

 

Michael Jordan reconnait qu’il a été égoïste

La communauté noire a toujours reproché à Michael Jordan de ne pas s’exprimer sur la question raciale alors qu’il était un portevoix de la NBA. Probablement, ne voulait-il pas froisser ses sponsors. D’ailleurs, l’une de ses phrases les plus célèbres au début de son partenariat avec Nike, était « les Républicains aussi achètent des baskets », et est même passée à la postérité comme symbole de sa neutralité. Débarrassé de son devoir de réserve, il tente de se justifier dans l’épisode 5 du documentaire « The Last Dance », où il fait une sorte de mea culpa : « Je félicite Mohamed Ali d’avoir défendu ses convictions, mais je ne me suis jamais considéré comme un activiste. Je me considérais comme un basketteur. Je me concentrais sur mon métier. Était-ce égoïste ? Probablement. Mais c’est là que mon énergie était », a-t-il expliqué.

 

Le genou à terre de Colin Kaepernick, plus fort en termes de symbole

Les promesses de dons Michael Jordan comme celles de toutes les personnalités qui s’engagent sur les inégalités aux Etats-Unis ne datent pas d’hier et n’ont jamais opéré de changement dans les mentalités et sur le racisme. La véritable prise de position politique est le genou à terre de Colin Kaepernick qui lui a valu une exclusion de la NFL (National Football League/ Ligue nationale de Football). Ironie du sort, c’est ce même genou à terre repris dans le monde entier, en signe de protestation contre les violences policières, qui a plus d’impact pour la lutte pour les droits civils. La preuve qu’un simple geste, apporte plus par son symbole, un changement des mentalités que toutes les promesses de dons, voir même l’élection d’un président noir. Mais encore faut-il que ce changement soit accompagné par un système de santé égalitaire, et une réduction des armes à feu véritable fléau aux Etats-Unis.

 

« Je félicite Mohamed Ali d’avoir défendu ses convictions, mais je ne me suis jamais considéré comme un activiste. Était-ce égoïste ? Probablement. »

 

Tant que l’Amérique ne changera pas son système de santé, pas d’égalité

Les stars américaines s’étaient déjà largement mobilisées contre le Coronavirus qui continuent de frapper les Noirs de façon disproportionnée. Mais la vraie bataille serait un accès aux soins pour tous, dont bénéficieraient les minorités, les pauvres, voir les classes moyennes. Et c’est en cela que le système des Etats-Unis est profondément injuste. Ni Hillary Clinton ni Barack Obama n’ont réussi à faire passer leur réforme de santé. L’Obamacare, cette loi qui oblige tous les citoyens à souscrire une assurance santé auprès d’un assureur privé répertorié sur le site Healthcare.gov. a vite été abrogée, une fois Donald Trump arrivé au pouvoir. L’idée même d’une justice médicale donc d’une égalité de soin, est impensable pour une partie des Américains.

 

Tant que l’Amérique continuera d’être surarmée, pas d’égalité

L’émotion et la colère que suscite la mort de George Floyd, chez Michael Jordan est légitime : « Tant que ce racisme enraciné qui cause la faillite des institutions de notre pays ne sera pas totalement éradiqué, nous continuerons de nous engager à protéger et à améliorer les vies des personnes noires » dit-il. « Mais comment améliorer la vie des Noirs, quand on sait que la plupart sont tués par arme à feu ? » James Baldwin et Malcom X l’avaient compris. Les Noirs qu’on tue ou qu’on laisse s’entretuer, « cela était délibérément étudié » disait Baldwin dans la lettre qu’il adressa à sa sœur Angela Davis qui attendait son verdict en prison. L’Amérique acceptera-t-elle de changer sa Constitution et revenir sur son deuxième amendement qui reconnaît la possibilité pour le peuple américain de constituer une milice bien organisée ? C’est cet amendement qui permet le meurtre des Noirs sans que leurs assassins blancs ne soient poursuivis. Toutes les promesses de dons et toute la fortune de Michael Jordan et des stars engagées comme lui dans la lutte contre les inégalités ne suffiront, tant que le port d’arme continuera d’être autorisé aux Etats-Unis.

 

Written by admin