Des #BlackPanthers à #BlackLivesMatter, le combat permanent pour mettre fin aux violences policières contre les Noirs américains

La Rédaction

 

Peniel Joseph, Directeur fondateur du Centre pour l’étude de la race et de la démocratie retrace les luttes des Noirs pour une reconnaissance de leur humanité, leurs droits au fil des décennies.  L’assassinat de George Floyd par la police à Minneapolis et les manifestations qui ont suivi, au cours desquelles les forces de l’ordre ont lancé des gaz lacrymogènes, soulignent le besoin urgent de transformer le système de justice pénale américain. Floyd, 46 ans, a réussi à échapper à la pandémie de coronavirus qui a coûté la vie à trop de Noirs, mais il a été pris au piège par ce virus typiquement américain et dangereusement malin de la suprématie blanche.

 

Dans une capture vidéo rappelant étrangement la mort d’Eric Garner, l’homme noir tué par la police de New York alors qu’il criait « Je ne peux pas respirer » en 2014, l’arrestation de Floyd, pour avoir prétendument essayé de faire passer un faux billet de 20 dollars, s’est transformée en exécution publique. Les images d’un officier blanc appuyant son genou contre le cou de Floyd sont devenues virales, suscitant l’indignation de la vie réelle et des médias sociaux qui rappellent l’activisme hashtag qui a inspiré le mouvement Black Lives Matter.

Black Lives Matter combinait la désobéissance de l’ère des droits civils avec la critique structurelle de Black Power sur l’utilisation historique de la violence contre les corps noirs par l’Amérique suprématiste blanche. Le mouvement a renversé la logique suprématiste blanche en proclamant l’humanité des Noirs, en suscitant la répudiation des syndicats de police qui ont sali le groupe en le qualifiant de terroristes noirs et de libéraux blancs, et des conservateurs dont la réplique « toutes les vies comptent » n’a fait qu’exposer la profondeur et l’étendue de leur racisme, de leurs privilèges et de leur ignorance profondément ancrés.

 

 

Le Black Panther Party

La mort des Noirs par la police n’est pas nouvelle. Le Black Panther Party (BPP) a été fondé à Oakland, en Californie, en 1966, en partie pour lutter contre les brutalités policières dont ses fondateurs, Huey P. Newton et Bobby Seale, ont été témoins et ont vécu. Le BPP brandit des armes et des livres de droit détenus légalement dans le but de défendre la communauté noire et d’observer l’application de la loi à une distance légalement autorisée.

Les Panthers ont publié le premier numéro du journal Black Panther en 1967 en réponse au meurtre par la police d’un homme noir, Denzil Dowell, dans la ville voisine de Richmond, en Californie. En mai de cette année-là, le BPP a envoyé un groupe de 30 Panthères armées à Sacramento pour protester contre un projet de loi sur le contrôle des armes à feu, qui a finalement été adopté, conçu expressément pour empêcher les Noirs de porter légalement des armes à feu. Les Panthers ont déployé des efforts considérables pour défendre la vie des Noirs, notamment par le biais de nombreux programmes communautaires, de cliniques de santé, d’aide juridique et de petits déjeuners pour les enfants, mais leur image durable dans la culture populaire reste liée à leurs efforts courageux – que les critiques ont qualifiés d’imprudents – pour mettre fin à la violence policière.

La brutalité policière et les meurtres d’hommes, de femmes, de filles et de garçons noirs non armés se sont poursuivis à notre époque, bien après l’apogée des Panthers. Les Panthères ont qualifié le système judiciaire américain de mensonge audacieux, lié à l’exploitation économique et à l’appauvrissement racial des communautés noires.

L’ère de la reconstruction

Pendant l’ère de la Reconstruction, le système de libération conditionnelle arrêtait les hommes et les femmes noirs pour vagabondage, faisait travailler beaucoup d’entre eux jusqu’à la mort et exploitait leur travail au service du capital privé et des infrastructures publiques. Au lendemain de la mort de Michael Brown en 2014 aux mains d’un policier de Ferguson,  un rapport du ministère de la Justice a révélé que les résidents noirs de cette région étaient victimes d’un système d’application de la loi qui imposait des amendes, des mandats et des frais à la communauté afin de générer des revenus.

