#Paris #Londres #Brésil… Une mobilisation mondiale contre les violences policières 

La rédaction 

 

Les manifestations contre les brutalités policières et le racisme se sont propagées dans plus de 140 villes américaines, et ont gagné plusieurs villes d’Europe comme l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Canada, la France jusqu’à la Nouvelle-Zélande et le Brésil. 

 

A Londres « Notre couleur de peau n’est pas un crime » 

A Londres, des milliers de personnes ont défilé dimanche en scandant : « Pas de justice, pas de paix ! » Réunis aux alentours de Trafalgar Square, dans le cœur de la ville, certains arboraient des panneaux sur lesquels on pouvait lire « Black lives matter » ou encore « Notre couleur de peau n’est pas un crime ». Des centaines de manifestants se sont aussi rassemblés à Manchester, tout comme à Cardiff, au Pays de Galles. 

 

Dans toute l’Europe : « Black Lives Matter » 

C’est l’Italie, qui a donné le coup d’envoi. Dès le jeudi 28 mai soit trois jours après la mort de George Floyd une manifestation a eu lieu à proximité du consulat des Etats-Unis, à Milan, tandis qu’à Berlin, dimanche, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées aux alentours de l’ambassade des Etats-Unis, située à quelques dizaines de mètres de la porte de Brandebourg et ont aussi scandé « Black lives matter ! ». D’autres rassemblements ont eu lieu à Copenhague, au Danemark, à proximité de l’ambassade des Etats-Unis. 

 

En France: «le racisme nous étouffe » et Vérité pour Adama Traoré 

Le rassemblement parisien a été organisé à l’initiative de de Serge Romana du Comité Marche du 23 mai 1998 et rejoint par plusieurs associations, dont SOS Racisme. Des personnalités ultramarines étaient présentes, comme la martiniquaise Audrey Pulvar. « Il faut bien avoir à l’esprit que c’est l’humain en chacun de nous qui est touché et pas seulement nous-mêmes, Noirs et afrodescendants ». Et le comédien Greg germain : « si c’était moi à Minneapolis, ça me serait arrivé ». Toujours lundi, à Paris et Bordeaux, quelques dizaines de personnes ont participé à des rassemblements statiques en hommage à George Floyd, à l’appel notamment de SOS-Racisme. Une autre manifestation qui devait avoir lieu mardi après-midi à Paris, à l’appel du collectif Vérité pour Adama Traoré a été annulé par le préfet de police. 

 

Au Canada :« Justice pour Regis Korchinski-Paquet » 

De très nombreuses pancartes, souvent en anglais, proclamaient « Black lives matter », « No justice no peace » ou « I can’t breathe ». La police de Montréal avait dénoncé, dans un tweet, les circonstances de la mort de George Floyd, qui « vont à l’encontre des valeurs de notre organisation ». Une autre manifestation contre le racisme a également rassemblé plusieurs milliers de personnes dimanche à Vancouver. Et la veille, plusieurs milliers de personnes avaient manifesté dans le calme contre le racisme et les violences policières à Toronto, la plus grande ville du pays, où les manifestants demandaient aussi justice pour Regis Korchinski-Paquetune femme noire de 29 ans, tombée d’un balcon du 24e étage au cours d’une intervention policière le 27 mai. 

 

Au Brésil : « Le racisme tue partout dans le monde » 

Des portraits de George Floyd et un panneau sur lesquels était écrit « Le racisme tue, ici, là et partout dans le monde » ont été accrochés sur la clôture devant l’ambassade des Etats-Unis à Mexico. Dimanche, à Rio de Janeiro, au Brésil, des manifestants scandant « Je ne peux pas respirer ! » s’étaient rassemblés à proximité du Palácio Laranjeiras, le palais du gouverneur de l’Etat, et ont été dispersés par la police en tenue antiémeute, alors qu’à Sao Paulo certains manifestants ont apporté des pancartes faisant référence à George Floyd lors d’un rassemblement contre le président Bolsonaro. 

 

En Australie : dénonciation du traitement des minorités et des aborigènes 

A Perth, en Australie, une manifestation a eu lieu, lundi, dans le Central Business District (CBD). En plus d’exprimer leur solidarité avec les manifestants américains, les participants rassemblés dénonçaient également le traitement des minorités et des aborigènes en Australie. We are protesting for the hundreds of indigenoud people’s who’ve lost their lives to the hands of the government. We stand in solidarity to the protestors in the US. We are sick of witnessing murder on social media! #BLM #PROTESTING #PERTH 

 

En Nouvelle-Zélande : « « No justice no peace» 

Environ 2 000 personnes se sont rassemblées devant le consulat des Etats-Unis à Auckland, scandant les slogans « Black lives matter » ou « No justice no peace ». Un demi-millier de personnes se sont aussi retrouvées à Christchurch, sur l’île du Sud, et autant lors d’une veillée devant le Parlement à Wellington, où ont été présentés les noms de centaines d’Américains morts du fait du racisme. 

 

En Syrie : une fresque en l’honneur de George Floyd 

En Syrie, pays en guerre, les artistes Aziz Asmar et Anis Hamdoun ont tenu a manifesté leur solidarité à leur manière. Ils ont peint un portrait de George Floyd sur un mur de la ville de Binnish, dans la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie. 

Aziz Asmar et Anis Hamdoun à proximité de leur portrait de George Floyd. OMAR HAJ KADOUR / AFP 

 

Written by admin