#Contribution. IAM, l’avis de Lowijinal’ 

Un lecteur nous donne son avis l’un des groupes majeurs du rap français

Par Olivier « Lowijinal’ » BIQUE

 

 

« IAM, trois lettres qui résonnent, dans ma tête, comme un métronome ». Je n’ai bien sûr, pas le talent d’écriture d’Akhenaton, et de Shurik’n, mais, pour les 30 ans d’IAM, et la sortie de son dixième album studio, « Yasuke », j’ai eu envie de partager, avec vous, mes impressions sur le groupe.

 

Vous allez rire, j’imagine, mais, ce n’est pas grave, j’assume, le premier groupe de rap français que j’ai entendu, lorsque j’étais jeune, c’est Benny B, avec son fameux titre, « Mais, vous êtes fou ». Je pensais, même, que ce n’était que ça le rap français, jusqu’au jour où j’ai découvert IAM, avec le titre « Planète Mars », de l’album « De la planète Mars ».

Tout de suite, j’ai accroché, et quand j’ai eu la chance de les voir sur scène, au lycée Adolphe Chérioux, à Vitry sur Seine, dans le Val de Marne, en Ile de France, pour la fête de la jeunesse, je me suis dit, « IAM, c’est du lourd ». A l’époque, le premier album venait de sortir, avec les titres « Tam Tam de l’Afrique », « Le Nouveau Président », « Attentat », « Elvis », et Khéphren, et Malek Sultan dansaient, avant que ce dernier ne quitte le groupe, pour entamer une carrière solo.

D’ailleurs, à la même époque, il y’avait sur la chaîne M6, l’émission RapLine, animé par Olivier Cachin, véritable encyclopédie du rap, qui m’a permis d’étoffer ma culture rap, et dont IAM signé le générique. J’ai encore en mémoire, un titre sur un tempo ragga, extrait d’un live du groupe, à Caen, avec des paroles qui disaient :

La peur dans la cité, Du sang dans le métro, Des pleurs dans le foyer, La mort dans le ghetto…

Que de chemin parcouru depuis cette époque, avec de nombreux albums du groupe IAM, mais aussi, de nombreux albums solos, où le reste de la famille n’est jamais bien loin. Au passage, il y’a eu l’un des albums qui a marqué l’histoire du rap français, « L’Ecole du Micro d’Argent ».

Le 14 novembre 2014, 5 jours après mon anniversaire, une date que je ne pourrais jamais oublier, car, c’est le jour où j’ai été voir IAM à l’Olympia. Le concert était juste énorme, et moi, qui étais tous prêt de la scène, j’en ai pris plein les yeux. Sans oublier que le groupe n’a pas hésité à tendre la main aux petits frères Big Flo & Oli, qui assuraient la première partie.

Le 22 novembre 2019, c’est la date, officielle, de sortie du tout nouvel album du groupe, « Yasuke ». En fan, que je suis, je ne pouvais pas attendre un jour de plus, pour l’acheter. Le nouvel album compte 16 titres, très bons dans l’ensemble, avec des flows, des sonorités rap différentes, et de nombreux featuring.

Si la collaboration avec Psy4 De La Rime, sur le titre « Self Made Men » est presque logique entre enfants de Marseille, j’ai été très agréablement surpris par celles avec Kalash, et Femi Kuti, sur les titres respectifs « Eldorado », et « Remember », avec un rap teinté de couleurs caribéennes, et africaines. Il y’a, aussi, le titre « Good Morning Song », avec la participation de Skyzoo, plus doux musicalement, qui me rappelle, un peu le titre « Le repos c’est la santé », de l’album « Ombre est Lumière ».

 

Pour finir, j’aime beaucoup le titre « Omotesando », où Chil, « le patron du crime, dans la terminologie des meurtriers de la rime », l’homme qu’on appelle Shu, mais aussi, tonton Imhotep, l’architecte musical, DJ Khéops, et Khéphren, remettent les pendules à l’heure, et montrent, clairement, qu’ils sont toujours là…

Written by admin


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.