De jeunes reporters en Sierra Leone utilisent les réseaux sociaux pour documenter l’impact du paludisme

La paludisme continue de tuer 1 million de personnes par an notamment en Afrique

Reprters en Sierra-Leone

La Rédaction

 

Pendant que les projecteurs se focalisent sur la pandémie du coronavirus, le paludisme continue de tuer, dans l’indifférence quasi générale, le continent africain qui, selon l’OMS, enregistre 90% du million de victimes par an. Et pourtant, aucun vaccin n’est encore à l’ordre du jour. En Sierra Leone, un réseau de journalistes est sur le terrain pour étudier l’impact du paludisme et de la Covid-19 sur la population.

 

Une mortalité constante depuis trop longtemps

Selon OMS, environ 40% de la population mondiale est exposée à la maladie et 500 millions de cas cliniques sont observés chaque année. La situation est d’autant plus préoccupante que depuis plusieurs années les parasites développent des résistances aux molécules antipaludiques et les moustiques craignent de moins en moins les insecticides.

En Sierra Leone, en Afrique de l’Ouest, plus de 70 reporters ont été formés et envoyés sur le terrain pour trouver et produire des histoires puissantes et personnelles sur la façon dont le fait de vivre avec la menace du paludisme affecte les communautés dans le pays.

Dans un pays où 40% des visites à l’hôpital sont attribuables au paludisme, ils utilisent les SMS, la messagerie vocale et les applications de chat pour documenter l’impact quotidien du paludisme. Ils ont également été formés pour produire, tourner et monter leurs propres courts métrages à l’aide de kits de journalisme mobiles. Ils examinent l’impact économique sur ceux qui sont contraints de s’absenter du travail lorsqu’ils sont malades ; l’impact éducatif sur les enfants ; la menace de grande ampleur que représente la maladie, en particulier pour les mères et les bébés ; et les efforts des agents de santé de première ligne.

Les journalistes partagent leurs histoires sur Radius, une plate-forme numérique créée dans le cadre du projet « Beyond the Bite », un système de reporting national mis en place par l’organisation à but non lucratif On Our Radar, avec un financement de Comic Relief et GSK. La plateforme héberge des histoires, des données et des idées de la communauté pour les transformer en ressources  partagées. Ils utilisent également les SMS, les chats et autres réseaux sociaux pour faire circuler les informations.

 

Le paludisme fait 1 million de victimes par an dans le monde et 90% des cas sont dans les zones tropicales d’Afrique

La rumeur de vaccins contaminés par le virus injectés à l’insu de la population

Au début de la pandémie de Covid-19 en avril, des journalistes ont appris, à l’hôpital de Kamakwie, situé dans un district très rural du nord du pays que la fréquentation de l’hôpital avait chuté de façon spectaculaire après des rumeurs selon lesquelles on leur injecterait un vaccin chargé de virus, utilisé pour des essais cliniques. Beaucoup pensaient être infectés par le virus et mourir. Avec l’impact dévastateur de la crise Ebola de 2014 dans les mémoires, beaucoup craignaient d’être mis en quarantaine et de ne pas être autorisés à rentrer chez eux, ce qui était le cas à l’époque. Le Dr Faso a déclaré : «Pendant le Covid-19, les patients ont refusé de venir [à l’hôpital] parce qu’ils pensaient être infectés. Pendant le virus, c’était le pic de la saison des pluies, donc ils ne sont pas venus, ils pensaient qu’il y avait une pandémie autour, ils préféreraient mourir à la maison. Ils pensaient que venir à l’hôpital signifiait qu’ils attraperaient le virus et mourraient. Et les mauvais réseaux routiers ne leur facilitent pas la tâche non plus. Ce sont les principaux facteurs responsables. La Covid-19 et Ebola sont des pandémies. Le paludisme est endémique, il vit avec nous depuis des années. Toutes les mains doivent être sur le pont pour débarrasser le fléau du paludisme. »

Les histoires rassemblées par les journalistes mettent en lumière des informations essentielles qui peuvent aider à façonner la réponse à la fois au paludisme et à la pandémie de Covid-19, dissiper les mythes et s’assurer que les gens recherchent le traitement dont ils ont besoin.

Pour en savoir plus, visitezcomicrelief.com/malaria-gsk

 

Source : The Guardian/Advertising Content

Written by La Rédaction