#Lu. Pourquoi y a-t-il si peu de cas de #Covid-19 en Afrique ? Les explications des experts

La Rédaction

 

Même l’OMS semble revenir sur ses prévisions apocalyptiques des débuts sur l’Afrique. Alors que certaines des infrastructures de santé les plus développées au monde ont échoué dans leur lutte contre la pandémie de Covid-19, l’Afrique, avec ses fragiles systèmes de santé, semble être le continent le moins touché jusqu’à présent. Comment comprendre cela ?

 

Selon les Centres africains de contrôle des maladies, 52 pays africains avaient signalé 13 686 cas (dont la majorité était des cas importés) de Covid-19, dont 744 décès, au 12 avril 2020. Ces chiffres représentaient 0,7 % et 0,6 % des cas de Covid-19 dans le monde et des victimes, soit respectivement 1 804 748 et 110 877.

 

Pourquoi y a-t-il si peu de cas de Covid-19 en Afrique, un continent plus grand que la Chine, les États-Unis et le Canada réunis ?

 

Beaucoup suggèrent que le faible nombre de cas est dû à l’insuffisance des installations de dépistage en raison de la rareté des ressources et de la faiblesse des systèmes de santé en Afrique (voir aussi ici et ici). Cependant, nous avons fait d’autres observations, liées à la démographie, aux modèles de comportement, à la dynamique des âges, au climat et à d’autres facteurs, qui pourraient maintenir le nombre total de cas à un faible niveau en Afrique. Une étude de ces observations pourrait catalyser des recherches intrigantes alors que le monde se bat contre un ennemi commun qui ne respecte pas l’appartenance religieuse, le statut économique ou les frontières géographiques.

 

Une faible densité de population

La faible densité de population en Afrique, à peine 117 personnes par mile carré, est beaucoup plus faible que dans d’autres régions du monde. Par exemple, la densité de population en Europe occidentale et en Asie du Sud-Est est respectivement de 468 et 399 personnes par km2. De même, dans les régions surpeuplées des États-Unis, comme l’État de New York, qui est devenu un épicentre de Covid-19, la densité de population atteint 421 personnes par mile carré.

Une forte densité de population implique que les gens résident à proximité les uns des autres et que les chances qu’ils interagissent les uns avec les autres sont très élevées. Une telle interaction pendant une pandémie peut accélérer la propagation de la maladie.

Cette logique s’applique également à l’Afrique, où certains pays, par exemple l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Maroc et l’Algérie, ont des établissements surpeuplés et fortement urbanisés, contrairement à la situation pastorale dans une grande partie du reste de l’Afrique. Au 12 avril, ces quatre pays avaient signalé un nombre relativement élevé de cas de Covid-19 – 7 409 cas et 559 décès – par rapport à l’Afrique australe, orientale et centrale, qui n’avaient signalé que 35, 27 et 38 victimes de Covid-19, respectivement.

Coronavirus par densité de population. Source Futura-Sciences

Moins de mouvements

Bien qu’il existe des communautés économiques régionales et des blocs politiques de libre-échange presque sans frontières (IGAD, SADC, UMA, CEDEAO, CEEAC, CEN-SAD), les mouvements vers et depuis le continent africain sont relativement limités par rapport aux autres continents. Un examen attentif des données relatives aux vols montre que les aéroports africains enregistrent le plus petit nombre de vols intercontinentaux à l’arrivée.

À part l’aéroport international de Johannesburg, aucun aéroport africain ne figure dans la liste des 50 aéroports les plus fréquentés au monde. La conséquence est évidente dans les cas de Covid-19 en Afrique du Sud qui dépassent les 2 000, alors que les cas dans de nombreux autres pays africains n’atteignent pas les 50.

Les plates-formes régionales d’Addis-Abeba, de Nairobi, de Johannesburg, d’Abuja et du Caire ont imposé différents niveaux d’interdiction des vols internationaux et les restrictions de mouvement ont clairement réduit la transmission sur le continent.

 

Faible proportion de personnes âgées

Le Covid-19 est plus dangereux pour les personnes âgées de plus de 65 ans. En Italie, pays le plus touché, le taux de population de 65 ans ou plus est de 23,1 %. En Afrique, il est inférieur à 5 %. La jeunesse africaine, inférieure à 25 ans pour être exact, représente 60 % de la population du continent. Cette démographie semble être un facteur de protection.

 

Bon comportement en matière de santé communautaire

Au fil du temps, les Africains ont adopté de bons comportements en matière de santé communautaire, principalement en raison de l’histoire, de l’ampleur et de la nature des mouvements de développement social et de la sensibilisation, tant des ONG (y compris les organes des Nations unies) que des institutions religieuses. En outre, à la suite de deux récentes épidémies mortelles – le virus Ebola et le virus du Congo – les Africains sont devenus plus réceptifs aux appels à la prudence lancés par les autorités locales en cas d’épidémie. Ce type de comportement est moins fréquent en Europe. Par exemple, en Italie et au Royaume-Uni, les gens ont d’abord ignoré les appels du gouvernement à maintenir une distance sociale. Le nombre de cas de Covid-19 dans ces pays s’est rapidement multiplié.

 

Immunité possible en raison des tendances actuelles de la maladie

Les premières recherches indiquent une corrélation négative entre l’apparition de la malaria et le Covid-19 dans une région. Les pays touchés par le paludisme semblent être relativement plus sûrs par rapport au Covid-19, et vice versa. La figure ci-dessous montre cette corrélation.

