#ArethaFranklin : “Never Gonna Break My Faith”, hymne à #BlackLivesMatter, et un biopic, « Respect », à venir

Par la rédaction

 

« Never Gonna Break My Faith », le titre d’Aretha Franklin sorti originellement sous forme de duo avec Mary J.Blige renaît à l’occasion des manifestations. Cette nouvelle version est accompagnée d’un clip tout neuf qui juxtapose des images d’époque de la lutte pour les droits civiques dans les années 60, soutenu activement par Aretha Franklin, et des images de Black Lives Matter. Des extraits du documentaire « Amazing Grace » y sont également insérés.

 

« Jamais tu ne pourras briser ma foi »

Le titre vient d’être remixé dans une version où seule subsiste la puissante voix de Aretha Franklin accompagnée du Boys Choir of Harlem :
« Tu peux jeter la première pierre, tu peux me briser les os. Tu peux voler la couronne d’un roi, (king, allusion à Martin Luther King ndlr), briser les ailes d’un ange, Mais jamais tu ne pourras briser ma foi ».  La chanson Never Gonna Break My Faith qui avait été co-écrite avec le chanteur canadien Bryan Adams, a valu à Aretha Franklin disparue en 2018, son dernier Grammy Award en 2008 pour le Meilleur Gospel. Elle figurait dans la bande originale du film Bobby d’Emilio Estevez sur l’assassinat de Robert F. Kennedy.

Les paroles presque prémonitoires résonnent par leur criante actualité :

« Mon Seigneur, ne les aiderez-vous pas à comprendre ? Que quand quelqu’un prend la vie d’un homme innocent. Eh bien, ils n’ont jamais vraiment gagné et tout ce qu’ils ont vraiment fait. Il libère l’âme, où elle est censée être. »

 

 

Un nouveau biopic, Respect, cet automne avec Jennifer Hudson

Cette nouvelle version devrait figurer dans le biopic baptisé Respect, avec l’actrice Jennifer Hudson, attendu en principe sur les écrans cet automne. Mais devant l’ampleur des événement et l’onde de choc de la mort de George Floyd et du mouvement Black Lives Matter, Sony a décidé de la publier dès à présent, à l’occasion du « Juneteenth », qui correspond à la date du 19 juin, qui célèbre aux Etats-Unis le jour de l’émancipation, celui de la fin de l’esclavage dans l’Etat confédéré du Texas en 1865. Bryan Adams, qui avait gardé cette version solo sur son ordinateur depuis 14 ans, a contacté Sony dès qu’il a su pour le biopic. « Le monde n’a encore jamais entendu sa performance en entier et elle doit l’être », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Je suis tellement heureux qu’elle sorte, le monde en a besoin maintenant ».

Written by admin