#TheNotoriousBig : sa célèbre couronne en plastique a été vendue à 594 000 $

La couronne de #TheNotoriousBig se vend aux enchères pour 594000$ et les lettres de #Tupac pour 75000$

La Rédaction

 

Lors d’une vente aux enchères organisée par la prestigieuse maison newyorkaise Sotheby’s hier – que nous vous annoncions -, la célèbre couronne ornée de bijoux en plastique que portait #TheNotoriousBig pendant sa toute dernière séance photo a été vendue à 594 750 dollars. Lors de cette vente consacrée à « l’histoire et à l’impact culturel du #hiphop », d’autres objets dont des lettres de #Tupac et une veste du duo féminin #SaltNPepa ont également été vendus.

 

 

Une couronne emblématique

La couronne, signée par le rappeur quelques jours avant sa mort, le 9 mars 1997, a pulvérisé les estimations des enchères qui l’avaient initialement évalué entre 200 000 et 300 000 dollars. Elle faisait partie d’une importante collection de souvenirs hip hop mis aux enchères par Sotheby’s lors d’une vente consacrée à « l’histoire et à l’impact culturel du genre ».

La couronne a été mise en vente par le photographe Barron Claiborne, qui l’avait conservée depuis qu’il avait fait du rappeur le « roi de New York » lors d’une séance photo pour le magazine Rap Pages. Ayant acquis deux couronnes, Claiborne a trouvé que les deux étaient trop petites pour la tête de Biggie, bien qu’il ait pu en utiliser une en enlevant son rembourrage en mousse.

Sean « Puffy » Combs, propriétaire du label Bad Boy Records, producteur de Biggie, était également présent lors de cette séance photo de 1997. D’après Sotheby’s, Combs a alors exprimé la crainte que les photos ne fassent passer le rappeur pour « le roi du burger ».

 

 

Cette fameuse séance a donné des photos dont certaines sont devenues les plus emblématiques et ont marqué les esprits du hip hop. Dans un communiqué de presse diffusé par Sotheby’s, Claiborne a décrit la couronne comme une « pièce iconique de l’histoire du hip hop ».

« Avec les événements tragiques qui se sont déroulés quelques jours seulement après la séance de photos, cette image d’un B.I.G. couronné est devenue bien plus qu’un portrait – l’image a transformé Biggie Smalls en une figure aristocratique ou de saint, immortalisé à jamais non seulement comme le roi de New York, mais aussi comme un roi de la musique hip hop et l’un des plus grands artistes de tous les temps », a déclaré le photographe.

 

 

Les autres lots enregistrent de beaux scores

Parmi les autres lots figuraient une batterie de cinq pièces, utilisée autrefois par Questlove de The Roots, et un des oeillets en diamant du rappeur Slick Rick, qui se sont vendus respectivement 30 240 $ et 25 200 $. La paire de vestes portées par le duo de hip-hop Salt-N-Pepa dans le clip  « Push It »,  une publicité pour le Super Bowl en 2015 s’est aussi vendue pour un peu moins de 24 000 dollars.

Une collection de lettres écrites par un adolescent, Tupac Shakur, à un camarade de l’école des arts de Baltimore, a également été mise en vente. Décrite par la maison de vente aux enchères comme « incroyablement douce et parfois vaporeuse », la correspondance manuscrite s’est vendue à 75 600 dollars.

 

Dans un communiqué de presse publié avant la vente, la vice-présidente du département des livres et manuscrits de Sotheby’s, Cassandra Hatton, a déclaré que la couronne de Biggie et les lettres d’amour de Tupac offraient et « un regard introspectif, à leur manière, sur les personnalités derrière leurs personnalités publiques respectives ».

« Depuis sa naissance dans le Bronx dans les années 1970, le hip hop est devenu une force culturelle mondiale, dont l’influence massive continue à façonner tous les domaines de la culture : musique, mode, design, art, cinéma, attitudes sociales, langue et plus encore », a-t-elle déclaré. « Cette vente est une célébration des origines et des premières époques de cette influence ».

 

 

La vente aux enchères de mardi a également mis en avant divers produits de luxe inspirés du hip hop et des œuvres d’art contemporain. Une collection de boxes des années 1980 et 1990, transformée en une installation artistique intitulée « The Wall of Boom » par DJ Ross One, a été l’une des plus grandes ventes de la soirée, s’élevant à plus de 113 000 dollars.

Parmi les 120 lots figuraient également un certain nombre d' »expériences », dont une dégustation de vin virtuelle avec Big Daddy Kane et une séance de stylisme privée avec le créateur de mode de Harlem, Dapper Dan.

Une partie des recettes de la vente sera reversée à des organisations caritatives, dont la Queens Public Library Foundation de New York, qui coordonne les programmes communautaires de hip-hop.

 

Source : CNN

Written by La Rédaction