Samuel L. Jackson : entre Nick Fury et « Enslaved », le documentaire sur l’esclavage

#SamuelLeeJackson est pressenti pour prolonger son rôle de Nick Fury àla télévision, et présente #Enslaved, son parcours de la #traitenégrière

La Rédaction

 

On se souvient de #SamuelLeeJackson brandissant un passeport gabonais à la face du monde, indiquant son implication dans la recherche de ses racines africaines. Il vient de contrétiser cette démarche de préservation de la mémoire dans #Enslaved, « l’histoire perdue de l’esclavage, du commerce transatlantique », un documentaire qui retrace le parcours de la traite négrière. Avec l’aide de l’auteure Afua Hirsch et du journaliste d’investigation Simcha Jacobovici, il fait la route du plus grand crime contre l’humanité. Par ailleurs, son rôle de Nick Fury, dans la franchise Marvel, est appelé à vivre en série télévisée.

 

 

Nick Fury en série

Pour rappel,  Nick Fury, est le directeur de l’agence d’espionnage fictive S.H.I.E.L.D. avec  un trench-coat en cuir – à la John Shaft –  et un cache-œil  dans plusieurs films, dont Iron Man en 2008, Spider-Man : Far from Home, « Avengers » : Endgame », « Avengers : Age of Ultron » et « Iron Man ». Il est également apparu dans le rôle de Fury dans certains épisodes de la série « Agents of S.H.I.E.L.D. ».

Les détails exacts de l’intrigue de la série sont encore gardés secrets, mais de nombreuses sources indiquent que Jackson serait l’acteur principal, que Kyle Bradstreet à l’écriture et à la production exécutive.

Samuel Lee Jackson, a commencé sa carrière significative dans la peau du junkie Love Daddy dans le désormais film culte de Spike Lee Do the Right Thing en 1989 après School Daze (1988), Mo’ Better Blues (1990)– avec Denzel Washington, Jungle Fever et Chi-Raq (2015). On citera pour ses rôles marquants au cinéma, Juice (1992) d’Ernest Dickers, Menace II Society (1993) des frères Hugues, Fresh (1994) de Boaz Yakin, Le droit de tuer ? (1996) de Joel Schumacher, et notamment  Django Unchained, la trilogie Star Wars I, II et III (1999), Pulp Fiction(1994), Jackie Brown (1999), Kill Bill II (2005), Inglorious Basterds (2009) de Quentin Tarantino – pour lequel il a reçu une nomination aux Oscars dans la catégorie meilleur acteur dans un second rôle-Incassable, et Shaft (2000), entre autres.

La série de Nick Fury de Jackson rejoindra d’autres projets Marvel à venir chez Disney+, notamment WandaVision, qui devrait être présenté en première plus tard cette année et qui met en scène Elizabeth Olsen dans le rôle de Wanda Maximoff – une sorcière écarlate – et Paul Bettany dans celui de Vision.

 

 

Enslaved (En esclavage), la route de la traite négrière

Une nouvelle série de documentaires d’Epix jette un nouveau regard sur l’histoire de la traite transatlantique des esclaves. Enslaved suit Samuel L. Jackson qui retrace ses racines avec l’aide de l’auteur/radiodiffuseur britannique Afua Hirsch et du journaliste d’investigation canadien né près de Tel-Aviv, Simcha Jacobovici.

 

« C’était très unique de voyager avec [Jackson], parce que vous allez dans une communauté de pêcheurs dans la campagne ghanéenne et que tout le monde au marché sait qui il est », raconte l’auteure Afua Hirsch, 39 ans, au Post. « Il n’est pas question de partir incognito avec lui. Il a apporté son expérience de la vie à tout ce que nous avons vu et discuté. »

Chacun des six épisodes de la série comporte des segments qui suivent Jackson dans son voyage à la recherche des histoires de ses ancêtres, avec Hirsch et Jacobovici qui re mettent ses découvertes dans les différents contextes.

