#Nigéria. Ekwerike Chukwuma, CEO de Wuman, la marque qui allie culture, patrimoine et art africain [Interview]

WUMAN est une marque africaine contemporaine d’art de la mode fondée en 2013

 

Par Ifediba Zube / Correspondante au Nigéria

 

Ekwerike Chukwuma, le PDG de la marque Wuman, est passionné par l’utilisation de la mode comme moyen d’expression. Ses pièces sont une fusion de la pensée abstraite, de la science, des arts et des conceptions minimalistes.  Nous avons eu l’occasion d’entendre ses réflexions sur la féminité, la justice sociale et l’industrie de la mode au Nigeria.  

 

BNM : Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

EC : Je m’appelle Ekwerike Chukwuma, je suis un artiste de mode basé à Lagos au Nigeria.  Je suis le directeur créatif de la marque de mode Wuman. Je crée de l’art en réponse à mon environnement et j’utilise mes œuvres comme moyen d’expression de mes pensées intérieures, de mes vues sur la vie, les situations, les événements et, fondamentalement, de ce que j’observe dans mon espace. Je suis nigérian et je suis très passionné par l’Afrique.

 

 

BNM : Pouvez-vous nous donner un bref historique de la marque Wuman ?

EC : La marque Wuman a été fondée de manière informelle en 2013 à l’Université de Port Harcourt et a été incorporée en 2016.  Honnêtement, je ne me suis pas lancé dans la direction de la mode ou des arts. J’étudiais la médecine au collège de l’université lorsque je me suis découvert amoureux des arts et j’ai senti que la mode était mon point d’expression le plus fort. Wuman est né de mon sens du style et du besoin de m’exprimer à travers les vêtements. J’ai commencé par participer à des concours de mode. Par exemple, en 2013, j’ai participé au concours de mode de la DSTV et j’ai atteint les demi-finales. Cela m’a encouragé à voir mes croquis et mes dessins sous un nouveau jour et à faire la transition vers une entreprise de mode. La naissance de Wuman a été intéressante, même si elle était assez excentrique car elle n’était pas du tout facile.

 

« Mon premier défi a été de faire comprendre à ma famille que je n’étais pas destiné à être médecin et que la science n’était qu’une progression pour moi. « 

 

BNM : Quels défis uniques avez-vous rencontrés lors de votre démarrage et comment les avez-vous surmontés ?

EC : Les défis auxquels j’ai été confronté ne sont pas nouveaux pour les artistes qui se lancent dans la recherche d’une expression créative.  En tant qu’étudiant en sciences et en médecine à l’université, j’ai dû développer un mode d’expression. Mon premier défi a été de faire comprendre à ma famille que je n’étais pas destiné à être médecin et que la science n’était qu’une progression pour moi.  Ensuite, il y a eu les finances. Ce que je créais était abstrait, donc ce n’était pas quelque chose auquel les gens pouvaient s’identifier. J’ai donc dû me lancer et trouver des fonds moi-même. De plus, en tant qu’artiste autodidacte, sans formation en mode et en art, je créais avec naïveté et je manquais de direction au début.  J’ai donc dû m’épanouir de manière intuitive. J’ai dû apprendre à gérer une entreprise de mode, à commercialiser mon travail, et tout cela.

 

« Il y a le problème de l’électricité et un mauvais système de production de masse […] Et puis, il y a le glamour excessif qui fait que la mode au Nigeria est plus un défilé qu’un business. « 

 

BNM : Quels sont les défis propres à l’industrie de la mode au Nigeria ?

EC : Nous sommes déficients en matière de fabrication, une composante essentielle de la mode. Il y a des lacunes dans la chaîne d’approvisionnement qui nous rendent si dépendants de l’importation de textiles étrangers à des coûts très élevés. Il y a le problème de l’électricité et un mauvais système de production de masse qui rend très difficile pour le créateur nigérian de naviguer dans le processus de réalisation et de vente de son travail. Il y a aussi le problème du patronage local, qui fait que les Nigérians achètent et portent des vêtements fabriqués au Nigeria. Il n’existe pas de système d’éducation formel de la mode au Nigeria qui puisse enseigner aux stylistes les lois et la commercialisation d’une marque de mode. Il y a tant à faire. En ce qui concerne les écoles de mode, on voit beaucoup de stylistes autodidactes qui n’ont pas fait assez pour développer leur travail et comprendre le métier de la mode. Et puis, il y a le glamour excessif qui fait que la mode au Nigeria est plus un défilé qu’un business. Ensuite, il y a les problèmes d’expertise et la perte de l’artisanat indigène. Par exemple, dans la plupart de mes créations, j’utilise beaucoup de techniques originaires du Nigeria. Il y a peu de gens qui font de leur mieux pour transmettre ces techniques à d’autres afin qu’elles ne disparaissent pas.

 

« Mes vêtements ont tous une histoire. Quand vous voyez une pièce de Wuman, vous pouvez sentir le message… J’ai personnifié l’Afrique en tant que femme et j’ai raconté des histoires de féminité, d’unité, de tribalisme, de racisme et d’injustice sociale. »

 

BNM : Vous avez récemment lancé votre livre, Ah ! Freak Her, à la fin de l’année dernière. Pouvez-vous nous parler du processus d’écriture du livre et de la façon dont vous avez utilisé l’écriture comme moyen d’expression ?

EC : Ah ! Freak Her est un ouvrage sur ce que j’appelle la confection, une littérature sur les vêtements que je crée. Je ne pense pas que j’ai entrepris d’écrire un livre. J’ai plutôt compilé les histoires qui accompagnent tous mes vêtements et mes looks. J’ai pensé qu’il était sage de les rassembler et de faire lire les histoires aux gens, car mes vêtements sont abstraits et l’idéal serait que les gens comprennent les histoires qui se cachent derrière le patron, la couleur et la composition de mes pièces. Mes vêtements ont tous une histoire. Quand vous voyez une pièce de Wuman, vous pouvez sentir le message. Vous pouvez être incapable de l’interpréter, mais vous savez qu’il y a une histoire. Le livre est inspiré par la forme féminine et mon continent, l’Afrique. J’ai personnifié l’Afrique en tant que femme et j’ai raconté des histoires de féminité, d’unité, de tribalisme, de racisme et d’injustice sociale.

 


Lire aussi : Comment Chimamanda Adichie utilise sa notoriété au profit des designers nigérians


 

BNM : Chimamanda a organisé le projet Wear Nigerian Project avec Christian Dior l’année dernière, quel a été l’impact de cet événement sur la mode au Nigeria ?

EC : Je tiens à remercier Chimamanda (voir notre article) pour avoir sensibilisé et éclairé la mode en Afrique.  Le défilé de décembre a été un échange interculturel avec le directeur créatif de Dior. C’était une excellente plateforme pour apprendre de son expérience et planifier d’éventuelles collaborations à l’avenir.

 

 

 

 

Chukwuma est actuellement membre du programme d’accélération de l’initiative de la mode éthique (Ethical Fashion Initiative Accelerator Programme). Vous pouvez le suivre sur Instagram et faire des achats pour Ah ! Freak Her et ses pièces sur Ditto Africa.

 

Written by Ifediba Zube

Ifediba Zube est éditrice culturelle et auteure de nouvelles. Elle a travaillé avec la chaîne Africa Channel, en tant que responsable du contenu éditorial sur la culture et les destinations de voyage de luxe en Afrique. Lorsqu'elle n'est pas au coude à coude dans des postes cliniques, elle est sur Medium, lisant et révisant des nouvelles.