Avoir 20-30 ans au Kenya, entre espoir et fatalité

Notre correspondante raconte l’état d’esprit et rêves de sa génération

Par Pamela Kananu

 

Pamela Kananu a 22 ans, est étudiante et a toujours vécu au kénya. Elle raconte ici les espoirs et désillusions de sa génération.

 

À 20 ou 30 ans, vous avez la liberté de rêver en grand. Le monde est plein de possibilités à cette étape de la vie car les jeunes sont enthousiastes et ont un esprit de liberté. Le rêve ici est généralement de construire une base solide pour l’avenir et de profiter de la douceur de la jeunesse. À 20 ans, nous nous faisons des souvenirs en créant des vies sociales car aucun homme n’est une île, faites-vous le plus d’amis possible. Cette phase de la vie est pleine d’erreurs qui ont des effets à long terme sur le reste de la vie. Cependant, avec une bonne orientation, de la stabilité et de l’équité, chaque jeune atteint ses objectifs dans le monde entier à 30 ans, mais au Kenya, cela arrive à peine.

 

Le chômage après les études

Les études, partout source d’espoir parce que  considérées comme la voie essentielle vers les opportunités économiques et la mobilité sociale, est une désillusion ici. C’est ainsi que 35 % des jeunes diplômés finissent par être désabusés. Environ 800 000 jeunes Kényans entrent sur le marché du travail chaque année et on estime que le chômage des jeunes atteint 35 %, alors que le taux de chômage national global est de 10 %. En outre, 80 % des chômeurs kényans ont moins de 30 ans. La régression économique du Kenya au fil des ans a montré clairement que l’éducation n’est plus la clé de l’emploi. Les familles consacrent une part importante de leurs ressources à l’éducation, car le coût de celle-ci est assez élevé. La plupart des étudiants aspirent à s’engager dans des carrières telles que la médecine, le droit, l’économie et l’ingénierie dans l’espoir de décrocher un emploi de col blanc, mais ils finissent généralement en colère.

Avec la croissance rapide de la population et le déclin économique au fil des années, le chômage est l’un des principaux problèmes au Kenya. En tant que Kenyan âgé de 20 à 30 ans, vous êtes confronté à l’instabilité politique, économique et mentale. La seule chose qui sauve les jeunes ici, ce sont les emplois de cols bleus pour les jeunes à l’esprit ouvert et le travail indépendant. Les principales raisons que les jeunes donnent pour travailler sont l’augmentation des revenus du ménage, l’autonomie et l’obtention d’argent pour la stabilité. C’est ainsi que notre économie est en désordre et que 90 % de la population survit tout simplement.

 

Jeunes étudiants kényans

Culture d’entreprise et déviations

La création d’une culture d’entreprise permet de sauver les jeunes qui ne trouvent pas d’emploi salarié. Des micro-entreprises voient le jour chaque jour, mais le principal problème est le manque de capital. Seuls ceux qui ont la chance d’obtenir le soutien financier de leurs parents s’aventurent dans le travail indépendant. Les institutions financières n’offrent pas de prêts aux jeunes car la majorité d’entre eux sont déjà endettés, en particulier les bénéficiaires de prêts pour l’enseignement supérieur. Bien qu’elles disposent d’un capital, beaucoup de ces entreprises échouent parce qu’il n’y a pas d’orientation et que les jeunes sont vulnérables, mais personne ne s’en soucie.

Ce qui se passe réellement après la frustration et la vexation, c’est la criminalité, la violence et la toxicomanie. Les enquêtes sur la criminalité montrent qu’en raison du manque de possibilités d’emploi, les jeunes sont attirés par une vie de criminalité. La pression exercée pour obtenir une stabilité financière pousse leurs pairs à commettre des crimes tels que le vol, les agressions, la possession de drogue, l’agression et l’homicide involontaire. La plupart de ces criminels affirment qu’ils croyaient qu’ils allaient se retrouver avec de bons emplois après l’école. Ils ont fini par être contraints à la criminalité en raison de la pauvreté, de la surpopulation, du chômage et de la pression sociale.

Le plus grand nombre de personnes en prison (25 000) sont des jeunes âgés de 20 à 30 ans. Les enquêtes sur la toxicomanie montrent que la plupart des toxicomanes sont des jeunes. Les drogues les plus couramment consommées sont l’alcool, le tabac, la marijuana et les substances inhalées. La plupart des toxicomanes sont des étudiants parce qu’ils savent comment la société considère l’éducation. Le fait de savoir que le chômage est ce qui les attend après l’école provoque une forte pression sur les étudiants. La toxicomanie chez les jeunes au Kenya est liée à des blessures involontaires, au suicide, aux abus sexuels, à la violence interpersonnelle, au risque de grossesse précoce et au VIH/SIDA.

Les problèmes de santé sont importants chez les Kenyans âgés de 20 à 30 ans, en particulier l’état nutritionnel des jeunes. Le manque d’équilibre alimentaire est fréquent en raison de la situation financière des jeunes et du manque de soutien parental. L’organisation mondiale de la santé estime que 4,4 % de la population kenyane (1 952 981 personnes) souffre de dépression.

Attentes et avenir des jeunes kenyans

Partout au Kenya, les jeunes ont du ressentiment et sont impatients de voir les écarts se combler. Si ces fossés ne sont pas comblés, les conflits, la criminalité et une génération manquée pour le développement international seront le prix de leur négligence. Le gouvernement s’attaque aux problèmes auxquels les jeunes sont confrontés en mettant en place des politiques de la jeunesse. Les acteurs non étatiques, les communautés religieuses et les ONG jouent un rôle dans la fourniture de divers services visant à autonomiser les jeunes.

Des programmes pour la jeunesse ont été mis en place pour assurer le soutien des jeunes par des entreprises telles que Safaricom qui offre une aide financière et une autonomisation. Ils fixent également des normes et des attentes pour les jeunes afin de renforcer leur estime.  Le développement des jeunes est amélioré par la création de possibilités de participation des jeunes et par l’amélioration de la santé des jeunes

Written by admin