blacknews.fr

Carmen Souza rend hommage à Horace Silver

Ecouter l'article

 

Peu connue du grand public malgré une carrière déjà bien remplie, Carmen Souza, musicienne-chanteuse aux articulations multiples, a débuté sa carrière professionnelle en 1999, aux côtés du bassiste, compositeur, arrangeur portugais Theo Pascal, devenu son mentor et partenaire d’aventure musicale. Interview.

Cette native de Lisbonne (Portugal) aux parents originaires du Cap Vert, après s’avoir essayé aux chorales d’église, où elle chanta le gospel, et flirta avec plusieurs courants pop, s’est intéressé au jazz auquel elle propose une relecture par le truchement de ses racines Cap-Verdiennes.

Chantant en créole du Cap Vert, en anglais, en portugais et en français, Carmen Souza fusionne les fondements du jazz avec des genres cap-verdiens, tels le batuque, la coladera et la morna, popularisée sur la scène mondiale par Cesaria Evora. A la fois guitariste et pianiste, cette habituée des clubs de jazz parisiens, ainsi que des festivales du genre en France, est tout aussi l’artisane d’une voix aux inflexions alternatives colorées aux falsettos, dont elle sait s’en servir et faire planer sur des arrangements parfois minimalistes, mais complexes sur le plan rythmique.

‘’The Silver Messengers 2020 ‘’ son dernier opus en date, enregistré avec le label allemand Galileo Music, déjà disponible en France, est le neuvième de sa discographie.  L’album est un hommage au légendaire pianiste, père du hard-bop à la matrice funky, Horace Silver (1928-2014) d’origine cap-verdienne, qui fut, avec le batteur Art Blakey, co-fondateur des séminaux Jazz Messengers. Ces derniers ont inspiré à Carmen Souza le titre de l’album.

Chantée surtout en créole, avec quelques interactions en anglais, cette dernière production de studio, pour laquelle Carmen Souza a co-écrit avec Theo Pascal notamment les morceaux  ‘’Silver Blues’’  et ‘’Lady Music’’  et aussi écrit les paroles en créole pour l’emblématique ‘’Song For My Father’’ ainsi que plusieurs autres compositions de Horace Silver(‘’Cape Verdean Blues’’, ‘’Nutville’’), est à la fois solidement percussive et ancrée dans un univers rythmique cap-verdien où se côtoient la coladera, le batuque et  la ‘’bluesy’’ morna.

Carmen Souza fait donc une relecture créole et esthétiquement cap-verdienne de la musique de Horace Silver, qui rapproche de ses origines celui qui a marqué de son empreinte innovatrice la Great American Music, à savoir le jazz.

L’artiste revient le 26 février au Sunset-Sunside, le club de jazz parisien sis au n° 60 rue des Lombards pour un concert unique dont la musique de Horace Silver sera le thème majeur.

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Votre inscription a bien été enregistrée ! Merci

%d blogueurs aiment cette page :