Un nouveau crime raciste aux Etats-Unis, remet en exergue les lois sur la légitime défense

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

Anthony J. Trifiletti, un homme blanc de 24 ans du Minnesota, est accusé du meurtre de Douglas C. Lewis, un homme noir non armé de 39 ans, à la suite d’une altercation sur le bord de la route causée par un accident de voiture sans aucune gravité. Le meurtrier déclare qu’il était en légitime défense. Il invoque la « stand your ground » fréquemment utilisée par des trafiquants de drogue ou des assassins pour échapper à des poursuites.

Un incident qui dérape après un simple accrochage de voiture

Selon les rapports de police, l’incident s’est produit sur une autoroute à St. Paul, dans le Minnesota, lorsque la voiture de Trifiletti a été accidentellement heurtée par derrière par la voiture de Lewis. Les deux hommes sont sortis de la voiture et ont eu une altercation avant de partir chacun de leur côté. Quelques minutes plus tard, les deux hommes ont eu une autre confrontation. Trifiletti aurait sorti son arme et aurait tiré quatre fois sur Lewis à bout portant avant de prendre la fuite. Lewis transporté à l’hôpital, est décédé pendant l’opération. Trifiletti qui s’est rendu plus tard, a déclaré qu’il avait craint pour sa vie en disant à la police qu’il pensait que Lewis cherchait une arme alors qu’il s’approchait de lui. La police a confirmé que Lewis n’était pas armé à ce moment-là.

« Les Blancs peuvent s’en tirer en tuant un Noir en disant qu’ils avaient peur »

La famille de Lewis pense que Trifiletti a tiré sur lui uniquement parce qu’il est noir. Dans une capture d’écran, un message privé, révèle que Trifiletti a « peur de la communauté noire » et que l’incident est à 100% basé sur la race. « Les Blancs peuvent s’en tirer en tuant un Noir en disant qu’ils avaient peur », a déclaré Valerie Lewis sœur de la victime au Star Tribune. « Il a tué mon frère de sang-froid » a-t-elle ajouté. Trifiletti, qui est accusé de meurtre au second degré, reste emprisonné.  Sa caution fixée à un million de dollars, a finalement été réduite à 500 000 dollars avec certaines conditions ou à 750 000 dollars sans conditions. Sa première comparution devant le tribunal du comté de Ramsey a été repoussée afin qu’il puisse engager un avocat privé.

L’allégation de légitime défense pourrait être difficile à prouver

L’avocat de la défense, Tom Shiah, a déposé une demande en légitime défense, une circonstance atténuante reconnue par l’Etat du Minnesota qui exige que les individus ne prennent une vie qu’en dernier recours. Selon la loi du Minnesota, la force meurtrière par un civil n’est justifiée que si quatre critères sont remplis : « Vous devez raisonnablement craindre immédiatement la mort ou de graves lésions corporelles pour vous-même ou pour autrui, être un participant réticent, ne pas disposer de moyens de retraite raisonnables, et si une force moindre ne suffisait pas ». « La légitime défense ne signifie pas que si vous avez peur, vous pouvez utiliser une force mortelle », a déclaré Joe Tamburino, un avocat spécialisé de Twin Cities qui n’est pas impliqué dans l’affaire Trifiletti. « Le recours à la force doit être proportionnelle à la violence » a-t-il ajouté. Le récit de l’assassin est contredit par deux témoins qui affirment que Trifiletti n’a jamais vu d’arme pendant l’altercation et il n’a fait face à aucune menace directe. Cependant, il est légalement autorisé à porter une arme à feu en public.

Les lois Stand Your Ground

Aux États-Unis, la stand-your-ground law « loi Défendez votre territoire » affirme qu’une personne peut utiliser une force raisonnable dans le cas de légitime défense quand elle croit de façon raisonnable qu’elle est soumise à une menace illégale, sans obligation de battre en retraite. Cette loi permet à celui qui se sent menacé de répliquer immédiatement et dans des proportions parfois tragiques. Cette loi repose sur la subjectivité de la personne, de celui qui se sent attaqué. La manière de se défendre peut avoir des conséquences disproportionnées par rapport à la menace. C’est même parfois à l’État de prouver qu’il n’y avait pas danger de mort. C’est cette loi qui a permis à l’assassin de Travon Martin de ne jamais être inquiété, et qui permet à de nombreux assassins d’être acquittés.

Des ports d’arme en forte hausse dans le Minnesota

Plus de 300 000 habitants du Minnesota ont un permis de port d’armes à feu. Un nombre qui a presque doublé au cours des six dernières années. Les personnes qui demandent un permis doivent suivre une formation avec un instructeur certifié, payer des frais et se soumettre à une vérification de leurs antécédents criminels. Une fois par an, l’État doit effectuer des contrôles supplémentaires sur les titulaires de permis afin de s’assurer qu’ils ne sont pas devenus des personnes interdites ou qu’ils ne sont pas considérés comme un danger pour eux-mêmes ou pour autrui. Rob Doar, directeur politique du Minnesota Gun Owners Caucus, a souligné que le rapport annuel du Bureau of Criminal Apprehension prouve que seule une petite partie des détenteurs de permis commettent des crimes chaque année. « Le fait d’avoir une arme à feu chargée et un permis de port d’arme en public est une recette de carnage », ont écrit les organisateurs anti arme à feu.  « Tirer d’abord et poser des questions ensuite n’est jamais acceptable. Jamais ».

Sur les réseaux sociaux, Trifiletti se moquait ouvertement des groupes ethniques

Les comptes Facebook, Twitter et Instagram de Trifiletti dépeignent un jeune homme qui aime les sports motorisés, les armes à feu et faire la fête avec ses amis. Les photos de plusieurs comptes montrent Trifiletti tenant un pistolet avec deux amis armés, avec la légende « Aimez-vous votre pays » ? Une autre photo où il lève une arme à feu dans chaque main dit : « Restez verrouillé et chargé ». Mais certains posts décrivent un jeune homme qui se moque des groupes ethniques. Dans une vidéo de Facebook Live datant de 2016, Trifiletti claque une bière alors qu’il s’apprête à laisser ses copains se raser la tête à tour de rôle. Il utilise avec désinvolture une insulte raciale, alors qu’une fille le regarde, avant qu’un ami ne lui réponde : « Il emploie une insulte raciste ». Trifiletti rit. Puis quelqu’un dans le fond fait une remarque désobligeante sur les Juifs.

Une deuxième vidéo montre un ami masculin qui se moque des Asiatiques pendant qu’il finit de raser la tête de Trifiletti. Les avocats affirment qu’aucun de ces éléments n’est susceptible d’être recevable devant un tribunal. A moins que les procureurs ne trouvent des preuves que des circonstances aggravantes élèvent la fusillade au rang de crime haineux, les anciens messages des médias sociaux ne sont pas pertinents pour l’enquête. « Aussi désagréables que soient les insultes à caractère racial, la question est de savoir si elles sont pertinentes pour un procès et s’il existe un danger d’injustice qui pourrait enflammer les passions d’un jury », a déclaré Pacyga, l’avocat de la défense.

Written by admin