Le bleu représente les endroits où le paludisme a causé plus de 0,1 décès par million d’habitants. Le jaune indique les régions où le Covid-19 a causé un niveau similaire de décès. (Source : Guerrini et al, 2020)

L’Afrique est gravement touchée par le paludisme. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2015, neuf patients sur dix atteints de paludisme ont été signalés en Afrique. Plus récemment, en 2018, 93 % des cas totaux de paludisme ont été recensés en Afrique. En conséquence, les Africains, par rapport aux habitants des autres régions, ont pris davantage de médicaments antipaludiques, ce qui pourrait leur avoir donné un niveau de protection supplémentaire contre le Covid-19. Ce phénomène attire l’attention des chercheurs et des scientifiques à la recherche de remèdes et de vaccins contre le Covid-19.

De même, la recherche a confirmé une association négative entre l’incidence de la tuberculose (TB) et le Covid-19. Contrairement aux pays à faible taux de tuberculose, les pays africains à forte incidence de tuberculose ont depuis longtemps mis en place un programme national de vaccination des enfants contre le bacille de Calmette-Guérin (BCG) pour tous. Les pays n’ayant pas de politique universelle de vaccination au BCG (c’est-à-dire l’Italie et les États-Unis) ont été durement touchés par la COVID-19 par rapport aux pays ayant une politique universelle de vaccination au BCG.

D’autre part, selon un article de recherche publié par le magazine Nature, l’ampleur de la mutation génétique possible du COVID-19 dans différentes populations géographiques peut également expliquer les différents taux de transmission.

 

Un climat peu propice

Une autre possibilité est que le climat de l’Afrique ne soit pas propice à la propagation du coronavirus. Certaines recherches préliminaires suggèrent qu’une température et une humidité plus élevées sont en corrélation avec une transmission plus faible de Covid-19. Les endroits qui comptent le plus grand nombre de patients atteints de Covid-19 ne sont pas aussi chauds et secs que l’Afrique.

 

L’Afrique, dans l’ensemble, est plus ensoleillée que l’Europe, la plupart des États-Unis, le Canada et la Chine. Un article de recherche publié dans le British Medical Journal conclut que la supplémentation en vitamine D réduit de près de moitié les infections aiguës des voies respiratoires. Par conséquent, les habitants des régions plus ensoleillées, qui reçoivent des quantités plus importantes de vitamine D, pourraient être plus immunisés contre les infections des voies respiratoires en général.

 

L’autre côté de l’image

Les observations ci-dessus restent des spéculations et des sujets de débat car la recherche est préliminaire et n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs.

L’incidence plus faible de Covid-19 en Afrique pourrait bien être liée au manque d’installations de test nécessaires pour identifier le virus dans les communautés locales.

En outre, d’autres maladies infectieuses présentant des symptômes apparemment similaires, telles que la grippe et la pneumonie, pourraient masquer le nombre réel de cas de Covid-19 en Afrique.

Divers facteurs pourraient rendre l’Afrique particulièrement vulnérable une fois que le Covid-19 sera bien implanté. Par exemple, le surpeuplement des villes, les mauvaises conditions sanitaires et la forte charge de morbidité qui prédispose les Africains à la maladie de Covide-19 sont bien connus. Ces facteurs, accompagnés de la faiblesse des systèmes de santé publique et des mécanismes de gouvernance, suggèrent que l’Afrique sera plus sujette à la transmission de Covid-19.

Le Covid-19 pourrait finir par se propager comme un feu de forêt dans la région. Les masses pauvres des bidonvilles d’Addis-Abeba, de Mogadiscio et de Nairobi pourraient en faire les frais. Si la pandémie se prolonge pendant des semaines et des mois, elle compromettra les initiatives sanitaires existantes et en cours dans la région, comme la lutte contre la polio et le virus Ebola, aggravant ainsi la situation.

Un responsable de l’OMS a déclaré récemment : « Nous sommes tous dans le même bateau et nous ne pouvons réussir qu’ensemble ». C’est pourquoi les dirigeants mondiaux doivent s’engager et concevoir des stratégies à la fois locales et mondiales. Ces stratégies devraient mettre fin non seulement à la crise actuelle, mais aussi à ses effets boomerang, qui peuvent résulter de la négligence d’un continent comptant 1,2 milliard d’habitants. Tant qu’il n’y aura pas de traitement ou de vaccin viable, la complaisance n’aura pas sa place dans la lutte contre le Covid-19.

L’Afrique doit se préparer au pire en mobilisant rapidement les ressources locales, en augmentant rapidement ses capacités et en mettant en œuvre de manière approfondie les lignes directrices proposées.

De même, la communauté internationale doit accroître son assistance technique et fournir des fonds supplémentaires pour atténuer les menaces de pandémie qui pèsent déjà sur le Nord et qui se dirigent rapidement vers l’Afrique. DM/MC

 

Auteurs :

Nasir Javaid est inscrit au programme de micro-maîtrise en données, économie et politique de développement du Massachusetts Institute of Technology. 

Fazal Jamil est résident en médecine interne (nouveau) à l’hôpital St Elizabeth Youngstown, Ohio. Il tweete à @Isapzais.

Muhammad Salar Khan est doctorant en politique publique et assistant de recherche diplômé à la Schar School of Policy & Government de l’université George Mason. 

Source : Daily Maverick

Written by admin