Nigéria. L’opération #EndSARS, contre les brutalités policières, se poursuit

La Rédaction

 

« Mardi noir », titrent certains journaux locaux, des soldats nigérians accusés de chercher à « tuer sans conséquences », accusent d’autres organisations qui dénoncent la mort de 12 manifestants. Malgré un couvre-feu imposé pour étouffer la contestation, l’opération #EndSARS contre les brutalités policières et les violations des droits humains au Nigéria, ne faiblit pas, prend même de l’ampleur, et « une mauvaise tournure », comme le rapporte le site SBS.

 

 

 

 

 

Des manifestants révoltés

Les manifestants s’étaient rassemblés malgré un couvre-feu imposé pour mettre fin à la spirale de protestations contre les brutalités policières et les griefs sociaux profondément enracinés.

Des bâtiments ont été incendiés mercredi à Lagos, la plus grande ville du Nigeria, alors que les autorités ont fermé le centre économique après que les forces de sécurité aient tiré sur des manifestants pacifiques, provoquant l’indignation de la communauté internationale.

Au moins 12 personnes ont été tuées par l’armée et la police nigérianes dans deux endroits de Lagos mardi, lors d’une répression meurtrière des manifestations, a déclaré Amnesty International.

Des manifestants pacifiques s’étaient rassemblés malgré un couvre-feu imposé pour mettre fin à la spirale de protestations contre la brutalité policière et les griefs sociaux profondément enracinés.

 

Une vidéo plus claire de l’armée nigériane tirant sur des manifestants pacifiques non armés à la barrière de péage de Lekki.

 

« Les preuves recueillies auprès de témoins oculaires, les séquences vidéo et les rapports d’hôpitaux confirment qu’entre 18h45 (4h45 AEDT) et 21h00 (7h00 AEDT) mardi 20 octobre, l’armée nigériane a ouvert le feu sur des milliers de personnes », a déclaré Amnesty dans un communiqué.

Le gouverneur de Lagos a d’abord insisté sur le fait qu’aucun décès n’avait été enregistré, mais a ensuite déclaré que les autorités enquêtaient sur la mort d’une personne résultant d’un « traumatisme crânien dû à un objet contondant ».

Il a déclaré qu’au moins 25 autres personnes avaient été blessées.

Le manifestant Paul Sunday, qui était sur place, a déclaré à l’AFP que les hommes qui ont tiré sur la foule portaient des masques et avaient des uniformes de l’armée.

« Ils nous ont attaqués par derrière et par devant », a-t-il dit. « Ils sont venus vers 19h alors qu’il fait nuit partout. »

Des photos et des vidéos montrant des scènes de chaos à la suite de la fusillade ont été largement diffusées sur les médias sociaux.

La fusillade a été condamnée par la communauté internationale, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, ayant déclaré que les rapports laissaient entendre qu’elle aurait pu être préméditée.

« Il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’un cas d’usage excessif de la force, entraînant des exécutions illégales à balles réelles, par les forces armées nigérianes », a-t-elle déclaré.

« Les rapports selon lesquels les caméras de télévision en circuit fermé et l’éclairage ont été délibérément désactivés avant le tir sont encore plus inquiétants car, s’ils sont confirmés, ils suggèrent que cette déplorable attaque contre des manifestants pacifiques était préméditée, planifiée et coordonnée ».

 

L’origine des manifestations qui ne faiblissent pas

Dans son édition du 13 octobre, CNN rapportait que selon Amnesty International, « Jusqu’à présent, la police nigériane a tué au moins 10 personnes depuis le début des manifestations [Jeudi 8 octobre. Ndlr] contre les opérations impitoyables du SRAS », et ajouté : « L’usage excessif de la force par la police en réponse aux protestations révèle le mépris de longue date du droit à la vie par les forces de sécurité nigérianes »

 

 

Le SRAS fait référence à l’Escouade spéciale de lutte contre le vol, une unité de police nigériane controversée qui a été la cible de protestations nationales exigeant la fin des brutalités policières. La police a annoncé dimanche que l’unité sera dissoute.

Une nouvelle unité tactique destinée à remplacer le SARS dissous sera connue sous le nom d’Armes et Tactiques Spéciales, ou SWAT.

D’anciens officiers de police du SRAS feront partie de la nouvelle unité mais seront soumis à des examens psychologiques et médicaux pour s’assurer de leur aptitude, selon l’inspecteur général de la police, Mohammed Adamu.

« Les officiers devraient subir ce processus en prélude à une formation complémentaire et à une réorientation avant d’être redéployés dans des fonctions de police classiques », a déclaré M. Adamu.

Malheureusement, le mouvement connaît de nouveaux morts et les relations entre manifestants et le pouvoir sont toujours au point mort.

Affaire à suivre…

Written by La Rédaction