[Podcast] Le réalisateur Blaise Mendjiwa revient sur le scandale du #Chlordécone aux #Antilles.

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

Dans l’émission « Radiotelescopie » sur ETV Guadeloupe consacrée au Chlordécone, le nouveau maire de Pointe à Pitre en Guadeloupe, Harry Durimel faisait des révélations chocs au réalisateur Blaise Mendjiwa. Deux ans après cette émission, l’affaire n’est toujours pas jugée et aucune décision n’a été rendue à ce jour. Nous avons demandé au réalisateur Blaise Mendjiwa de nous raconter les coulisses de cette émission et son analyse.

Blaise Mendjiwa

Juriste de formation Blaise Mendjiwa est titulaire d’un DESS droit des assurances, d’un DEA Droit Civil, qu’il a obtenu à l’Institut des Assurances Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a été cadre supérieur à L’Union des Assurances de Paris (UAP) qui est devenu AXA et a dirigé les filiales de ce groupe au Cameroun et aux Antilles. Il a été le Directeur Général de UAP Caraïbes de 1992 à 1995 avant de créer sa propre société de courtage d’assurance Assureurs-Conseil Caribéens qui opérait sur la Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint Barth et Saint Martin. Installé en Guadeloupe, à sa retraite il se reconverti dans le journalisme et la réalisation de documentaire, nouveau métier dans lequel il s’épanouie. A son actif donc plusieurs documentaires dont Le monde racisé du cinéma. Le réalisateur s’interroge: « Pourquoi dans ce cinéma [français], les rôles confiés aux acteurs et actrices de la diversité, et particulièrement les Noirs, sont-ils des rôles souvent prédéterminés ? Pourquoi ces rôles connotés racialement sont donnés à ces acteurs ? ». Dans le documentaire, de nombreux acteurs et cinéastes antillais font part de leurs impressions, comme Pascal Légitimus, Firmine Richard, France Zobda, Alex Descas, Jean-Claude Barny, Euzhan Palcy et feu Jean-Michel Martial. Aïssa Maïga, Mathieu Kassovitz et Ladj Ly, le réalisateur des « Misérables », interviennent également.

Written by Lise-Marie Ranner Luxin