Le Festival « Le mois Kréyol » revient pour sa 4e édition, du 2 octobre au 28 novembre

La Rédaction

 

Le Festival créé à l’initiative de la danseuse chorégraphe Chantal Loïal et sa compagnie Diké Kako, revient cette année du 2 octobre au 28 novembre, avec comme invitée d’honneur la Guyane et de nombreux artistes parmi lesquels Tony Chasseur, Pierre Edouard Décimus fondateur du groupe KASSAV’, Jacques Schwarz-Bart, et la découverte de Celt’n Ka une musique à mi-chemin entre le Gwoka guadeloupéen et la musique celtique irlandaise. Cette édition spéciale est prolongée d’un mois pour fêter les 25 ans de Difé Kako.

 

 

Un festival qui explore les patrimoines culturels créoles

Le terme créole désigne avant tout les personnes qui sont nées dans les colonies et qui y ont grandi, mais s’étend à tout ce qui découle de ce que l’on appelle d’un processus de créolisation. La musique, la danse, la cuisine, les langues, la littérature. Depuis 4 ans, le Festival Le Mois Kréyol explore donc les patrimoines culturels matériels et immatériels, les dialogues, les imprégnations et les fusions qui relient la Caraïbe, le Pacifique, l’Europe et l’Afrique.

 

 

Luttes sociales et Ecologie

Plusieurs débats, et tables rondes viendront alimenter les deux thématiques de cette année que sont les « Luttes sociales » et « l’Ecologie » et qui trouvent un écho particulier dans le monde créole d’aujourd’hui. Les cultures créoles faisant partie intégrante d’un système écologique global, penser la créolisation d’« écosystèmes » participe aussi à cette prise de conscience de la nature aux moyens de subsistance, à la santé, à la sécurité́ et à la culture, et interroge sa place dans cette biosphère.

 

 

Plusieurs lieux en France vont accueillir le festival

Le Festival investira particulièrement le 13e arrondissement de Paris avec une inauguration à la FAB Agnès b, ainsi que plusieurs lieux en France tels que la Maison des Arts de Créteil, le conservatoire Maurice Ravel à Paris, le Théâtre 13 Seine, la Maison de l’Amérique Latine à Bordeaux au Rocher de Palmer, dans le grand-est au Centre Culturel des Coteaux.

 

Les parrains et marraines de l’Edition 2020

Le Festival aura cette année comme parrain et marraine l’auteure et professeure à la Sorbonne Corinne Mencé-Caster, Tony Chasseur, Maud Petit – députée de la 4e circonscription du Val-de-Marne et membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation -. Pierre Edouard Décimus, fondateur du groupe KASSAV’ et George Pau-Langevin, députée de la 15e circonscription de Paris, ancienne ministre des Outre-mer et marraine du Festival à Strasbourg.

 

 

Les 25 ans de Difé Kako

Cette édition spéciale sera prolongée d’un mois pour fêter les 25 ans de Difé Kako, la compagnie créée par Chantal Loïal. A cette occasion, ses plus grands succès seront à l’affiche comme sa dernière création Cercle égal demi-cercle au carré. Le demi-cercle est celui formé par les musiciens et le danseur qui vient improviser avec le public autour. Quant au carré, il renvoie aux danses traditionnelles appelées contredanses, qui se sont propagées dans les Antilles et en Guyane avec la colonisation. Ces danses sont encore très vivantes aujourd’hui.

 

Un panel d’artistes venus de tous horizons

Une des belles découvertes du festival sera Celt’n Ka, une musique à mi-chemin entre le Gwoka guadeloupéen et la musique celtique irlandaise. Celtn’ka, c’est un voyage musical issu du partage entre des musiciens d’univers et de territoires différents, mais qui ont en commun l’histoire d’une lutte pour une émancipation contre un occupant, une souffrance et un désir d’accession à l’indépendance et la liberté.

Parmi les autres artistes présents cette année, Tony Chasseur, le martiniquais orienté vers une démarche musicale plus Jazz, mêlée à ses rythmes traditionnels originels, fera découvrir son « Créole JAZZ ». La Guadeloupéenne Layko (Irene Bicep), une artiste aux multiples facettes qui baigne dans un contexte musical sans frontière. Florence Naprix, qui chante en créole, et se définit comme une des héritières de l’âme des Nègres marrons, « Nanm a nèg mawon », ces hommes et femmes qui, au risque de leur vie, fuyaient l’esclavage sévissant sur les plantations antillaises. Le saxophoniste de jazz Jacques Schwarz-Bart et le percussionniste trompettiste Edmony Krater seront eux en concert à Bordeaux. Régine Lapassion découverte comme coach vocal dans l’émission La Nouvelle Star sur M6.

Pour le théâtre et les contes, le festival donne la possibilité de (re)découvrir le conteur Éric Lauret, la Marionnettiste, comédienne et musicienne, co-fondatrice de la Compagnie de Menotte en Paluche, Priscilla Jean-Baptiste. La pièce en créole Joyeux anniversaire Marta de José Jernidier sera surtitrée en français.

Written by La Rédaction