Dispositif impressionnant pour la manifestation contre les violences policières et le racisme [Reportage photos]

Par la rédaction

 

À Paris, ce samedi 13 juin, la manifestation contre les violences policières et le racisme s’est transformée en un « rassemblement statique » de 15 000 personnes, selon les chiffres de la préfecture, qui a décidé d’empêcher le défilé du cortège qui devait se rendre sur la place de l’Opéra. Une présence massive de la police empêchait les manifestants d’avancer.

 

La place de la République transformée en souricière

Le réalisateur Blaise Mendjiwa qui était présent Place de la République a rapporté sur son compte Facebook : « En fait la place est une véritable souricière avec une entrée et une seule sortie de telle sorte que vous êtes obligé de faire le tour de la place pour pouvoir sortir par une rue elle-même tenue par des policiers » !

Notre rédaction qui était présente a pu constater ce dispositif hors norme. Blaise Mendjiwa ajoute : « Ce dispositif est potentiellement dangereux en cas de débordements car les manifestants seront pris dans une souricière dont ils ne pourront pas échapper ! Ayant constaté personnellement ce dispositif j’ai choisi de me retirer en me mettant à l’abri à un kilomètre du centre de la manifestation » !

 

« Quand le peuple français descend, le message est plus fort »

En début d’après-midi, la sœur d’Adama, Assa Traoré, a pris la parole. « Aujourd’hui, c’est un rassemblement pour dénoncer le déni de justice, la violence policière, la violence sociale, la violence raciale », a-t-elle déclaré. « Quand le peuple français descend, le message est plus fort, c’est l’unisson qui parle. On réclame tous la même chose : une justice juste pour tout le monde », a ajouté Assa Traoré.

Après deux heures de rassemblement dans le calme, de vives tensions ont éclaté entre certains manifestants et les policiers. 

Des affrontements ont eu lieu. La police a chargé et lancé des gaz lacrymogènes tandis que la préfecture a évoqué des tirs de mortiers et des jets de projectiles contre les forces de l’ordre. Aux alentours de 18 heures, les manifestants se sont dispersés. En tout, 26 personnes ont été interpellées par la police, selon la préfecture.

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur a tenu à saluer ses rangs, présentant sa « reconnaissance » et son « indéfectible soutien » aux forces de l’ordres.

« Vérité et Justice » à Lyon

A Lyon, où environ 2000 personnes ont manifesté au sujet des violences policières, la situation s’est tendue en fin de manifestation, conduisant à cinq interpellations. Alors que la journée se déroulait calmement, les manifestants demandant « vérité et justice » pour des jeunes morts dans la région, comme Mehdi, mort en 2016 en scooter à Vénissieux après avoir tenté d’échapper à un contrôle de police, ou Wissam, décédé en 2012 à Clermont-Ferrand après son interpellation dans des conditions controversées.

Written by admin