Importance des marques de scarification en Afrique

 

Par Ifediba Nzube

Pour un Occidental, une marque de scarification peut ressembler à une cicatrice visible, mais pour ceux qui connaissent la richesse de la culture africaine, les marques de scarification sont des symboles d’identité et du patrimoine.

On pense que pendant la traite des esclaves en Afrique, ces marques étaient utilisées pour identifier les proches qui s’échappaient ou étaient sauvés des marchands d’esclaves.
Il est bon de noter que l’utilisation des marques de scarification est en déclin. Pour des raisons esthétiques, les gens deviennent conservateurs et dans certaines régions, son utilisation est carrément interdite par le gouvernement. Par exemple, au Nigeria, le gouvernement de l’État d’Osun a interdit son utilisation sur les enfants.

Scarification chez les Igbos

Comment cela se fait-il ?

Les scarifications sont effectuées sur les parties du corps les plus visibles comme le front, les joues et les tempes. Elle est également effectuée sur des parties moins visibles comme l’abdomen, les épaules, la poitrine et les fesses.
La pierre, le verre ou le métal tranchant sont chauffés dans un feu puis utilisés pour faire des incisions sur des parties du corps. De la suie ou du poivre sont frottés sur les blessures, probablement utilisés comme désinfectants pour garder les plaies propres. Quelles que soient les méthodes utilisées, la scarification est un processus douloureux.

Scarification Ethiopie

Objectifs

Il existe diverses utilisations de la scarification, mais quelle que soit la diversité, la plupart sinon toutes ses fonctions sont centrées sur l’identité, qu’elle soit sexuelle, religieuse, spirituelle ou de parenté.
Lignage – l’utilisation la plus courante des marques de scarification est l’identification du lignage patrilinéaire. Les scarifications sont utilisées pour différencier les clans et, dans certains cas, pour identifier des étrangers qui pourraient être des intrus et des envahisseurs potentiels. Les cicatrices sont faites selon des motifs uniques qui sont distincts et varient d’un clan à l’autre.

Chez les Yorubas, les marques faciales (Ila) sont utilisées pour attribuer des droits d’appartenance à part entière aux enfants nés dans leur clan patrilinéaire. Ces marques faciales comprennent Owu, Pele, Gọmbọ et Abaja.
Les scarifications visant à identifier la lignée sont également courantes dans la tribu Ko au Burkina Faso, et dans les tribus du Sud-Soudan et d’Éthiopie.

 

Rites de passage

Les marques tribales sont utilisées pour marquer les rites de passage, tout comme la circoncision. Chez les Igbos, des marques telles que Nki et Ichi sont données aux hommes comme symbole du courage masculin. En République du Bénin, les marques tribales sont utilisées dans les tribus Bétamarribé comme symboles de fertilité pour célébrer les filles qui ont atteint l’âge de la procréation.

 

Tatouage chez une Peul

Embellissement

Les marques de scarification sont utilisées pour l’embellissement chez les femmes peules qui préfèrent les marques sombres autour de la bouche et du menton. Les femmes peules ajoutent des effets supplémentaires à ces marques en les colorant avec du henné.
Protection – les marques de scarification sont utilisées pour éloigner les mauvais esprits qui provoquent des convulsions et de la fièvre chez les enfants. Dans la culture yoruba, les cicatrices sont données aux enfants que l’on croit être des enfants d’esprits. On pense que ces enfants ont un penchant pour la frustration de leurs parents terrestres en mourant tôt pour ensuite se réincarner. En Igboland, ces enfants sont appelés Ogbanje. Pour que ces enfants restent plus longtemps sur terre, on leur donne des marques de scarification. On pense que ces marques ternissent leur corps physique et les rendent moins désirables et moins accueillants pour leurs frères et sœurs spirituels. Les marques de scarification sont également données aux femmes pour éloigner les mauvais esprits qui provoquent la stérilité et les fausses couches.

Statut social 

Chez les Igbos, les marques de scarification sont données pour différencier le statut social. Par exemple, la marque Egbugbu est donnée pour différencier les personnes qui sont nées libres de celles qui sont nées dans l’esclavage (Osu)


Ifediba Zube est rédactrice culturelle et auteure de nouvelles. Elle a tIfediba_Nzubetravaillé à la chaîne Africa Channel, en tant que responsable éditorial sur la culture et les destinations de voyage de luxe en Afrique. Lorsqu’elle n’est pas en poste dans des cliniques, elle est sur Medium, lisant et révisant des nouvelles.

  •  

Written by admin