France. #OmarSy, violemment attaqué pour son rôle de flic dans « Police »

 

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

 

Depuis la sortie du film « Police », Omar Sy est la cible de violentes critiques sur les réseaux sociaux. Le hashtag #boycottOmarSy avait même émergé sur Twitter. Certains lui reprochent d’incarner un policier dans le dernier long métrage d’Anne Fontaine après ses prises de position contre les violences policières. Des fonctionnaires invités à visionner le film en avant-première ont déploré qu’Omar Sy « ose porter l’uniforme ». D’autres attaques, racistes, lui demandent de retourner chez lui.

 

 

Une lettre ouverte dans laquelle l’acteur appelait à « se réveiller »

Après avoir manifesté aux Etats-Unis, où il réside, pour le mouvement Black Lives Matter, l’acteur Omar Sy avait lancé une pétition contre les violences policières en France. Dans une lettre ouverte publiée sur le site de L’Obs, l’acteur appelait à « se réveiller », réclamant une « police digne de notre démocratie ». Dans cet appel publié dans la foulée des manifestations pour Adama Traoré, l’acteur expliquait : « J’ai marché pour George Floyd aux Etats-Unis. Le nom de George Floyd en charriait bien d’autres en écho dans ma tête. Celui d’Adama Traoré, en France ». L’acteur d’Intouchables avait manifesté son soutien à la famille d’Adama Traoré mort après une interpellation en 2016,  et dont sa sœur Assa, estime les gendarmes responsables de la mort. Omar Sy avait également soutenu la chanteuse Camélia Jordana qui, elle aussi, avait dénoncé les violences policières.

 


Lire aussi : Quand l’artiste Camélia Jordana « tase » la police


 

Un rôle de policier tourmenté

Dans le film Police, les fragilités des personnages vont exploser dans le huis clos de leur voiture de fonction. Trois flics parisiens, se voient obligés d’accepter une mission inhabituelle : reconduire un étranger à la frontière. Sur le chemin de l’aéroport, le personnage interprété par Virginie Efira comprend que leur prisonnier risque la mort s’il rentre dans son pays. Face à cet insoutenable cas de conscience, elle cherche à convaincre ses collègues de le laisser s’échapper. C’est à cette occasion que les tiraillements moraux des policiers vont s’exprimer.

 

 

Une polémique qui n’a pas se sens

Le fait qu’Omar Sy interprète le rôle d’un policier a profondément déplu à certains, qui y ont vu une trahison de la part de l’acteur, après ses prises de position contre les violences policières. D’autres le critiquent également, jugeant comme une insulte, que l’acteur revête l’uniforme des Forces de l’Ordre pour un rôle après avoir critiqué la Police. Certain allant même jusqu’à lui demander de retourner chez lui. Des policiers qui ont visionné le film ont été choqués que l’acteur osent porter l’uniforme. Rappelons que la star d’Intouchables avait déclaré dans les colonnes de l’Obs : « Je reçois beaucoup de messages de tous horizons, y compris venant de policiers, qui font dignement leur travail et se sentent salis par les violences commises par certains de leurs collègues. Ces gens se sont tus trop longtemps parce que la pression est trop forte. Que la parole se libère enfin, avec peut-être une espèce de ‘#Metoo des keufs’, tant mieux… » L’acteur qui a répondu depuis les Etats-Unis avec une grande classe, s’est contenté de tweeter la bande annonce du film.

 

 

Ces internautes n’arrivent pas à faire la distinction entre la réalité et la fiction. Nous leur conseillons vivement de ne plus se rendre au cinéma, car un acteur en uniforme nazi pourrait les perturber à jamais ou encore un autre interprétant un prêtre pédophile leur donner des cauchemars. Cette polémique ramène encore et toujours le Noir à sa condition et rappelle l’affaire Danièle Obono. Soit il se tait, soit on lui ordonne de rentrer chez lui, en Afrique.

Written by Lise-Marie Ranner Luxin