Hommage à nos personnalités décédées du coronavirus en 2020

Les personnalités noires mortes de la covid-19 cette année

Personnalités décédées du coronavirus en 2020

La Rédaction

La vedette de cette surprenante année 2020 est définitivement la pandémie dont nous n’arrivons décidément pas à nous débarrasser. Elle a malheureusement emporté nombre de nos personnalités qui n’ont pas eu les hommages et de véritables funérailles en raison de ce fléau. De Manu Dibango au journaliste Jean-Michel Denis en passant par la créatrice Jenny Polanco, Sarah Maldoror, pionnière du cinéma panafricain, Toots Hibbert et le jazzman Ellis Marsalis, revue d’une liste bien longue. 

La pandémie a massivement frappé les plus faibles

Il n’y a pas si longtemps, aucun d’entre nous ne connaissait quelqu’un, décédé de la COVID-19. Les responsables de la santé publique venaient juste de commencer à mettre en garde contre le coronavirus qui se dirigeait vers nous.

Devant les chiffres alarmants annoncés par l’OMS pour l’Afrique qui devait connaître le plus grand tsunami de morts de son histoire, certains ont pensé que ce fléau serait certainement passager et que nous pourrions peut-être que nous pourrions en réchapper. Qu’il se serait circonscrit en Asie en évitant le reste du monde. D’autres, toujours aussi malins commençaient à le traiter de « virus asiatique », déclenchant par moments des scènes ahurissantes de chasse à l’homme de cette communauté. L’Afrique a finalement défié toutes les statistiques les plus folles des pays occidentaux avec à leur tête l’Organisation mondiale de la santé qui a fini par s’interroger sur cette exception africaine qui… fascinait. Certains ont donc pensé que la mélanine pourrait être notre refuge. Nous l’avons souhaité, espéré et même prié, parce que l’alternative de milliers de morts, notamment en Afrique nous semblait inimaginable.


Lire aussi : Pourquoi il y a-t-il si peu de cas de #Covid-19 en Afrique ? Les explications des experts


Peut-être que le monde serait, cette fois, plus clémente pour les Noirs, mais on pourrait pourtant se demander « quand le monde a-t-il jamais été sûr pour les Noirs ? » Et la réponse, qui nous parvenait des Etats-Unis où la pandémie exigeait sans pitié et sans distinction son lot de morts, elle était, au vu des chiffres, plus fatale aux Noirs américains. Non, la mélanine n’était aucunement une protection. Un Noir des Etats-Unis n’était pas un Africain, mais un Afro-Américain, donc un Américain. Pour ce tueur aveugle, seul l’environnement prime : plus vous êtes pauvres, plus vous vivez dans des conditions précaires plus vous avez de chance de le rencontrer. Cette faucheuse avait bien ses préférences, même si de temps en temps, elle mettait les riches et les puissants en garde en touchant et éliminant ses membres ici et là.

Au 23 juillet, sur les plus de 140 000 personnes (sur près de 3,4 millions de cas de coronavirus) qui sont mortes aux États-Unis depuis le 26 février, environ 22 % étaient des Noirs, alors qu’ils ne représentent que 13 % de la population.

« Nous mourons parce que nous sommes considérés de manière disproportionnée comme des travailleurs « essentiels » (avec des emplois jugés critiques pour le fonctionnement quotidien de la société, mais sans le niveau de salaire, les protections de sécurité ou la considération que ce terme impliquerait) ; ce qui nous expose à un risque d’exposition plus important. Nous mourons parce que nous sommes sous-assurés. Nous mourons parce que les médecins ne nous croient pas quand nous disons que nous sommes malades. Nous mourrons à cause de l’expérience américaine, qui est comme l’expérience Tuskegee au sens large. Même dans ses aspects les plus quotidiens – se déplacer, travailler, faire son jogging – elle comporte un risque de mort pour les Noirs », explique le site The Undefeated.

L’expérience Tuskegee fait référence à l’histoire de deux cents Noirs américains, atteints de syphilis, volontairement privés de tout traitement  parce qu’en 1932, les membres du service fédéral de santé avaient décidé qu’ils seraient des  » cobayes humains « .  L’expérience du nom de code Tuskegee, région de l’Alabama où la fréquence des cas de syphilis était à l’époque la plus élevée des États-Unis, a été révélée par le service fédéral de santé dans les années 70. Elle avait pour but de déterminer, d’après les autopsies, les effets de la syphilis sur l’organisme humain.