 

« Je travaille depuis longtemps sur l’histoire de la traite transatlantique des esclaves – la race, la diaspora et l’expérience globale des Noirs », explique Hirsch. « L’objectif de « Enslaved » est de relier les points entre le Royaume-Uni et d’autres nations européennes comme le Portugal et le continent africain, puis d’aller en Amérique du Nord et de comprendre l’histoire de l’expérience afro-américaine. L’Amérique du Sud, le Brésil, les Caraïbes… vous ne pouvez pas vraiment comprendre [cette histoire] tant que vous n’avez pas une vision globale de la situation. » « C’était une occasion unique d’avoir l’espace nécessaire pour le faire. »

 

« Je pense qu’une chose que l’on ne dit pas assez, c’est à quel point l’histoire de la traite des esclaves est l’histoire d’une remarquable résilience humaine. »

 

Afua Hirsch est née en Norvèged’un père britannique et d’une mère ghanéenne, a  travaillé dans des domaines aussi divers que le droit et le journalisme. Elle a été correspondante en Afrique de l’Ouest pour The Guardian et rédactrice en chef de Sky News et est l’auteure du, « Brit(ish) » : On Race, Identity and Belonging » (2018/La race, l’identité et l’appartenance).Hormis Enslaved, elle a participé à plusieurs autres documentaires, dont « African Renaissance » de la BBC : When Art Meets Power » de la BBC et « The Battle for Britain’s Heroes » sur Channel 4 au Royaume-Uni.

« Je pense que chaque histoire a sa propre exigence quant à la meilleure façon de la raconter », dit-elle. « J’aime l’écrit et je crois vraiment au journalisme écrit. Mais j’aime aussi la télévision parce que je pense que certaines histoires se prêtent vraiment à la narration visuelle. Ceci en est un exemple, car pour beaucoup d’entre nous, la seule chose que nous voyons quand il s’agit de la traite transatlantique des esclaves, ce sont des dessins de bateaux d’esclaves… peut-être des menottes et des chaînes, mais il y a très peu de preuves physiques à voir et avec lesquelles s’engager. Nous avons vraiment été capables de trouver des choses qui font de cette histoire une histoire tangible. »

 

« Elmina est l’un des principaux forts d’esclaves ; le dernier endroit où des millions d’Africains sur le continent africain auraient été avant d’être victimes de la traite pour cette vie en Amérique »

 

Afua Hirsch avoue qu’il était particulièrement émouvant de visiter le château d’Elmina au Ghana avec Jackson, car ils y ont tous deux des ancêtres.

Samuel Lee Jackson, Afua Hirsch et Simcha Jacobovici

« Elmina est l’un des principaux forts d’esclaves ; le dernier endroit où des millions d’Africains sur le continent africain auraient été avant d’être victimes de la traite pour cette vie en Amérique », dit-elle. « C’est un lieu d’émotion énorme pour [Jackson], parce que ses ancêtres ont peut-être fait partie de ceux qui ont été trafiqués à travers ce fort. Et c’était un lieu d’une énorme importance émotionnelle pour moi, parce que mes ancêtres venaient de cette région. C’était un voyage vraiment intense ».

Mais si le sujet de Enslaved est tragique et poignant, Afua Hirsch le trouve aussi inspirant. « Nous sommes tous nés dans un monde qui a été façonné par l’esclavage à bien des égards, et pas seulement pour les personnes d’origine africaine », dit-elle. « La langue que nous utilisons, les modèles socio-économiques de nos sociétés, la démographie, la culture, la musique, les vêtements. Globalement, nous consommons tous une culture qui découle directement de cette histoire.

« Il est traumatisant de s’attarder sur ce qui s’est passé », dit-elle. « Cependant, je pense qu’une chose que l’on ne dit pas assez, c’est à quel point l’histoire de la traite des esclaves est l’histoire d’une remarquable résilience humaine. Pour moi, c’était personnellement très édifiant de jouer un rôle dans le récit de ces histoires de courage et de l’action des Noirs qui est trop souvent minimisée ».

Enslaved est disponible sur la plateforme Epix depuis le 14 septembre.

Written by La Rédaction