Comment « Antebellum » a transformé le racisme aux Etats-Unis en un film d’horreur brutal

La Rédaction

 

Les réalisateurs Gerard Bush et Christopher Renz décomposent la structure de leur premier film avec #JanelleMonáe. La jeune femme de 34 ans incarne Veronica Henley dans #Antebellum, son premier rôle principal. Le film est un thriller dystopique qui suit Veronica alors qu’elle s’efforce de s’échapper d’une plantation où les Noirs sont asservis par des Blancs. Si « Antebellum » joue comme un cauchemar, c’est parce qu’il est né d’un cauchemar.

 

 

Tout part d’un rêve, non un cauchemar

La genèse du film d’horreur est venue au coréalisateur Gerard Bush dans un rêve. En 2018, le père et le frère de Bush viennent de mourir, le laissant éviscéré. Lorsqu’il s’est réveillé une nuit, il s’est retrouvé hanté par les images d’une femme criant au secours à travers différentes dimensions, incapable d’échapper à la terreur qu’elle avait connue. Le lendemain, Bush et son partenaire, Christopher Renz, ont transformé ce cauchemar en une nouvelle. La femme est devenue Veronica Henley, une universitaire noire contemporaine piégée dans une plantation de Louisiane de style 1800. La façon dont elle y est arrivée a donné à l’histoire de Bush et Renz une tournure en phase avec l’actualité : Veronica avait été kidnappée par des tenants de la suprématie blanche qui utilisaient un site de reconstitution de la guerre civile pour dissimuler une exploitation d’esclaves en activité. La quête de Veronica pour fuir ses ravisseurs a formé la colonne vertébrale du récit que le duo a présenté au New Yorker avant de décider d’utiliser ce matériel pour leur premier scénario de long métrage.

 

Christopher Renz et Gerard Bush

 

Deux séquences ont été inspirées par Autant en emporte le vent

Bush et Renz voulaient un motif visuel qui clôturerait la saga de Veronica, qui a donné lieu à deux levers de soleil : un au début pour présenter la plantation dans un plan de suivi immersif de six minutes qui arpente le terrain, et un autre à la fin, alors que Veronica galope vers la liberté – « l’aube d’un jour nouveau ». Les deux séquences ont été inspirées par Autant en emporte le vent. Bush et Renz voulaient imiter les oranges et les verts « intenses » de Tara, la plantation bien fournie en personnel où réside Scarlett O’Hara. Ils ont passé six semaines à travailler avec le directeur de la photographie Pedro Luque pour trouver le même type d’objectif de caméra que celui utilisé pour le classique de 1939 tant controversé aujourd’hui.

 

« Autant en emporte le vent » est une capsule temporelle. C’est un instantané de la détermination de l’Amérique à protéger la fragilité des Blancs »

 

Autant en emporte le vent est un film d’horreur, nous n’avons jamais utilisé le mot en N

« Pour moi et pour Christopher », poursuit Gerard Bush, « Autant en emporte le vent » est un film d’horreur : l’ambivalence [des propriétaires d’esclaves blancs], leur apathie, leur cruauté froide sur un écran est flagrante. Vous remarquez que dans le film, nous n’avons jamais utilisé le mot en N. Nous avons utilisé le mot « inférieur » de la même manière que dans « Autant en emporte le vent« . … « Autant en emporte le vent » est une capsule temporelle. C’est un instantané de la détermination de l’Amérique à protéger la fragilité des Blancs en créant de la propagande et en se racontant des mensonges sur leur passé ».

 

 

Antebellum s’est développé en trois actes distincts

Dans le premier acte, qui s’étend sur 40 minutes, le public est amené à croire que l’action se déroule pendant l’esclavage. Veronica (Janelle Monáe), à qui l’on a donné le nom biblique d’Eden, trace méthodiquement une voie de sortie tout en subissant diverses brutalités, dont une scène vicieuse dans laquelle elle est marquée au fer rouge. Conformément à sa renommée à l’extérieur de la plantation, les autres captifs de Veronica se tournent vers elle pour décider du moment où il faut frapper. Bush et Renz plantent quelques anachronismes partout pour signaler que tout n’est pas ce qu’il paraît.

 

« Les femmes noires comme Veronica et les femmes noires que nous connaissons portent le fardeau du démantèlement de l’oppression systémique, du racisme systémique et de la suprématie blanche. »

 

 

Janelle Monáe, comme le reste de l’Amérique noire, en a eu assez

Monáe a admis qu’elle n’était pas sûre d’accepter un rôle dans un film aussi traumatisant. Mais elle s’est sentie appelée à relever le défi. « Je ne choisis pas mes rôles. Ce sont mes rôles qui me choisissent », a-t-elle déclaré à HuffPost. Depuis ses débuts d’actrice dans « Moonlight » en 2016, Monáe a eu des rôles dans Hidden Figures, Harriet, The Glorias et Homecoming. Après avoir lu le scénario d’Antebellum, elle a estimé que le message de ce film était important. « Il « relie le passé, le présent et ce que l’avenir pourrait être et peut être », a-t-elle déclaré. « Parler d’aujourd’hui, parler de la brutalité policière, parler de toutes les vies noires qui nous ont été volées par la police, parler de la suprématie blanche, parler du racisme systémique – vous ne pouvez pas parler de ces choses sans aller dans le passé, sans parler de l’esclavage, sans parler de la façon dont nous sommes arrivés ici ».

 

Janelle Monáe

Janelle Monáe : « Je pense que nous devons beaucoup aux femmes noires »

Veronica est une auteure et une militante estimée qui a une famille aimante et une richesse considérable. C’est une dirigeante instruite et franche qui subit des micro-agressions – et un racisme flagrant – qui se sentent aussi menaçantes dans le film que dans la vie réelle. Monáe dit qu’elle s’est inspirée d’activistes et de leaders tels que Maxine Waters, Brittany Packnett, Bree Newsome, Angela Rye et les fondateurs de Black Lives Matter pour donner vie à son personnage.

« Les femmes noires comme Veronica et les femmes noires que nous connaissons portent le fardeau du démantèlement de l’oppression systémique, du racisme systémique et de la suprématie blanche », a-t-elle déclaré. « J’ai l’impression que peu de gens comprennent que ce n’est pas à nous de le faire, et pourtant nous le faisons. Et je voulais humaniser Veronica parce qu’on nous dit souvent que les femmes noires sont des super-héros ou que les femmes noires vont sauver le monde. Je pense que nous devons beaucoup aux femmes noires ». L’actrice ajoute : « Parfois, je ne pouvais pas parler à ma mère. Je ne pouvais pas parler aux gens comme je le faisais tous les jours parce que je ne faisais que vivre, en essayant de me mettre à leur place », dit-elle.

 

Source : Huffpost.com

Written by La Rédaction