Comment Jonnetta Patton, mère de Usher, est devenue une « Momager » à succès

La Rédaction

A l’instar des mères de #Brandy et #Ashanti, Jonetta Patton, mère de #Usher, l’icône vivante du R&B, fait partie de cette classe de « Mother Manager » bien ancrée dans le R&B et le Hip-Hop. Dans la nouvelle série ‘Behind Every Man’, qui raconte l’histoire de femmes incroyables dans les coulisses de la carrière d’hommes à succès, elle partage son histoire et explique comment et pourquoi elle a décidé de devenir une entrepreneuse dans le secteur du divertissement.

Derrière chaque grand homme, il y a une femme

A l’instar de Sonja Norwood, mère de Brandy et Ray J, et de Tina Douglas, mère de la chanteuse R&B Ashanti, Jonetta Patton, celle de la star Usher est une « momager » [contraction de mother et manager]. Jonnetta Patton a géré la carrière de son fils depuis le début et a joué un rôle déterminant dans son méga succès. En effet, Jonetta Patton, a commencé à gérer la carrière de Usher à l’âge de 13 ans et a négocié son premier contrat de disque à 14 ans. Bien qu’elle soit maintenant à la retraite de ses fonctions de « momager », Usher attribue toujours à sa mère le mérite d’avoir fait de lui une superstar.

En tant que patronne noire du divertissement, la femme d’affaires a toujours été en avance sur son temps, ayant même possédé très tôt sa propre société de gestion et son propre espace de production, qui comprenait un studio d’enregistrement, un studio de danse et un bureau.

Un premier investissement qui rapporte

Pour commencer, elle achète ses premiers bureaux il y a plus de 20 ans, après avoir senti qu’elle pouvait passer elle-même les appels lorsqu’il s’agissait de déménager l’entreprise de son fils. Elle révèle qu’à l’époque, elle savait que les dirigeants de l’industrie musicale estimaient que les mères qui étaient cadres ne pouvaient pas séparer le travail et leur amour maternel.

« Je vais te dire où nous allons répéter et tu devras me payer »  

« Je savais comment séparer, mais avec eux, je vois de la déception par ici, de la déception par-là, alors j’ai prié Dieu et je lui ai dit que s’il me permettait de m’en sortir, j’achèterais mon propre bâtiment. C’est ce que j’ai fait », explique la célèbre momager. C’était une décision commerciale intelligente. « Maintenant, je ne vais pas vous appeler au téléphone pour vous demander où nous allons répéter », poursuit Jonnetta Patton. « Je vais te dire où nous allons répéter et tu devras me payer ».

Source : Essence

Written by La Rédaction