#Londres. Le chanteur Wiley exclu des réseaux sociaux pour propos antisémites

Présenté comme le roi du rap grim, les comptes Twitter, Facebook et Instagram du rappeur ont été bloqués

La Rédaction

 

Tempête au Royaume-Uni autour du chanteur Wiley, 41 ans, bien connu des milieux jungle, drum & bass, grime et garage ! Au point de déclencher un « walkout » numérique, une manifestation de 48 heures des acteurs, militants et organisations d’arts du spectacle  ce week-end pour protester contre les messages antisémites de l’artiste. Sentence ultime, les comptes Twitter, Facebook et Instagram de Wiley, qui a été honoré de l’Ordre de l’Empire britannique par le Prince William en 2018 pour ses contributions à la musique, sont temporairement bloqués.

 

 

Les propos en cause

Selon le site The Times Of  Israel, le rappeur aurait repris des « clichés sur les Juifs et l’argent », en twittant :« Il y a 2 séries de personnes que personne ne veut vraiment critiquer #Juif et #KKK mais étant dans le business depuis 20 ans, on commence à comprendre [sic] pourquoi… Les ploucs sont le KKK et les Juifs sont la loi… comprenez bien ça ». Puis dans un autre, il ajoute que « Le peuple juif s’en fiche de ce qu’ont vécu les noirs et ils nous utilisent seulement pour faire de l’argent afin de nourrir leurs enfants… depuis des générations aussi ».

On lui reproche également sa réplique agacée face aux commentaires des tweetos : « Les noirs n’appellent pas la police mais les couards juifs le font quand Wiley dit ce qu’il pense ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE ». Plus loin, c’est l’Etat d’Israel qu’il attaque en déclarant « Ecoute-moi, communauté juive, Israël n’est pas votre pays, je suis désolé… l’Etoile de David c’est notre truc… Certaines personnes sont trop à l’aise sur des terres qui ne leur appartiennent pas ».

 

Banni des réseaux sociaux

Wiley est accusé d’avoir posté, la semaine dernière, sur ses comptes Twitter et Instagram une série de commentaires antisémites.  Bien que certains de ces messages aient été bloqués et supprimés, des représentants du gouvernement britannique et d’autres personnalités publiques ont reproché aux deux plateformes de laisser d’autres messages en ligne pendant trop longtemps et de ne pas en faire assez pour mettre fin à l’antisémitisme.

« Il n’y a pas de place pour les discours de haine sur Instagram. Nous avons supprimé de ce compte le contenu qui viole nos politiques et en avons bloqué l’accès pendant sept jours », a déclaré un porte-parole de Facebook dans un communiqué.

Celui de Twitter a déclaré que la plateforme avait pris des mesures rapides, bloquant certains tweets et  également Wiley hors de son compte : « Les abus et le harcèlement n’ont pas leur place sur Twitter et nous les condamnons fermement. Notre politique de conduite haineuse interdit la promotion de la violence contre – ou des menaces d’attaque contre – des personnes sur la base de certaines catégories telles que l’affiliation religieuse, la race et l’origine ethnique, et il est également contraire aux règles de Twitter d’utiliser des images haineuses ». « Nous appliquons nos règles de manière judicieuse et impartiale pour tous et prenons des mesures si un compte viole nos règles », a ajouté le porte-parole de Twitter.

 

 

#48hDeSilence

La ministre britannique de l’intérieur, Priti Patel, d’origine indienne, a accusé ces entreprises d’agir trop lentement pour faire tomber les discours haineux : « Les messages antisémites de Wiley sont odieux », a-t-elle déclaré dans un tweet dimanche. « Ils n’auraient pas dû pouvoir rester sur Twitter et Instagram aussi longtemps et je leur ai demandé une explication complète. Les sociétés de médias sociaux doivent agir beaucoup plus rapidement pour éliminer cette haine effroyable de leurs plateformes ».

Sur Twitter, #NoSafeSpaceForJewHate (#PasDespacesécuriséPourLaHaineDuJuif) et #48HoursSilence (#48hDeSilence) étaient à la mode lundi, car de nombreux comptes de personnalités publiques ont encouragé d’autres personnes à rejoindre le « walkout » numérique. « Nous nous joignons au boycott de #48HoursSilence de @Twitter pour protester contre leur inaction face à l’antisémitisme. Nous sommes solidaires avec nos amis et collègues juifs contre l’intimidation et la discrimination. #NoSafeSpaceForJewHate », ont twetté l’Opéra royal et l’Académie royale.

Parmi les acteurs, l’acteur Jason Isaacs, Lucius Malefoy  dans la saga Harry Potter a posté : « J’en suis. Ou plutôt, je n’en suis pas. Je suis tellement habitué à la haine antisémite, à la caricature et aux théories du complot des gouvernements, de la gauche, de la droite et du milieu progressiste que j’ai depuis longtemps perdu tout espoir de changement en ligne ou dans la vie. Il y a peut-être une fenêtre ».

La société qui s’occupe de l’image de Wiley a annoncé samedi qu’elle mettait fin à sa collaboration avec le rappeur. Son manager, John Woolf, a tweeté : « Suite aux tweets antisémites de Wiley aujourd’hui, nous avons, chez @A_ListMGMT, coupé tout lien avec lui. Il n’y a pas de place dans la société pour l’antisémitisme ».

 

Source : CNN Business

Written by La Rédaction