Alicia Garza, la co-fondatrice de #BlackLivesMatter, la cible d’un suprémaciste blanc

La Rédaction

 

A l’approche des élections, de plus en plus de rapports font état de violences planifiées par les suprémacistes blancs. Des Blancs en grande insécurité, armés, ont pris pour cible tout le monde : des activistes noirs et le gouverneur du Michigan jusqu’aux forces de police de Minneapolis. On apprend maintenant que ces voyous ont peut-être visé Alicia Garza, l’une des trois femmes noires fondatrices du hashtag et du mouvement Black Lives Matter.

 

 

Alicia Garza, une cible symbolique

Vendredi, Alicia Garza a révélé sur Twitter que le FBI avait trouvé son nom sur une liste au domicile d’un homme dans l’Idaho qu’ils avaient récemment arrêté pour port d’armes.

Elle était apparemment l’une des autres cibles potentielles du coupable anonyme, qui, selon le FBI, travaillait avec des groupes suprémacistes blancs.

« Le FBI a visité ma maison aujourd’hui. Ils ont arrêté un homme dans l’Idaho, accusé de port d’armes et qui, selon eux, était affilié à des groupes suprématistes blancs. Ils ont trouvé mon nom sur une liste dans sa maison, avec d’autres. »

« C’est pourquoi ce président est si dangereux. Il alimente des feux qu’il n’a pas l’intention de contrôler. Je suis d’accord avec vous, mais cette merde ne va pas s’arrêter. Votez contre ce *c. Pour de vrai. »

Alicia souligne le fait que M. Trump fait monter en flèche le type de violence raciste et sexiste qui sévit déjà dans les élections de cette année et qui met déjà la vie de personnes comme elle en danger.

Comme vous vous en souviendrez, Trump a récemment dit aux extrémistes Proud Boys de se tenir « prêts » depuis le plateau d’un débat télévisé national.

« Il alimente des feux qu’il n’a pas l’intention de contrôler », a déclaré M. Garza au sujet du président.

A Los Angeles, où Garza est basé, les incidents de crimes haineux et de violence des tenants de la suprématie blanche ont atteint leur plus haut niveau en dix ans, rapporte le Los Angeles Times.

Les Noirs sont les cibles les plus fréquentes de cette violence, bien qu’ils ne représentent que 9 % de la population de Los Angeles. Les crimes de haine contre les transgenres ont également augmenté dans la ville.

 

Les actes de violence de suprémacistes blancs ont fait un bond de 38 %

Selon le Los Angeles Times, le comté de Los Angeles a enregistré l’année dernière le plus grand nombre de crimes violents motivés par la haine en plus de dix ans. Les crimes liés à la suprématie blanche ont augmenté de 38 %, tandis que les attaques contre la communauté transgenre ont grimpé de 64 %, selon un nouveau rapport.

Sur les 524 crimes haineux signalés dans le comté l’année dernière, 343 étaient de nature violente, le plus grand nombre dans cette catégorie depuis 2008, selon le rapport annuel 2019 de la Commission des relations humaines du comté de Los Angeles. Un cas de tentative de meurtre a même été signalé.

Bien que le nombre total de crimes haineux n’ait que légèrement augmenté par rapport aux 523 de l’année précédente, l’augmentation se poursuit sur une tendance à la hausse depuis six ans. Le taux global de violence motivée par la haine en 2019 est passé de 61 % du total des crimes haineux à 65 %, le pourcentage le plus élevé signalé depuis 2007.

Written by admin