Le système de justice pénale américain est basé sur des mensonges extraordinaires et systémiques concernant la protection de la vie et de la propriété des blancs, le caractère sacré de la féminité blanche et la sécurité des quartiers blancs. Les preuves de la profondeur de ces mensonges blancs nous entourent, des exonérations des Central Park Five, les adolescents noirs et latinos accusés à tort de viol, aux projets d’innocence qui s’acharnent à rendre justice pour quelques-uns alors que des centaines de milliers d’autres languissent en prison.

Les mouvements visant à mettre fin à la brutalité policière se sont poursuivis au niveau local entre les Panthers et la montée de Black Lives Matter, mais ils ont souvent été dépassés par le pouvoir structurel et l’hystérie culturelle de la guerre contre la drogue qui a criminalisé les quartiers et les résidents noirs. La rhétorique de « l’ordre public » innovée par le président Richard Nixon a conquis les deux grands partis dans les années 1990.

 

Droits vs justice

Les projets de loi sur la criminalité et les politiques de tolérance zéro prônés par les démocrates et les républicains – dont l’ancien vice-président et candidat démocrate présumé Joe Biden – pendant les guerres de la drogue des années 80 et 90 ont amplifié le nœud métaphorique autour de toute la communauté noire.

La frustration des Noirs face à l’apparente immunité accordée à la police pour une série infinie de recours injustifiés à la force, à la violence et à la mort contre des communautés afro-américaines sans défense a provoqué des spasmes de chagrin, d’indignation et de colère dans tout le pays. La violence qui a marqué les manifestations à Minneapolis, Ferguson et Baltimore est le langage des communautés noires racialement et économiquement opprimées depuis des décennies.

La punition, le traumatisme, la déshumanisation et la mort des Noirs ne sont pas prédestinés. Les mouvements contemporains visant à mettre fin aux incarcérations de masse mettent souvent l’accent sur la nécessité de renforcer l’éducation, l’emploi, les travailleurs sociaux, la réhabilitation des toxicomanes et les soins de santé mentale, et de réduire le nombre de policiers. Ainsi, la mort de George Floyd est le point culminant de milliers de choix politiques que cette nation continue à faire et qui entraînent une mort prématurée des Noirs.

Les mouvements de liberté passés offrent espoir et prudence. Les luttes de l’ère des droits civils visant à mettre fin à la ségrégation raciale dans les écoles et les quartiers publics et à garantir le droit de vote se sont avérées plus fructueuses qu’on ne l’avait imaginé à l’origine. Malgré la décision de la Cour suprême de 1954 dans l’affaire Brown v. Board of Education, les écoles américaines restent ancrées dans la ségrégation raciale, un phénomène auquel les tribunaux ont renoncé à remédier. Le pouvoir de vote des Noirs a été suffisamment fort pour permettre l’élection de Barack Obama à deux reprises, avant que la décision de la Cour suprême de 2013 dans l’affaire Shelby contre Holder ne réduise effectivement la surveillance fédérale de la loi sur le droit de vote et n’ouvre la voie à une saison moyenne et continue de répression des électeurs. Pour chaque pas politique vers la dignité et la citoyenneté des Noirs que les Noirs ont gagné, il y a eu des contre-révolutions qui ont bloqué la profondeur et l’étendue des progrès que nous espérions réaliser.

 

L’espoir est permis

Mais cela ne doit pas empêcher l’impulsion d’une transformation sociale radicale aujourd’hui. Le mouvement en faveur de la vie des Noirs, bien qu’il ait fait moins la une des journaux ces dernières années, a contribué à l’élection de procureurs de district réformateurs dans tout le pays, et les efforts déployés pour mettre fin au système raciste de libération sous caution ont été durement récompensés. Le changement est possible de notre vivant, même s’il est laborieux et insuffisant. La mémoire de George Floyd offre une inspiration encore plus déchirante pour parvenir enfin à la dignité et à la citoyenneté qui restent le cœur battant de la lutte pour la liberté des Noirs.

 

Peniel Joseph est titulaire de la chaire Barbara Jordan en éthique et valeurs politiques à la LBJ School of Public Affairs de l’université du Texas à Austin. Il est également le directeur fondateur du Centre pour l’étude de la race et de la démocratie. Son dernier livre s’intitule « The Sword and the Shield » : The Revolutionary Lives of Malcolm X and Martin Luther King Jr.

Texte original : Washignton Post

Written by admin