Yale, Jack Daniel’s, Wall Street, Capitole : ces marques et institutions liées à l’esclavage [Dossier]

La Rédaction

Ces marques ou institutions font partie du quotidien des Américains et du patrimoine mondial. En pleine période de manifestations Black Lives Matter contre les brutalités policières et l’injustice raciale, les organisations et marques veulent se réconcilier avec leur histoire raciste. Dans tout le Sud, des monuments et des drapeaux célébrant la Confédération sont démolis. Des entreprises comme Mars et Quaker Oats prévoient de changer ou de retirer des personnages  jugés  racistes comme l’oncle Ben et Tante Jemima. Voici l’histoire de ces marques ou institutions liées à l’histoire de l’esclavage.

Dans un pays où les esclaves noirs ont joué un rôle essentiel dans la puissance et l’égémonie des Etats-Unis, il est impossible d’effacer tous les liens avec sa douloureuse histoire. L’esclavage a tout marqué de son empreinte, du Capitole américain aux assurances en passant par l’alcool que les Américains consomment.

 

L’aveu de New York Insurance Company

L’une des plus grandes compagnies d’assurance-vie des États-Unis a admis que la compagnie qui l’a précédée assurait la vie d’esclaves au profit de leurs propriétaires.

En 2001, New York Life a fourni à la bibliothèque publique de New York ses archives contenant les polices d’assurance vendues aux propriétaires d’esclaves.

« La compagnie qui nous a précédés, Nautilus Insurance Company, a vendu des polices d’assurance sur la vie de personnes réduites en esclavage entre 1846 et 1848 », a déclaré la compagnie sur son site web. « Nous avons été ouverts et transparents sur cette brève et regrettable période de notre histoire, avec la vente par Nautilus de polices d’assurance sur les esclaves couverte par des comptes rendus et des livres datant de 1895 ».

Nautilus a assuré plus de 500 personnes « soit identifiées comme des personnes réduites en esclavage, soit, d’après les comptes rendus, susceptibles d’avoir été réduites en esclavage » et a payé les indemnités de 15 de ceux qui sont morts, selon New York Life.

« Nous avons clairement montré par nos paroles et nos actions depuis de nombreuses années que l’implication de la société qui nous a précédés dans l’esclavage est une tache sur notre histoire que nous ne pourrons jamais oublier. Nous nous sommes engagés à favoriser une meilleure compréhension de l’esclavage en Amérique et à soutenir la communauté noire », a déclaré le New York Life Insurance sur son site web.

 

L’université de Yale tire son nom d’un marchand d’esclaves

Le hashtag #CancelYale a commencé à prendre forme en juin. Il a commencé par un bulletin sur 4chan, le forum de discussion en ligne qui présente fréquemment des contenus extrémistes, selon le Yale Daily News. Il a ensuite pris de l’ampleur après le tweet de Jesse Kelly, l’animateur de l’émission nationale « I’m Right with Jesse Kelly »,  qui révélait que l’université de Yale portait le nom du marchand d’esclaves Elihu Yale. « J’appelle @Yale à changer de nom immédiatement et à retirer le nom de Yale de chaque bâtiment, morceau de papier et marchandising. Sinon, cela signifierait qu’ils détestent  les Noirs. #CancelYale », a tweeté Kelly.

Elihu Yale était un marchand d’esclaves qui tirait profit de la vente de vies humaines. Le président de la prestigieuse universite a déclaré au Yale Daily News en juin que le changement de nom de l’école n’avait pas été envisagé.

L’université de Georgetown, vendait des esclaves pour rembourser ses dettes et faire fonctionner l’école.

De nombreuses universités américaines ont également des liens avec l’esclavage. Harvard et Princeton ont eu des présidents qui possédaient des  esclaves. Dans les universités publiques comme l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill et l’Université de Virginie, des personnes réduites en esclavage travaillaient sur le campus ou aidaient à construire des campus. Certaines écoles, comme l’université de Georgetown, vendait des esclaves pour rembourser ses dettes et faire fonctionner l’école.

Sur une photo prise dans l’ancien bureau de Jack Daniel, on voit Daniel, avec sa moustache et son chapeau blanc, dans sa distillerie du Tennessee à la fin des années 1800. L’homme à sa droite pourrait être un fils de Nearis Green, un esclave qui a aidé à apprendre à Daniel comment faire du whisky (New York Time)

 

Le whisky Jack Daniel’s créé par Nathan Nearest Green, un esclave

Bien que Jack Daniel n’ait jamais possédé de d’esclaves, il a appris à fabriquer du whisky au Tennessee auprès d’un esclave nommé Nathan « Nearest » Green, qui appartenait à un ministre luthérien, selon la société.

