Le black History Month est-il toujours d’actualité ?

Un sujet qui fait débat aux Etats-Unis et qui commence à diviser

Par la Rédaction

 

Le « Black History Month » (Mois de l’histoire des Noirs) est une célébration annuelle, un moment de reconnaissance du rôle central des Noirs dans l’histoire des États-Unis.

 

Également connu sous le nom de Mois de l’histoire afro-américaine, cet événement est né de la « Semaine de l’histoire des Noirs », une idée de l’historien Carter G. Woodson et d’autres Afro-Américains éminents. Depuis 1976, et Gerald Ford, chaque président américain a officiellement désigné le mois de février comme le Mois de l’histoire des Noirs. D’autres pays dans le monde, dont le Canada et le Royaume-Uni, consacrent également un mois à la célébration de l’histoire des Noirs.

 

Origines du Black History Month

L’histoire du Mois de l’histoire des Noirs commence en 1915, un demi-siècle après l’abolition de l’esclavage aux États-Unis par le treizième amendement.

En septembre de cette année-là, l’historien, universitaire et éditeur Carter G. Woodson, formé à Harvard, et l’éminent ministre Jesse E. Moorland ont fondé l’Association pour l’étude de la vie et de l’histoire des Noirs (ASNLH), une organisation qui se consacre à la recherche et à la promotion des réalisations des Noirs américains et des autres peuples d’origine africaine.

Connue aujourd’hui sous le nom d’Association for the Study of African American Life and History (ASALH), le groupe a parrainé une semaine nationale de l’histoire des Noirs en 1926, choisissant la deuxième semaine de février pour coïncider avec les anniversaires d’Abraham Lincoln et de Frederick Douglass. L’événement a inspiré les écoles et les communautés de tout le pays à organiser des célébrations locales, à créer des clubs d’histoire et à organiser des spectacles et des conférences. En effet, le Black History Month a donc débuté sous l’appellation « Negro History Week » (« Semaine de l’histoire des Noirs »).

 

Thème de cette année

Cette année, le Black History Month a pour thème « Les Afro-Américains et le vote » ; en l’honneur du centenaire du dix-neuvième amendement (1920) accordant le droit de vote aux femmes et du cinquantenaire du quinzième amendement (1870) donnant le droit de vote aux hommes noirs. Au cours de la période de reconstruction radicale qui a suivi la guerre civile, les hommes noirs nouvellement libérés ont réalisé de grands progrès politiques, remportant des mandats dans les assemblées législatives des États du Sud et même au Congrès. La réaction du Sud a été rapide et marquée par l’adoption de « codes noirs » destinés à intimider les électeurs noirs, ce qui a suscité un appel en faveur d’une législation nationale officielle sur le droit de vote.

Le mouvement pour les droits des femmes est né du mouvement abolitionniste, avec des militants comme Frederick Douglas travaillant aux côtés d’Elizabeth Cady Stanton pour obtenir le droit de vote pour tous. Cet objectif a été atteint avec l’adoption du dix-neuvième amendement en 1920

 

 

Le Black History Month est-il toujours d’actualité ?

« Absolument oui », déclare l’historien LaGarrett King. « En 2020, les néo-nazis gagnent du terrain dans ce pays. Nous avons besoin du Mois de l’histoire des Noirs plus que jamais ».

Cela fait presque un siècle que l’historien et chercheur Carter G. Woodson a créé la Semaine de l’histoire des Noirs et presque un demi-siècle après qu’elle ait été étendue au Mois de l’histoire des Noirs.

Au cours des années qui ont suivi, la nécessité d’une telle désignation a fait l’objet d’un débat, certains critiques soutenant que l’histoire des Noirs est l’histoire des États-Unis et d’autres affirmant qu’elle a évolué pour ne plus être qu’un discours d’universitaires, des panels et des entreprises qui utilisent le mois à des fins de marketing et de promotion.

Mais à la question de savoir si le Mois de l’histoire des Noirs est toujours d’actualité, LaGarrett King, professeur associé d’enseignement des sciences sociales à l’université du Missouri, en Colombie, répond : « Absolument oui. » King, dont les recherches se concentrent sur l’enseignement de l’histoire des Noirs de la maternelle à la 12e année, affirme que les critiques, dont une grande partie provient d’historiens conservateurs, ignorent que la plupart des Américains n’apprennent pas la véritable histoire de la nation en ce qui concerne l’esclavage et la trajectoire de l’expérience des Noirs en Amérique. « Pendant de nombreuses décennies, le récit historique enseigné dans les écoles américaines était celui de l’esclavage.« 

Source : https://www.history.com/topics/black-history/black-history-month

Written by admin