#RKelly attaqué dans sa cellule par un détenu en colère

La Rédaction

Le procès R. Kelly, accusé de plus d’une douzaine de chefs d’accusation liés à l’abus de six femmes, devrait se tenir le 29 septembre. Entre-temps, un déténu en colère l’aurait attaqué dans sa cellule, tandis que Donnell Russell, son manager a été accusé le 14 août dernier pour un coup de fil de menace passé au Théâtre de New York en 2018. Deux autres de ses associés ont également été inculpés en début de semaine pour avoir prétendument tenté de soudoyer des accusatrices.

Attaqué par un déténu agacé par les conséquences des manifestations devant la prison

Selon le site TMZ, un détenu frustré aurait attaqué et sauté sur Kelly dans sa cellule. De sources policières, l’incident se serait produit à l’intérieur du Metropolitan Correctional Center de Chicago. Kelly était tranquillement assis sur son lit lorsqu’un autre détenu est entré dans sa cellule et a commencé à le frapper.

L’agresseur  était en colère contre le fait que le centre de détention ait été fermé à plusieurs reprises, en grande partie à cause des manifestations concernant R. Kelly devant la prison.

La bagarre n’aurait pas duré longtemps, et on ne sait pas si un autre détenu ou des gardiens l’ont interrompue. Kelly a été examiné par un médecin, qui n’a relevé aucune fractures ni blessures graves.

Un porte-parole du Bureau fédéral des prisons a déclaré à TMZ … qu’il ne pouvait pas commenter les conditions de détention ou le statut médical d’un détenu pour des raisons de confidentialité et de sécurité. Steven Greenberg, l’avocat de Kelly, contacté par le site, a refusé de discuter de l’incident mais a tenu à préciser que Kelly était un détenu modèle.

Le site rapporte également qu’en 2019, lorsque Kelly se rendaient à la prison du comté de Cook, les 6 100 détenus de l’établissement ont dû rester assis à chacune de ses visites.

Donnell Russell, manager de R. Kelly avec son client

 

L’Affaire du coup de fil au Théâtre de New York

La projection d’un documentaire sur les allégations d’abus sexuels, « Surviving R. Kelly », en présence de certaines victimes devait être projeté le 4 décembre 2018 au Théatre NeueHouse de Manhattan. Certainement pour perturber la diffusion, Donnell Russel, aurait appelé le théâtre et prétendu que quelqu’un dans la foule allait « tirer » sur l’endroit lors de la projection. « Au moment de l’appel de menace, les invités étaient déjà arrivés pour la projection », selon la plainte. « Finalement, la projection a été annulée et les invités ont été évacués de la scène. Aucune fusillade n’a jamais eu lieu. »

Suite à cet appel, Russell et un autre associé de R Kelly aurait pondu une déclaration dans laquelle il désignait le chanteur comme la principale victime : « M. Kelly est une fois de plus visé et accusé d’actes indépendants de sa volonté. Pendant des mois, nous avons vu son nom calomnié, et des femmes qu’il aimait profondément, ainsi que sa famille, tenter de ternir son image pour leur propre profit financier »

Audrey Strauss, procureur par intérim du district sud de New York, a déclaré : « En menaçant prétendument de tirer sur le théâtre, Russell a empêché la projection, à laquelle devaient  assister un certain nombre de victimes présumées de R. Kelly. »

« Les menaces de violence armée visant à intimider et à réduire au silence les victimes d’abus sexuels sont illégales et inacceptables. Nous nous engageons à enquêter sur ces crimes et à les poursuivre avec détermination », a-t-elle ajouté.

Des accusations qui viennent s’ajouter à une autre qui vise Russell, ainsi que Richard Arline Jr. et Michael Williams – deux associés de R. Kelly – pour tentative de harcèlement, intimidation, et menace ou tentative de de  corruption de victimes dans une affaire de racket, en instance devant la cour fédérale de Brooklyn.

Written by La Rédaction