C’est le New York Times qui a fait la lumière sur l’histoire de Green en 2016. Depuis lors, Uncle Nearest, une nouvelle marque de whisky honorant Green, a vu le jour. Le whisky est une « entreprise entièrement dirigée par des minorités », précise le site web de la marque.

« Nous continuons à réfléchir à d’autres façons d’honorer l’histoire de Nearest »

Svend Jansen, un porte-parole de Jack Daniel’s, a déclaré à CNN que l’entreprise « connaissait et rendait publique la relation spéciale entre Jack Daniel et Nearest Green depuis de nombreuses années, et c’est une histoire commune à Lynchburg (Tennessee) ». Plusieurs des enfants et petits-enfants de Green ont finalement travaillé pour Jack Daniel’s Whiskey, a déclaré M. Jansen.

Jack Daniel’s a installé une exposition Nearest Green dans son centre d’accueil des visiteurs en mars 2018, a déclaré Jansen. « Nous continuons à réfléchir à d’autres façons d’honorer l’histoire de Nearest », a-t-il dit.

Wall Street, l’ancien marché aux esclaves

 

Wall Street, le marché aux esclaves

Avant que Wall Street ne devienne la plus grande bourse du monde que l’on sait aujourd’hui, l’endroit a prospéré comme marché auxesclaves entre 1711 et 1762, selon le JSTOR Daily, une bibliothèque numérique.

En 2015, le maire de New York, Bill de Blasio, a rendu hommage aux esclaves qui ont jeté les bases de Wall Street.

« Ce lieu nous rappelle l’un des pires chapitres de notre histoire », avait alors déclaré M. de Blasio. « Il y a 134 ans, avec l’approbation du gouvernement de la ville, c’est devenu un lieu d’achat, de vente et de location d’êtres humains ».

La première dame de New York, Chirlane McCray, a déclaré que l’esclavage avait construit les fondations de la ville et que son marché aux esclaves n’avait de rival que celui de Charleston, en Caroline du Sud.

« Vous pouviez venir ici n’importe quel jour et assister aux ventes et d’une certaine manière, c’était considéré comme normal dans cette ville. Cela a continué ailleurs dans la ville pendant près de 80 ans encore », a déclaré M. de Blasio.

 

La Maison Blanche et le bâtiment du Capitole américain

L’ancienne première dame Michelle Obama avait fait sensation en 2016 lorsqu’elle déclarait que des personnes asservies avaient construit la Maison Blanche. Elle n’avait pas tort.

La construction de la première Maison blanche a commencé en 1792. Les responsables avaient prévu d’importer des travailleurs européens pour aider à construire la structure, mais le recrutement ne s’est pas déroulé comme prévu, alors ils se sont tournés vers les Noirs, libres et esclaves, selon l’Association historique de la Maison Blanche.

Le bâtiment du Capitole américain a également été construit avec le travail de personnes asservies. La construction du bâtiment a commencé en 1793. Comme pour la Maison Blanche, les fonctionnaires ont eu du mal à trouver de la main-d’œuvre qualifiée et se sont donc tournés vers les esclaves, qui étaient souvent loués aux propriétaires. Selon l’architecte du Capitole, le Congrès a dévoilé en 2012 une plaque honorant les personnes asservies qui ont construit le Capitole.

« Donc, quand vous voyez que du travail d’esclave a été utilisé au Capitole et à la Maison Blanche, ce n’est pas seulement une question de relations personnelles entre les fondateurs et l’esclavage, c’est une question nationale et institutionnelle qui montre que le gouvernement lui-même a été impliqué dans l’esclavage », a déclaré Adam Rothman, un professeur d’histoire de l’Université de Georgetown spécialisé dans l’esclavage.

Après les commentaires de Madame Obama en 2016, l’Association historique de la Maison Blanche a commencé à mener des recherches approfondies sur l’esclavage et ses relations avec les présidents des États-Unis et la Maison Blanche, a déclaré Matthew Costello, un historien senior de l’Association historique.

Ces recherches ont contribué à la création du site web « Slavery in the President’s Neighborhood », lancé en février.

Article complet à lire sur CNN

Written by La Rédaction