Etats-Unis. La controverse autour de  « Mignonnes » de Maïmouna Doucouré attire les spectateurs

#Mignonnes de Maïmouna Doucouré au cœur d’une polémique

La Rédaction

 

 

D’après un sondage mené pendant le week-end du 18 au 20 septembre auprès des abonnés américains qui ont regardé le film, la majorité a avoué avoir été attirée par la polémique de ces dernières semaines autour du  film. #Mignonnes (#Cuties, en anglais) – prix de la réalisation dramatique au Festival Sundance ­- avait provoqué la colère de nombreux internautes choqués de « l’hyper-sexualisation des jeunes filles » présentées dans l’extrait promotionnel de #Netflix. Un boycott de Netflix qui aurait perdu 9 milliards de $ avait même été lancé sur les réseaux sociaux suite à cet extrait, offrant ainsi au film une publicité inespérée Outre-Atlantique.

 

 

 

Un extrait polémique

L’extrait lancé aux Etats-Unis par Netflix pour le film « Mignonnes » de Maïmouna Doucouré montrant de jeunes filles « sexualisées » avait attiré les foudres d’une partie des Américains. Une polémique qui a prospéré sur les réseaux sociaux ouvrant la voie à une publicité inespérée au film. « Cuties » s’est même retrouvé pris dans la nasse préélectorale aux États-Unis, plusieurs membres du Congrès ayant même demandé que le titre en français soit retiré du catalogue de Netflix.

 

 

Netflix a dû s’excuser pour cette promotion largement critiquée pour son « exploitation sexuelle ». « Nous sommes profondément désolés pour l’œuvre inappropriée que nous avons utilisée pour Mignonnes/Cuties », a déclaré la plateforme  via son compte Twitter. Ces excuses n’ont pas réussi à arrêter un mouvement en ligne aux États-Unis visant à boycotter le film lui-même.

Mignonnes/Cuties, dirigé par Maïmouna Doucouré pour ses débuts en tant que réalisatrice, est l’histoire d’une jeune fille de 11 ans issue d’une famille sénégalaise traditionnelle musulmane qui tente de s’intégrer en rejoignant un groupe de jeunes danseuses (Voir notre article).

 


Lire aussi : « Mignonnes » de Maïmouna Doucouré, prix de la meilleure réalisatrice Sundance

———————————————————————————————————

 

La controverse bénéficie au film

Screen Engine, qui a développé un nouveau service de sondage de sortie pour les films débutant en numérique à l’ère COVID, a ensuite décidé de solliciter de soumettre  Mignonnes/Cuties à l’appréciation de ses sondés. Et le résultat est assez édifiant !

« Beaucoup de gens ont regardé le film à cause de la controverse », explique le vice-président Mark Orne, qui dirige le groupe multiplateforme PostVOD.

Plus de la moitié, soit 52 %, ont déclaré que la controverse était la seule raison pour laquelle ils l’ont regardé, et pour 29 %, c’était la raison majeure. Près des trois quarts (72 %) ont déclaré qu’ils pensaient que la controverse était « exagérée » une fois qu’ils avaient vu le film, selon l’enquête rapportée par Hollywood Reporter. Parmi ce groupe, 38 % sont tout à fait d’accord.

Dans le même temps, 48 % des personnes interrogées se sont déclarées tout à fait d’accord pour ne pas faire passer le film sur Netflix, tandis que 17 % affirmaient le contraire.

 

9 milliards de dollars perdus par Netflix, selon le site Goodsauce

 

Netflix a acquis les droits pour les Etats-Unis

Netflix  a acquis les droits de Cuties après la première du film en janvier au Festival du film de Sundance, où il a remporté le prix de la réalisation dramatique dans la section Cinéma du monde. S’exprimant au Festival du film de Toronto ces derniers jours, Maïmouna Doucouré a déclaré qu’elle voulait faire passer un message important en réalisant le film : « C’est parce que j’ai vu tant de choses et tant de problèmes vécus par des jeunes filles que j’ai décidé de faire ce film et de sonner l’alarme en disant : « Nous devons protéger nos enfants ». »

 

Written by La Rédaction