L’actrice oscarisée Cicely Tyson et ex-femme de Miles Davis, publiera ses mémoires en 2021

Cicely Tyson, première actrice afro-américaine Oscar d’honneur des Governor Awards retracera sa vie dans ce livre en 2021

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

 

Son nom ne vous dira peut-être rien, mais son visage très connu est apparu dans de nombreux films et séries américaines. A la fois mère de Viola Davis dans « Murder » et de Kunta Kinté dans « Racines », #CicelyTyson est un véritable monument pour les afro-américains. Le 22 novembre 2016, Barack Obama lui décernait la médaille présidentielle de la Liberté, qui est la plus haute distinction civile aux Etats-Unis. A 95 ans, après avoir vécu une vie longue et mouvementée, elle prépare un livre sur ses mémoires, « Just As I Am » – qui sortira l’année prochaine -, écrit en collaboration avec Michelle Burford, rédactrice en chef d’Oprah Magazine.

 

 

Cicely Tison dans « Racines »

« Chacune de mes expériences sur la scène publique a été enracinée dans mon éducation »

Cicely Tyson est née à New York le 19 décembre 1924 et a grandi à Harlem. À l’âge de 18 ans, elle abandonne un travail de dactylographe et commence le mannequinat. D’abord attirée par le théâtre, quand elle obtient son premier emploi d’actrice, sa mère religieuse, sentant qu’elle choisissait une voie de pécheresse, l’expulse de leur maison. Les deux femmes resteront fâchées pendant deux ans avant de se réconcilier. « Chacune de mes expériences sur la scène publique a été enracinée dans mon éducation, ces années passées au coude de ma mère et sur les bancs de mon église. C’était mon monde. Et ce fondement, ce noyau, m’a conduit à une vie de croissance, un voyage merveilleux qui a fait de moi ce que je suis » a-t-elle déclaré.

 

 

Un mariage de huit ans avec Miles Davis qui en fait sa muse

Découverte par un photographe pour Ebony (magazine), Cicely Tyson devient un modèle de mode très populaire. C’est en 1956 qu’elle obtient son premier rôle, et en 1961, se rase la tête pour jouer dans la pièce off Broadway de Jean Genet, Les Nègres. La poétesse Maya Angelou s’y produisait également. Le geste est révolutionnaire, la mode étant aux cheveux lisses des femmes blanches ; Cicely Tyson incite d’autres Afro-Américaines à l’imiter.

L’album Star People de Miles Davis sorti en 1982 lui est dédié, le titre original étant Star On Cicely est un hommage du trompettiste pour son épouse. Son profil figure aussi sur la pochette de l’album Sorcerer de Miles Davis en 1967. Le livre détaillera non seulement ses amitiés avec des acteurs emblématiques tels que Sidney Poitier, Harry Belafonte, Ossie et Ruby Davis, Richard Pryor et James Earl Jones, mais il fera également la lumière sur ses moments avec d’autres personnalités, notamment Maya Angelou, Nelson et Winnie Mandela, Aretha Franklin et même Quincy Jones. Cicely Tyson parle également de son mariage de huit ans avec Miles Davis, de ses amitiés avec Whoopi Goldberg et Kerry Washington et de ses fréquents collaborateurs modernes, tels qu’Oprah Winfrey, Tyler Perry, Shonda Rhimes, Ava DuVernay et Viola Davis.

 

 

« A 95 ans, je commence seulement à comprendre pleinement mon identité »

Cicely Tyson est nominée meilleure actrice à la cérémonie des Oscars 1973 pour son rôle dans Sounder  et en 1974, elle apparaît dans la série The Autobiography of Miss Jane Pittman, dont elle joue le premier rôle. Le 18 novembre 2018, elle reçoit un Oscar d’honneur lors de la cérémonie des Governor Awards, et devient ainsi la première actrice afro-américaine à recevoir ce prix dans cette catégorie.

 

 

« A 95 ans, je commence seulement à comprendre pleinement mon identité », a déclaré Cicely Tyson dans un communiqué. « Les accolades, les lumières, le glamour et les paillettes, ce ne sont que des ornements sur un arbre. Ce ne sont que les racines d’un arbre, ses origines sous le sol, qui peuvent révéler toute son histoire ».

Just As I Am ne passera pas sous silence la carrière de danseuse de Tyson, et détaillera même sa profonde amitié de plusieurs décennies avec le danseur de ballet Arthur Mitchell, avec lequel elle a cofondé le « Dance Theater of Harlem ».

Written by Lise-Marie Ranner Luxin