#BlackOutTuesday. #Kelis appelle l’industrie à faire plus pour soutenir les artistes noirs

La modification des contrats, la distribution et les droits d’auteur sont dans son collimateur

La Rédaction

 

Le BlackOutTuesday, décrété le Mardi 2 juin par l’industrie musicale pour manifester leur soutien à George Floyd, et pour mettre fin aux discriminations raciales, a été  l’occasion pour certains artistes de les inviter à faire ce qu’il faut si elle tient tient réellement à aider les artistes noirs. Kellis a été la première à dégainer.

 

Cette date a été également l’occasion pour l’industrie de faire une pause, pendant laquelle elle s’est engagée à profiter de cette journée pour « réfléchir collectivement aux moyens de créer des changements et de combattre l’injustice raciale ». Kelis a utilisé les médias sociaux pour reprocher à ces entreprises de ne pas en faire assez pour soutenir leurs artistes noirs.

 

« Si l’industrie de la musique veut réellement soutenir la vie des Noirs, les labels et les plateformes pourraient commencer par modifier les contrats, distribuer les redevances, diversifier les salles de conseil d’administration et à rembourser rétroactivement tous les artistes noirs, et leurs familles, sur lesquels ils ont bâti leurs empires », a-t-elle écrit.

Kelis n’est pas la seule artiste à se plaindre du traitement d’artistes noirs par les maisons de disques. En décembre dernier, le rappeur originaire de Philadelphie Meek Mill avait, lui aussi, soulevé la question en reprochant à l’industrie de profiter et d’exploiter les jeunes artistes noirs.

 

Meek Mill

Le ras-le-bol de Meek Mill

Dans un tweet, le patron du label Dream Cheasers avait exprimé sa frustration en jugeant que les maisons de disques proposaient aux jeunes rappeurs des contrats d’esclaves.

« Les grandes compagnies prennent les enfants du ghetto et les font signer pour très peu », a-t-il tweeté. « Nous prenons le contrôle de cette année 2020 pour dénoncer ces gens qui proposent ces contrats d’esclaves ! Je vais demander à des avocats de démanteler certains de ces contrats que vous offrez à ces enfants. »

Dans un autre tweet, il avait exposé ses propres difficultés et son manque de confiance du milieu.

« Je ne fais pas confiance aux gens et leurs intentions sont vraiment mauvaises », a-t-il déclaré. « Tout le monde planifie de faire quelque chose dans votre dos ! »

Meek a déjà partagé sa passion pour l’aide aux nouveaux artistes, en relation avec sa nouvelle marque Dream Chasers.

« J’ai 32 ans, je suis dans une bonne position dans le monde de la musique et je pense qu’il est temps pour moi de me concentrer sur la croissance des artistes parce que c’est ce que j’aime faire », avait-t-il déclaré à Rolling Stone. « J’aime passer du temps à aider les artistes à grandir, et je pense qu’il est temps pour moi de me plonger dans le monde des affaires ».

 

Written by admin