Meurtre de #BreonnaTaylor : deux officiers ne seront pas inculpés, et deux autres touchés pendant les manifestations

Deux policiers ont été touchés par balles lors de la manifestation qui a suivi la décision

La Rédaction

 

Deux policiers touchés par balles, manifestations, couvre-feu, arrestations… la colère continue de monter suite à la décision de mercredi du procureur, noir, Daniel Cameron, de ne pas inculper deux des trois officiers impliqués dans le meurtre de Breonna Taylor. Selon le procureur général du Kentucky, « l’usage de la force par les officiers était justifié ». « Pas de justice, pas de paix », scandent les manifestatants. Le bras de fer entre la justice et la famille, qui refuse la décision inique, continue.

 

Une décision étonnante

« La décision dont mon bureau est saisi ne consiste pas à décider si la perte de la vie de Breonna Taylor était une tragédie », a déclaré Cameron, première personne noire à occuper ce poste et étoile montante de la politique. « La réponse à cette question est un oui sans équivoque. »
« Je comprends certainement la douleur causée par la perte tragique de Mme Taylor. Je le comprends en tant que procureur général responsable des 120 comtés, en tant que responsable juridique en chef — le responsable de l’application de la loi, je le comprends. Je comprends qu’en tant que Noir – combien c’est douloureux, c’est pourquoi il était si incroyablement important de s’assurer que nous faisions tout ce qui était possible pour découvrir chaque fait », explique le procureur général.

Après délibération du jury, le Sergent John Mattingly et le Détective Myles Cosgrove, les deux autres officiers impliqués dans la fusillade, ne seront pas poursuivis, après des mois de manifestations et de troubles liés à ce meurtre. Le procureur général du Kentucky, Daniel Cameron, a déclaré mercredi que  « le recours à la force » par les officiers étaient « justifiés » parce que le petit ami de Taylor avait tiré sur les officiers en premier. Il est accusé d’avoir tiré à l’aveugle à travers une porte et une fenêtre, les balles pénétrant dans un appartement adjacent où se trouvaient une femme enceinte, un homme et un enfant, selon le procureur général.

 


Lire aussi : #BreonnaTaylor, abattue dans son lit : l’image symbole des meurtres contre les femmes noires


Mais une analyse balistique du FBI a montré que « Cosgrove, le troisième policier, a tiré le coup de feu qui a tué Taylor », a-t-il précisé. Malgré cela, un seul des trois officiers impliqués dans la mort de Breonna Taylor a été inculpé, non pour meutre mais « pour mise en danger d e la vie d’autrui au premier degré ». Ce qui signifie qu’aucun officier n’a été accusé du meurtre de la technicienne des urgences noire de 26 ans et aspirante infirmière

 

Deux officiers touchés par balles

A Louisville, après l’annonce de la décision, la Garde nationale du Kentucky et  la police d’État ont été déployés alors que les manifestants descendaient dans la rue et que des affrontements ont éclaté avec des officiers en tenue anti-émeute. Une vidéo aérienne de WLKY, une filiale de CNN, montre une forte présence policière ainsi que des groupes importants de manifestants se rassemblant à certains carrefours. Peu avant le couvre-feu de trois jours décrété à partir de 21 heures, des coups de feu ont été signalés près de l’une des marches. « Deux des officiers qui ont répondu à l’appel ont été touchés et présentaient des blessures qui ne mettaient pas leur vie en danger », a déclaré le chef de la police intérimaire Robert Schroeder aux journalistes. Un suspect était en garde à vue, a-t-il ajouté.

 

La famille de Breonna Taylor

 

La famille révoltée, n’abandonne pas

La famille de Breonna Taylor dit avoir le cœur brisé et être indignée suite à l’annonce du procureur général du Kentucky de ne pas inculper les officiers de meurtre de l’aspirante infirmière de 26 ans.

« J’ai été rassurée mercredi sur la raison pour laquelle je n’ai pas confiance dans le système juridique, dans la police, dans la loi – qui ne sont pas faites pour nous protéger, nous les Noirs et les non-blancs », a écrit Tamika Palmer, la mère de Taylor, dans une lettre qui a été lue à haute voix lors d’une conférence de presse vendredi.

L’annonce de mercredi a suscité l’indignation du public et a ravivé les protestations qui se poursuivent à Louisville et dans tout le pays. Avant cela, des foules s’étaient rassemblées pendant des mois à Louisville pour demander l’arrestation des trois officiers impliqués.

Mais les enquêtes dans l’affaire Taylor sont loin d’être terminées, et les avocats des familles disent qu’ils ne perdent pas espoir en la justice.

Le FBI a annoncé en mai qu’il enquêtait sur les circonstances entourant la mort de Taylor et a déclaré cette semaine que le travail se poursuivait « au-delà des accusations annoncées par l’État ». L’agence a précédemment déclaré qu’elle portait un « regard neuf » sur toutes les preuves et qu’elle interrogeait les témoins et examinait toutes les preuves.

L’avocat de la famille Ben Crump dit qu’il espère que l’enquête fédérale « rendra enfin justice à Breonna et sa famille ».

Sa déclaration a été reprise par l’avocate de la famille Lonita Baker, qui a également déclaré qu’elle n’avait pas abandonné les charges retenues par l’État. « Nous espérons que des accusations de violation des droits civils seront également portées au niveau fédéral. Mais encore une fois, nous n’abandonnons pas les accusations d’homicide involontaire ou de meurtre au niveau de l’État dans le cas de Breonna Taylor », a déclaré Mme Baker. « Nous pensons qu’elles sont justifiées ici, il y a une cause probable suffisante ».

 

 

Demande de la publication des transcriptions du grand jury

Crump, l’avocat de la famille, a demandé au procureur de publier les transcriptions des débats du grand jury, qui a refusé d’inculper les trois officiers de police de Louisville du meurtre de Taylor. Car il s’interroge sur ce que le procureur Daniel Cameron, a présenté au grand jury. Des affaires comme celle de Breonna Taylor « met en lumière le fait que les femmes noires ne sont en sécurité nulle part », a déclaré Baker, la fondatrice de la campagne #SayHerName. Elle a également demandé au procureur général d’être « franc », car il avait « esquivé » les questions lors de sa conférence de presse en début de semaine sur le fait qu’il ait ou non présenté des accusations en rapport avec le meurtre de Taylor. « Ou est-ce que son bureau a pris la décision unilatérale de ne pas accuser ces officiers de quoi que ce soit en rapport avec Breonna Taylor ? », a-t-elle insinué. « Parce que ce sont deux choses différentes, et si cela n’est pas passé devant le grand jury, c’est une véritable parodie de justice et nous exigerons qu’un procureur spécial soit nommé dans cette affaire. »

« A-t-il présenté des preuves au nom de Breonna Taylor, ou a-t-il pris la décision unilatérale de mettre son pouce sur la balance de la justice pour tenter de disculper et de justifier (le meurtre) de ces policiers ? » a aussi repris Crump, l’avocat de la famille.

Des manifestations continuent toujours dans des villes comme Atlanta, Washington, Louisville, et d’autres localités du pays. Affaire à suivre…

Source : CNN

Written by La Rédaction