8’46 qui « ont changé le monde ». Adieu #BigFloyd ! [Edito]

Par Elia Hoimian

 

8 longues minutes et 46 secondes qui ont choqué et réveillé le monde ! C’est cette interminable agonie de George Floyd, lorsque Derek Chauvin avait son genou sur son cou, que le monde a marqué d’un sceau, pour lui dire adieu. De Houston à Paris, c’est cette douloureuse et suffocante attente qui a été observée pendant les rassemblements, au moment même où se tenait la cérémonie d’adieu à George Floyd à Houston.

 

Emotion, douleur et recueillement 

Une foule de plusieurs centaines de personnes devant l’église de Houston, et 500 personnes à l’intérieur, pour se recueillir pendant plus de 2h d’émotions, de larmes, mais aussi de prêches de revendications pour que cette atrocité, beaucoup trop fréquemment vécue, par beaucoup trop de familles noires, ne se reproduise plus. 

George Floyd a à lui seul, sonné le glas de la police de Minneapolis, et ébranlé tout un système qui a toujours protégé le bourreau et narguer la victime. Georges Floyd a réussi à faire sortir toutes les voix noires de leurs tannières dorées. George Floyd a réussi à fédérer tous les Blancs à la cause noire, trop souvent décriée, minimisée, baillonnée, par ceux qui ne pouvaient la vivre. Sa mort aura été la victoire de l’amour sur la haine. Chapeau champion !

En quelques jours, le monde a enfin pris conscience de l’horreur de l’injustice faite à « ces gens-là ». Filmés, leur agonie et leur lointain appel à l’aide, ne pouvaient plus être inaudibles, ignorés. Ils n’étaient plus invisibles ! Ce goût amer de l’injustice, du dégoût, de la peur qu’ils avaient depuis toujours dans la bouche, s’est révélé au monde, dans toute la force de sa puanteur. Oui, les Blancs ont enfin compris que leurs voisins qu’ils croisaient sans les voir dans les métros ou supermarchés souffraient, avaient besoin qu’on le leur reconnaisse, que ces derniers en prennent enfin conscience, et qu’ils avaient aussi besoin de leur aide. Car c’est ensemble, qu’ils devront continuer ce combat, qu’ils avaient été trop seuls à mener. Il y a des moments de et dans l’histoire où tout bascule. Ce 25 mai 2020 en est un. Chapeau champion !

 

Deux semaines qui ont changé le monde

Le nom de George Floyd a été le cri de ralliement scandé par toutes les jeunesses noires, blanches, asiatiques de Paris à Sydney, Montréal, Londres… et de tous les Etats américains. Une vraie traînée de poudre de colère, de révolte qui a secoué et continue de réveiller le monde. En quelques jours seulement, la mort de cet homme noir de 46 ans, inconnu, ordinaire, abusivement accusé, avec un genou de policier blanc sur le cou, est devenue un point focal de l’histoire raciale des Etats-Unis, et du monde.

La poignante éloge de Rodney prononcé mardi pour son frère George depuis la chaire de l’église Fountain of Praise, résume les deux semaines précieuses sur terre de cet héros malgré lui des temps modernes : « Third Ward, Cuney Homes, c’est là qu’il est né. Mais tout le monde va se souvenir de lui dans le monde entier. Il va changer le monde ».

George Floyd est enterré dans un cimetière de la banlieue de Pearland, à côté de sa mère, qu’il avait appelée pendant qu’il rendait l’âme, le genou de ce sinistre policier sur le cou, ce 25 mai 2020 à Minneapolis.

Adieu champion !

Written by admin