« Le monde racisé du cinéma français » projeté à Gonesse, en banlieue parisienne, en présence de son réalisateur

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

 

« Le Monde racisé du cinéma français » du réalisateur Blaise Mendjiwa sera projeté au Cinéma Jacques Prévert de la ville de Gonesse dans le 95, le samedi 3 Octobre 2020 à 18 h. La banlieue, c’est la France de la mixité. Celle des jeunes qui peinent souvent à s’intégrer à la culture française, de laquelle ils se sentent isolés. A travers ce documentaire, l’occasion de donner la parole à des jeunes et moins jeunes, pour affirmer leur identité. La séance sera suivie d’un débat avec les spectateurs au cours duquel le réalisateur répondra à leurs questions.

 

 

La banlieue dans l’imaginaire du cinéma

La banlieue endosse une connotation négative, voire péjorative, accompagnée de ses préjugés. Autrefois symboles de confort et d’ascension sociale, les banlieues sont devenues la scène d’une crise sociale montrée à l’écran. Des scènes que l’on retrouve dans les rôles proposés aux acteurs noirs : nounou, femme de ménage, prostituée pour les femmes ; dealer, braqueur, chômeur ou terroriste pour les hommes. Dans le documentaire, un témoignage intéressant, celui de Mathieu Kassovitz, réalisateur du film La Haine qui dépeint une réalité et qui est adapté d’une histoire vraie, celle du jeune Makomé M’Bowolé, âgé de 17 ans, mort dans un commissariat du XVIII arrondissement de Paris. Mais vingt ans après ce film culte, quelle est cette réalité ? De quel côté se trouve la Haine ?

 

 

Written by Lise-Marie Ranner Luxin