Lire aussi : Le bilan racial du Covid-19 aux Etats-Unis s’alourdit au fur et à mesure que les données s’accumulent


Une liste tristement longue

EN FRANCE

 

Manu Dibango

Manu Dibango a finalement succombé à la Covid-19 le 24 mars, à l’âge de 86 ans!  >>Lire

Pape Diouf

 

Pape Diouf

Pape Diouf, l’ex-journaliste et Président de l’Olympique de Marseille est mort du coronavirus. Hospitalisé à Dakar, il n’a pas pu être transféré en France. Mababa Diouf alias Pape Diouf, le seul dirigeant noir d’un club européen de première division et Chevalier de la Légion d’honneur, est décédé le 31 mars à Dakar du coronavirus. Il avait 68 ans. >>Lire 

Aurlus Mabélé

 

Aurlus Mabélé

Aurlus Mabélé, le roi du soukouss, emporté par la Covid-19. L’ambassadeur de la musique congolaise est décédé le jeudi 19 mars >>Lire notre article

Sarah Maldoror

Sarah Maldoror, pionnière du cinéma panafricain, a été elle aussi touchée par le Coronavirus à l’âge de 90 ans. Figure de proue du cinéma africain, elle était la première réalisatrice du continent. >> Lire

Sarah Maldoror
Le journaliste Jean-MichelDenis

Jean-Michel Denis

Le journaliste Jean-Michel Denis, amoureux des scènes africaines, s’est éteint à 67 ans le 16 mars à Paris, emporté par l’infection à la Covid-19. >>Lire

AUX ETATS-UNIS

Carol Sutton

Décès à 76 ans de l’actrice Carol Sutton du Coronavirus. L’actrice Carol Sutton était connue pour ses rôles dans « Potins de femmes » (1989) et « Ray » (2004) >> Lire notre article

Le jazzman Ellis Marsalis

Ellis Marsalis

Ellis Louis Marsalis Jr., né le 14 novembre 1934 à La Nouvelle-Orléans, décède des suites d’une pneumopathie liée à la Covid-19 le 1er avril 2020. Il est le patriarche des Marsalis, l’illustre famille du jazz américain. Père de Wynton, le saxophoniste classique, de Brandford, à la tête du mouvement de renaissance jazz, de l’ cid-jazz et de la fusion hip-hop-jazz, notamment avec son groupe Buckshot Lefonque et l’expérience «Jazz Thing»  avec  Dl  Premier du duo Gangstarr sur la  bande originale de  Mo’ Better  Blues de Spike Lee ; du tromboniste  Delfayo et du batteur Jason.

Grande figure du jazz, il commence la clarinette à 11 ans puis joue du saxophone ténor et du piano. Amoureux de la musique de Charly « Bird » Parker et de Dexter Gordon, il crée dans les années 40 son propre groupe de bebop avec Ed Blackwell (batterie) et de Alvin Batiste (clarinette). Il a enregistré sous son nom, de 1978 à 2018, Dix albums dont le dernier An 80th Birthday Celebration (ELM Records).

Lire aussi sur Black News Magazine : Brandford « Buckshot  Lefonque » Marsalis

Wallace Roney

Wallace Roney

Wallace Roney, l’élève de Miles Davis, est décédé du coronavirus. Le trompettiste américain Wallace Roney est décédé dans le New Jersey aux Etats-Unis.  Le musicien avait été hospitalisé le 25 mars au centre médical de l’université St Joseph. >> Lire notre article

—————————————————————————————————————–

Lire aussi : Vaccin contre le coronavirus en Afrique : de la théorie du complot à la réalité ?

————————————————————————————

MONDE

Jenny Polanco

La créatrice de mode est décédée en République dominicaine le 24 mars des suites du coronavirus. >>Lire notre article

Toots Hibbert

Toots Hibbert

Toots Hibbert, des Toots & The Maytals, le Otis Redding jamaïcain, est mort à 77 ans. En août 2020, Toots Hibbert est admis en soins intensifs à l’hôpital, puis plonge dans un coma artificiel, à la suite de « complications respiratoires » et une suspicion au coronavirus. Il meurt brutalement le 11 septembre 2020. On lui doit l’utilisation du mot reggae, révélé pour la première fois dans « Do The Reggay«  de 1968. Pilier incontournable de la musique jamaïcaine, il est à l’origine du titre « Bam Bam », plusieurs fois samplé, notamment par le duo Chaka Demus & Pliers qui en a fait un tube planétaire. >>Lire

[Dossier] Jerry Rawlings !

L’ex-Président ghanéen, icône du combat pour la souveraineté africaine s’est éteint le 12 juin, à l’âge de 73 ans  >> Lire

————————————————————————————————————–

Lire aussi : Coronavirus : Pourquoi les Noirs américains semblent plus touchés ?


AU ROYAUME-UNI

Mary Agyeiwaa Agyapong

Mary Agyeiwaa Agyapong,

Mary Agyeiwaa Agyapong, 28 ans, une infirmière londonienne d’origine ghanéenne, est décédée des suites de la COVID-19 après avoir accouché mais son bébé a survécu >>Lire

Belly Mujinga

Belly Mujinga

Arrivée au Royaume-Uni en 2000, Belly Mujinga travaillait pour les chemins de fer britanniques en tant qu’agent de billetterie. Belly Mujinga, 47 ans, travaillait dans le hall de la gare Victoria, dans le centre de Londres, le matin du 22 mars, lorsqu’un homme qui disait être contaminé de la Covid-19 lui a craché dessus…  >> Lire

Written by La Rédaction