Le fils de Marcus Garvey est mort, après une bataille contre la maladie d’Alzheimer

Marcus Garvey III, le fils du défunt militant panafricain et nationaliste noir Marcus Mosiah Garvey est mort

Marcus Garvey III

Par Thomas Kwasi.

Marcus Garvey III, le fils aîné du légendaire « Moïse noir », le militant panafricain et nationaliste Marcus Mosiah Garvey Jr (1887-1940), est décédé à son domicile de Wellington, en Floride, le mardi 8 décembre, selon le journal jamaïcain The Gleaner. Activiste, physicien, ingénieur en électricité, et mathématicien qui donnait des conférences dans le monde entier, il était âgé de 90 ans.

Un combat contre la maladie d’Alzheimer

Garvey III serait décédé à la suite d’une longue bataille contre la maladie d’Alzheimer. « Le départ de Marcus III, avec qui j’étais marié depuis plus de 30 ans, laissera un vide qui ne peut être comblé, et il manquera beaucoup à de nombreux membres de la famille, amis et collègues du monde entier, dans de nombreux endroits où il avait laissé des traces indélébiles », a déclaré sa femme, Jean Garvey, dans un communiqué.

Marcus Garvey III

Marcus Garvey III, l’aîné des deux garçons de Mosiah, est né à St. Andrew en Jamaïque en 1930. Il a d’abord suivi les traces de son père en tant qu’activiste en devenant président de la United Negro Improvement Association.

Il était un ingénieur en électricité, un physicien et un mathématicien qui donnait des conférences dans le monde entier. Son père, qui est né à la fin du XIXe siècle, était connu pour le mouvement « Back to Africa », qui visait à mobiliser les Noirs pour qu’ils retournent à la mère patrie.

Il laisse dans le deuil sa femme Jean, ses fils Colin et Kyle-Sekou, sa belle-fille Michelle Morris, son frère cadet, le Dr Julius Garvey, et quatre petits-enfants.

L’activisme, une histoire de famille

Marcus Garvey III est le fils aîné de Marcus Mosiah Garvey, le père du panafricanisme et du retour en Afrique. Il naît le 17 août 1887 à la baie de Saint-Ann en Jamaïque. Celui qui a inspiré le père de Malcolm X, est le premier descendant de l’esclavage à prôner le retour en Afrique. D’abord musicien, ce fils de marrons, devient meneur de gréve chez un imprimeur qui le licencie. Il endosse alors le rôle d’orateur puis de journaliste en créant plusieurs journaux tout au long de ses voyages en Amérique du sud et en Europe, et de sa carrière, dont notamment The Negro World (Le monde noir), le plus important.

Il débarque aux Etats-Unis en 1916, parcourt les Etats du Sud et crée, un an après, United Negro Improvement Association, (UNIA), l’Association pour l’émancipation de l’unité noire dont le slogan est : « One God! One aim! One destiny! « , Un Dieu ! Un Objectif ! Une destinée ! qui a inspiré le mouvement rasta qui l’a surnommé le « Moïse noir ». Il prône à travers son association et ses activités, le retour en Afrique

En 1919, il crée à cet effet la Black Star Line, une compagnie maritime qui desservait les Antilles, les États-Unis, et était censée servir son grand projet de rapatriement de ses frères vers la terre d’origine. Soucieux de créer une économie parallèle détenue par les Noirs, il crée des usines et des réseaux de disctribution ainsi que des journaux. Mondialement connu, il devient une véritable menace pour l’establishment, et le FBI commence à le pister. Dans son objectif d’éteindre cette flamme qui commençait à enflammer les esprits,  l’Oncle Sam, à travers ses services fiscaux, accuse sa compagnie, la Black Star Liner, de fraudes. Accusé d’escroquerie, il est emprisoné en 1925 à Atlanta, puis sous la pression des pétitions, est envoyé en exil en 1927 en Jamaïque et interdit de séjour aux Etats-Unis. Il devient un héros national sur sa terre natale et un exemple pour tous les Noirs du monde entier.

En 1935, il débarque en Angleterre où il meurt le 10 juin 1940, sans jamais avoir touché la terre mère, l’Afrique.

Written by La Rédaction