De l’Ouganda au Nigeria, les militants demandent à leurs gouvernements de rayer les noms des colonialistes des rues

La Rédaction

 

Le désir d’effacer les traces  qui célèbrent ou glorifient le colonialisme gagne aussi l’Afrique. En Ouganda et au Nigéria, des collectifs se créent pour exiger de leurs gouvernants de débaptiser les rues de tous les noms des colons britanniques. Et de les remplacer par des figures locales ou africaines.

 

 

Ouganda. L’avenue Ternan, un long tronçon de route nommé d’après le colonel britannique Trevor Ternan, se trouve à côté de la maison présidentielle en Ouganda. Au cœur de la capitale Kampala, une autre rue portant le nom du roi George VI conduit les visiteurs et les législateurs au parlement du pays.

Pétition pour décoloniser tr renommer les rues de Kampala e partout en Ouganda

Appelée à l’origine le parc national de Kazinga, la réserve de chasse la plus populaire d’Ouganda a été rebaptisée Parc Reine Elizabeth II pour commémorer la visite de la monarque dans la colonie britannique en 1954.

Selon les militants, « il est temps de rebaptiser toutes les rues et  monuments qui portent des noms de colonialistes et de monarques britanniques qui se trouvent partout dans le pays ».  Ils ont en effet demandé aux législateurs de déclencher un processus législatif afin de renommer ces monuments en l’honneur de leurs héros nationaux.

« Il y avait des noms locaux pour ces parcs, lacs, routes et monuments avant qu’ils ne soient nommés d’après de nombreux membres de la famille royale britannique dans tout l’Ouganda. C’est tout simplement problématique », a déclaré l’avocat Apollo Makubuya, qui mène la campagne.

Makubuya a déclaré à CNN que rien ne justifiait la poursuite de l’affichage de ces monuments en Ouganda, même après l’indépendance du pays vis-à-vis de la Grande-Bretagne.

 

Un passé déshumanisant

Les militants espèrent que la reconnaissance mondiale qui a suivi le meurtre de George Floyd et le renversement des statues d’hommes impliqués dans la traite des esclaves aux États-Unis et en Europe va relancer la pression en faveur de la « décolonisation » du pays.

« Nous ne voulons pas faire de vandalisme ni démolir des statues ou des monuments, c’est pourquoi nous nous adressons au gouvernement », a déclaré M. Makubaya à CNN.

Makubuya a déclaré que des rues et des monuments portant le nom de Sir Frederick Lugard, qui selon lui était « responsable de certains traitements humainement dégradants », sont toujours visibles en Ouganda et au Nigeria. Un fait qui glorifie la conquête coloniale en Afrique de Lugard, à qui on attribue la promotion de l’impérialisme britannique en Afrique occidentale et orientale, a gouverné des régions du Nigeria pendant de nombreuses années au XXe siècle. Une rue de la ville commerciale de Lagos porte encore son nom.

Nigéria. La semaine dernière, les législateurs de la ville portuaire, qui abrite des reliques à partir desquels les esclaves étaient transportés à l’étranger, demandent aux autorités de changer les repères qui portent le nom des colonialistes.

« Cette initiative n’est pas une tentative de réécrire l’histoire », a déclaré Mudashiru Obasa, président de l’Assemblée de Lagos, « Néanmoins, ceux qui ont « déshumanisé » les Africains ne devraient pas être célébrés », en ajoutant que certains des monuments rappelaient de manière frappante les activités des maîtres d’esclaves.

« Nous pouvons changer les noms de certains de ces bâtiments et de ces rues. Certains des noms nous rappellent ces gens qui ont asservi notre peuple », a déclaré M. Obasa.

« Nous devons changer les noms, mais cela n’affectera pas notre histoire que nous devrions regarder en face », a-t-il conclu.

Written by La Rédaction