blacknews.fr

Louis Armstrong raconte le racisme dans un documentaire

Dans un documentaire prévu cet automne, Louis Armstrong’s Black & Blues, le géant du jazz “né sans rien” et décédé en 1971, évoque les horreurs du racisme. L’auteur de “What a Wonderful World” – qui s’était rendu au Ghana en 1956 -, souvent moqué par des activistes pour son “éternel sourire”, voulait ainsi préserver son histoire pour la postérité. C’est un acte majeur que rapporte le journal britannique The Guardian.

“Je n’aime pas les nègres mais… tu es le fils d’une chienne dont je suis fou”

S’inspirant d’audios d’archives de Louis Armstrong, le documentariste Sacha Jenkins (Wu-Tang Clan : Of Mics and Men), revisite la musique et réévalue la politique du légendaire trompettiste et chanteur de jazz”, explique le site officiel du TIFF Festival qui précise par ailleurs, que “Satchmo a méticuleusement enregistré des journaux audio de lui-même qui révèlent une autre facette de sa personnalité que le showman devant la caméra.”

“Le film se débat avec la façon dont Armstrong était perçu par une génération plus jeune et plus radicale qui pensait qu’il était trop accommodant envers le public blanc. Ossie Davis, Amiri Baraka et Wynton Marsalis attestent chacun d’être des détracteurs devenus admirateurs”, continue le pitch.

A partir de ces audios d’archives inédits qui comprennent des milliers d’heures d’enregistrements, les réalisateurs de Louis Armstrong’s Black & Blues, qui sortira cet automne après sa première cette semaine au Festival international du film de Toronto, ont constitué ce documentaire très attendu.

Sur ces enregistrements, Armstrong, décédé en 1971, parle d’être “né sans rien” et des horreurs du racisme. Il se souvient d’avoir été insulté par un soi-disant fan  – “un garçon blanc”, peut-être un marin, qui s’est approché de lui après un spectacle, lui a serré d’abord la main et lui a dit qu’il avait tous ses disques, avant de se retourner contre lui fontalement : “tu sais, je n’aime pas les nègres’ ; ‘Eh bien, j’admire votre foutue sincérité’, lui ai-je répondu. Il a dit : ‘Je n’aime pas les nègres mais… tu es le fils d’une chienne dont je suis fou’.

Armstrong déplore que la majorité des Blancs « n’aiment pas » les Noirs, mais ils en ont toujours un « dont ils sont juste fous ».

Dans un autre passage, il parle d’un membre de l’équipe qui lui a manqué de respect, lui ordonnant pendant le tournage de Glory Alley en 1952. Armstrong : « Pourquoi me tends-tu cette merde ? Parce que je suis de couleur ? … Je ne l’ai pas apprécié. Je vous montre juste ce que je traverse sans raison. »

“Louis a acheté un magnétophone et enregistrait presque religieusement ses réflexions quotidiennes.”

Il y a tellement d’enregistrements qu’il a fallu environ deux ans aux cinéastes pour les restaurer, les numériser et les transcrire.

Justin Wilkes, coproducteur du film et président d’Imagine Documentaries, a déclaré à l’Observer qu’il avait été surpris par la quantité de matériel inconnu : « À partir de décembre 1950, Louis a acheté un magnétophone et enregistrait presque religieusement ses réflexions quotidiennes.

« Parfois, c’est juste lui qui parle. De temps en temps, ce sont d’autres personnes, sa femme, d’autres musiciens. Tout était pour ses propres archives. Sur les bandes, il parle beaucoup de vouloir préserver son histoire pour la postérité. Le plus souvent, son personnage public était très différent de ce qu’il croyait en fin de compte. Beaucoup de ses émotions intérieures transparaissent sur les bandes. Toutes ces bandes se trouvent dans ces archives.

« Nous avons les seules séquences filmées d’une séance d’enregistrement de lui. Nous avons aussi des sorties de certaines chansons qui n’ont jamais été entendues auparavant.

« La race est le sujet numéro un auquel il est confronté et qu’il envisage toute sa vie en tant qu’homme noir ayant grandi en Amérique au 20ᵉ siècle… D’une part, il est littéralement la personne la plus célèbre du monde… et puis, en même temps, il y a encore des hôtels où il ne peut pas entrer par la porte d’entrée [et] des restaurants qui ne l’accueillent pas à cause de sa couleur de peau. Comme vous pouvez l’imaginer, il est très attaché à cela, mais il tempère parfois ce qu’il dit publiquement.”

Ricky Riccardi, directeur des collections de recherche pour le musée Armstrong et producteur consultant sur le film, a déclaré : “Pendant une grande partie de sa carrière, les fans du monde entier ont répondu à l’amour et à la chaleur que Louis rayonnait sur scène, mais, dans les années 1950 et 1960, beaucoup de ses fans afro-américains ont commencé à le considérer comme une relique. Quelqu’un qui n’était pas au courant du mouvement des droits civiques, quelqu’un qui avait peur de s’exprimer parce qu’il était tellement aimé des Blancs. J’espère que ce film fera sauter ces notions totalement hors de l’eau.”

Des passages de sa correspondance privée sont lus par Nas.

Sources : The Guardian /Tiff

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Votre inscription a bien été enregistrée ! Merci

%d blogueurs aiment cette page :