Les nominés des #Victoiresdujazz 2020 ont été dévoilés

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

 

La cérémonie des Victoires du Jazz, si tout se passe bien, devrait se tenir à l’automne prochain en France. Les différents artistes, albums et chansons sélectionnés ont été dévoilés au grand public via les réseaux sociaux. Dans cette sélection figurent Christophe Chassol, Danyèl Waro et Angélique Kidjo.

 

 

Christophe Chassol catégorie Artiste instrumental pour Ludi

Originaire de la Martinique Christophe Chassol est chef d’orchestre, compositeur de musique de film, arrangeur et auteur. Deux de ses albums magnifiques sont inspirés de ses aventures à la Nouvelle Orleans et en Inde. Il est l’inventeur de l’ultrascore, ce procédé qui mélange sons et images. Les stars américaines Frank Ocean et Solange Knowles s’arrachent ses talents car ce « metteur en sons » harmonise les voix, bruits et images du réel pour créer une utopie musicale. Ludi titre de son double album, à la fois disque, film et spectacle, est librement inspiré du livre d’Hermann Hesse avec Le Jeu des perles de verre, sorte de conte philosophique fascinant.

 

 

Danyèl Waro, catégorie album de musique du monde pour Tinn Tout

Ce musicien chanteur poète né à l’île de la Réunion est à l’origine du renouveau du Maloya, genre musical créole propre à l’île de la Réunion et hérité de l’esclavage qui est un mélange de blues aux origines africaines, malgaches et indiennes. Danyèl Waro chante la fierté et la liberté de son île. Avec le Maloya cet insoumis est devenu le porte-voix des opprimés de la Réunion. On lui doit la reconnaissance de cette musique en France. Artiste très influent à La Réunion, il est reconnu par beaucoup de groupes locaux pour l’aide qu’il a apportée à l’émergence de la musique traditionnelle. Tinn Tout a été enregistré au studio Oasis à la Réunion. Danyèl Waro livre ici un album qui revient à l’essentiel : hommages aux hommes qui comptent pour lui : Dédé Lansor, Daniel Singaïny, Georges Brassens dont le Je me suis fait tout petit est adapté en créole. On citera pour finir Babilonn, Kayanm, Dann Wi. Un huitième album au Maloya toujours aussi engagé.

 

 

Angélique Kidjo, catégorie album de musique du monde pour Célia

Originaire du Bénin, Angélique Kidjo avait déjà repris Nina Simone et Miriam Makeba. Avec Célia Cruz décédée en 2003, il fallait une sacrée personnalité pour reprendre la diva de la salsa. Angélique Kidjo explore le répertoire de Celia Cruz du début des années 1950 à la fin des années 1990. Angélique Kidjo salue le talent d’une femme qui s’est imposée dans l’univers masculin de la salsa, et lui rend un vibrant hommage car depuis 1974, où elle la voit, pour la première fois à Cotonou, Célia Cruz a toujours été son modèle. Pour revisiter le répertoire de Celia Cruz, avec une touche de salsa des années 2010, Angélique Kidjo s’est entourée de la crème de la crème : le batteur nigérian Tony Allen, qui nous a quitté récemment, la bassiste américaine Meshell Ndegeocello, le saxophoniste Shabaka Hutchings, nouvelle figure du jazz anglais. Angélique Kidjo a confié la production et les arrangements de son disque au martiniquais David Donatien qui emmène les titres du côté de l’éthio-jazz, des mélopées orientales ou de l’afrobeat.

Written by admin