Décès de Joseph E. Lowery,  compagnon de Luther King et vétéran des droits civiques

Le compagnon de lutte de Martin Muther King est décédé à 98 ans

La Rédaction

 

Le révérend Joseph E. Lowery, le co-fondateur avec Martin Luther King de la Southern Christian Leadership Conference, association de lutte contre la discrimination raciale, est décédé vendredi 27 mars, selon une déclaration de sa famille. Il avait 98 ans.

 

Prêcheur charismatique et fougueux, Lowery a dirigé la la Southern Christian Leadership Conference  (SCLC) pendant deux décennies – restaurant la stabilité financière de l’organisation et faisant pression sur les entreprises pour qu’elles ne commercent pas avec le régime sud-africain de l’époque de l’apartheid – avant de prendre sa retraite en 1997.

Lowery, considéré comme le doyen des vétérans des droits civils, a vécu pour célébrer une étape importante de novembre 2008 à laquelle peu de ses collègues du mouvement pensaient assister un jour : l’élection d’un président afro-américain. Lors d’une célébration émouvante de la victoire du président élu Barack Obama à Atlanta, Lowery a déclaré : « L’Amérique de ce soir est en train de renaître ». Partisan enthousiaste d’Obama depuis le début de la campagne contre son adversaire démocrate de l’époque, Hillary Clinton, M. Lowery a également prononcé la bénédiction lors de l’investiture d’Obama.

« Nous te remercions d’avoir donné à ton serviteur, notre 44e président, le pouvoir d’inspirer à notre nation la conviction que, oui, nous pouvons travailler ensemble pour réaliser une union plus parfaite », a-t-il déclaré. En 2009, Obama lui décerne la Médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction civile de la nation.

 

« Lowery a mené plus de marches et a été dans les tranchées plus que quiconque depuis Martin ».  Coretta Scott King

Dans un autre moment très médiatisé, Lowery a reçu une ovation lors des funérailles de la veuve de King, Coretta Scott King, en 2006, lorsqu’il a critiqué la guerre en Irak, en disant : « Pour la guerre, des milliards de plus, mais pas plus pour les pauvres ». Le commentaire a également suscité des secousses de la part du président de l’époque, George Bush, et de son père, l’ancien président George H.W. Bush, qui étaient assis derrière la chaire.

« Je n’ai jamais pensé que votre ministère devrait être totalement consacré à la création d’un foyer céleste. J’ai pensé qu’il devrait aussi être consacré à faire de votre maison ici un lieu paradisiaque », a-t-il dit un jour.

Lowery est resté actif dans la lutte contre la guerre, la pauvreté et le racisme longtemps après sa retraite, et a survécu à un cancer de la prostate et à une opération de la gorge après avoir battu Jim Crow.

Sa femme, Evelyn Gibson Lowery, qui a travaillé aux côtés de son mari pendant près de 70 ans et a été à la tête de SCLC/WOMEN, est décédée en 2013.

« Tu vas me manquer, Oncle Joe. Tu t’es enfin réconcilié avec tante Evelyn », a déclaré la fille de King, Bernice King, dans un tweet vendredi soir.

 

Lowery était pasteur de l’église méthodiste de Warren Street à Mobile, en Alabama, dans les années 1950, lorsqu’il a rencontré King, qui vivait alors à Montgomery, en Alabama. Les rencontres de Lowery avec King, le révérend Ralph David Abernathy et d’autres militants des droits civils ont conduit à la création du SCLC en 1957. Le groupe est devenu une force motrice dans la lutte pour les droits civils des années 1960.

Lowery est devenu président du SCLC en 1977, après la démission d’Abernathy, qui avait pris le poste après l’assassinat de King en 1968. Il a repris un SCLC qui était très endetté et qui a perdu rapidement des membres. Lowery a aidé l’organisation à survivre et l’a guidée sur une nouvelle voie qui a englobé des politiques sociales et économiques plus générales.

 

« Les Noirs doivent comprendre que le droit de vote n’est pas un cadeau de notre système politique mais qu’il est le résultat du sang, de la sueur et des larmes »,

Coretta Scott King a dit un jour que Lowery « a mené plus de marches et a été dans les tranchées plus que quiconque depuis Martin ».

Il a été arrêté en 1983 en Caroline du Nord pour avoir protesté contre le déversement de déchets toxiques dans un comté à majorité noire et en 1984 à Washington alors qu’il manifestait contre l’apartheid.

Il se souvient d’une confrontation qui s’est déroulée en 1979 à Decatur, en Alabama, alors que lui et d’autres personnes protestaient contre le cas d’un Noir handicapé mental accusé de viol. Il se rappelle que les balles sifflaient à quelques centimètres au-dessus de leur tête et qu’un groupe de membres du Klan les avait affrontés. « Je pouvais les entendre faire ‘whoosh' », a dit Lowery. « Je n’oublierai jamais ça. J’ai failli mourir à 24 miles de là où je suis né. »

 

Lire aussi : Le Black History Month-est-il-toujours d’actualité ?

 

Au milieu des années 1980, il a mené un boycott qui a persuadé la chaîne d’épicerie Winn-Dixie de cesser de vendre des fruits en conserve et du poisson congelé sud-africain alors que cette nation était en proie à l’apartheid. Il a également continué à exhorter les Noirs à exercer leurs droits durement acquis en s’inscrivant sur les listes électorales. « Les Noirs doivent comprendre que le droit de vote n’est pas un cadeau de notre système politique mais qu’il est le résultat du sang, de la sueur et des larmes », a-t-il déclaré en 1985.

Comme King, Lowery a jonglé entre son travail en faveur des droits civils et son ministère. Il a été pasteur des églises méthodistes unies à Atlanta pendant des décennies et a continué à prêcher longtemps après sa retraite.

 

Né à Huntsville, Alabama, en 1921, Joseph Echols Lowery a grandi dans une église méthodiste où son arrière-grand-père, le révérend Howard Echols, a été le premier pasteur noir. Le père de Lowery, propriétaire d’une épicerie, protestait souvent contre le racisme au sein de la communauté. Après l’université, Lowery a publié un journal et enseigné à Birmingham, mais l’idée de devenir pasteur « me rongeait et me rongeait », disait-il. Après avoir épousé Evelyn Gibson, la fille d’un pasteur méthodiste, il a commencé son premier pastorat à Birmingham en 1948.

Dans une interview accordée en 1998, M. Lowery a déclaré qu’il était optimiste quant à la possibilité de parvenir un jour à une véritable égalité raciale. « Je crois au triomphe final de la justice », a-t-il déclaré. « La Bible dit que les pleurs peuvent durer une nuit, mais que la joie vient au matin. »

Membre de la fraternité Alpha Phi Alpha, Lowery laisse dans le deuil ses trois filles, Yvonne Kennedy, Karen Lowery et Cheryl Lowery-Osborne. Il est mort chez lui à Atlanta de causes naturelles sans rapport avec l’épidémie de coronavirus, selon la déclaration de la famille.

 

Source : The roots

Written by admin