Addis-Abeba. Hachalu Hundessa, le chanteur et militant éthiopien, a été abattu

Le chanteur a été abattu dans la nuit du lundi à mardi dans une banlieu d’Addis-Abeba

La rédaction

 

Manifestations dans le pays, internet coupé pendant quelques heures, l’Ethiopie a été secoué par la mort du musicien de 34 ans, connu pour ses chansons politiques qui soutenaient la lutte de l’ethnie oromo contre la répression et servaient de bande sonore aux manifestations antigouvernementales. Selon le New York Times, au moins neuf personnes auraient été tuées et plusieurs dizaines blessées dans les troubles.

 

Les Éthiopiens ont manifesté mardi pour protester contre le meurtre de Hachalu Hundessa, un chanteur, compositeur et activiste éthiopien de premier plan, qui a été abattu dans la capitale, Addis-Abeba, tard dans la nuit de lundi à mardi.

Au moins neuf personnes auraient été tuées et plusieurs dizaines blessées dans les troubles, ce qui a accru les tensions dans le pays.

Hundessa, 34 ans, dont la musique de protestation a galvanisé les membres du plus grand groupe ethnique du pays – les Oromo – a été abattu dans une banlieue d’Addis-Abeba et emmené à l’hôpital après l’attaque, mais il est mort plus tard de ses blessures, a déclaré le commissaire de police de la ville, Geta Argaw, au radiodiffuseur public Fana mardi. M. Argaw a déclaré que des suspects avaient été arrêtés en relation avec le meurtre, mais n’a pas fourni de noms.

 

Des manifestations dans le pays

Des centaines de personnes se sont rassemblées à l’hôpital d’Addis-Abeba où le corps de M. Hundessa a été enlevé, des vidéos ont été diffusées sur les médias sociaux et des protestations ont éclaté là-bas et dans d’autres régions du pays. Au moins neuf manifestants ont été tués et 70 autres blessés lors des manifestations à Adama, une ville située à environ 60 miles au sud-est d’Addis-Abeba dans la région d’Oromia, selon un médecin de l’hôpital général de cette ville qui ne voulait pas être identifié pour des raisons de sécurité.

Ce meurtre a été condamné par les autorités et les citoyens éthiopiens, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, beaucoup se souvenant que ses chansons encourageaient le groupe ethnique Oromo du pays à lutter contre la répression. Même s’ils constituent le plus grand groupe ethnique d’Éthiopie, les Oromos se plaignent depuis longtemps de leur marginalisation économique et politique.

 

« Ses chansons ont mobilisé des millions d’Oromos à travers l’Éthiopie. »

 

« Hachalu était la bande sonore de la révolution oromo, un génie lyrique et un activiste qui incarnait les espoirs et les aspirations du public oromo », a déclaré Awol Allo, professeur de droit à l’université de Keele en Angleterre, qui a beaucoup écrit sur la musique de M. Hundessa.

« Ses chansons », a déclaré M. Allo, « ont été au cœur d’une vague de résistance antigouvernementale qui a commencé en 2015 avec des manifestations de rue dans la région d’Oromia qui ont finalement abouti à la démission du premier ministre de l’époque, Hailemariam Desalegn. A travers des ballades comme « Maalan Jira » (« Quelle existence est la mienne ») et « Jirraa » (« Nous sommes ici »), M. Hundessa a eu le mérite de saisir non seulement la lutte et les frustrations des manifestants oromos mais aussi leurs rêves pour le pays, deuxième nation la plus peuplée d’Afrique après le Nigeria. »

« Hachalu était exceptionnellement courageux et un homme aux nombreux talents », a déclaré M. Allo dans une interview. « Ses chansons ont mobilisé des millions d’Oromos à travers l’Éthiopie. »

 

Internet coupé dans le pays

Le service Internet a été coupé dans tout le pays vers 9 heures du matin, heure locale, selon Berhan Taye, analyste de l’association à but non lucratif Access Now. Cette décision, dit-elle, « ne fait qu’alimenter la confusion et l’anxiété des Éthiopiens et de la diaspora », d’autant plus qu’ils recherchent « des informations crédibles et opportunes » en cette période de crise.

Le Premier ministre Abiy Ahmed a exprimé ses condoléances pour le meurtre de M. Hundessa et a appelé au calme. Le lauréat du prix Nobel de la paix de 2019 est confronté à la tâche redoutable de limiter la propagation du coronavirus tout en soutenant la croissance économique et en apprivoisant le tumulte des élections qui étaient prévues en août mais qui ont été reportées en raison de la pandémie.

« Nous attendons que la police nous fournisse un rapport complet sur cet acte odieux », a déclaré M. Abiy dans une déclaration publiée sur Facebook. « Nous comprenons la gravité de la situation, et nous sommes attentifs et surveillons les activités dans le pays. Nous devons exprimer nos condoléances tout en nous protégeant et en prévenant d’autres crimes ».

Dans une interview avec l’Oromia Media Network la semaine dernière, M. Hundessa a dénoncé haut et fort les violences commises par les anciens empereurs et régimes, mais a également critiqué la direction de l’actuel Premier ministre.

Le réseau de médias a été fondé par Jawar Mohammed, un magnat des médias qui appartient au même groupe ethnique oromo que M. Abiy mais qui est un critique féroce du premier ministre. Bien que M. Abiy ait introduit de vastes réformes, son gouvernement a été critiqué pour avoir détenu des journalistes, bloqué l’Internet et réprimé les manifestants.

 

Des policiers encores impunis

Les groupes de défense des droits de l’homme ont accusé les forces de sécurité du gouvernement de M. Abiy de procéder à des exécutions extrajudiciaires, des viols, des arrestations et des détentions arbitraires. Les groupes de défense des droits de l’homme affirment également que le gouvernement n’a pas réussi à traduire en justice les officiers de police accusés de la mort de dizaines de personnes lors des manifestations antigouvernementales qui ont éclaté à la fin de l’année dernière.

Après la mort de M. Hundessa mardi, le réseau de médias a déclaré dans un post sur Facebook que les autorités avaient pris d’assaut son studio à Addis-Abeba et détenu ses employés. Dans un autre message, le réseau a déclaré que M. Mohammed, ainsi qu’un autre leader de l’opposition, Bekele Garba, avaient également été arrêtés.

Les Ethiopiens qui connaissaient M. Hundessa ont déclaré qu’il leur faudrait un certain temps avant de se remettre du choc de sa mort.

« Toute sa vie a été une période de résistance », a déclaré son ami Mohammed Ademo, qui vit à New York. « Il est parti avant de réaliser la liberté et la justice qu’il défendait si ardemment. C’est une perte qui ne ressemble à aucune autre ».

Written by La Rédaction