[Interview] Daniel Dalin : Outre-Mer, les raisons de la colère et de la manifestation (Part. 2)

Une manifestation aura lieu samedi

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

Les Outre-mer jouent leur survie et sont plus que jamais dans une colère noire. Daniel Dalin président du #CREFOM estime que l’heure n’est plus aux rafistolages, aux petits pansements et ravalements de façade. L’urgence, une explosion des violences, un long cortège de promesses non tenues, une envolée vertigineuse des inégalités, et des discriminations de tous ordres, territoriales, raciales, sociales, et surtout ce génocide sur les Antillais empoisonnés au #Chlordécone et sur lequel l’Etat persiste à ne pas reconnaître sa responsabilité.

Black News : Vous appelez à manifester avec un nombre important de revendications parmi lesquelles les discriminations. Quelles sont-elles exactement ?

Daniel Dalin : Ce sont des discriminations systémiques, notamment sur les politiques de santé en Outre-mer . Les sargas qui envahissent nos îles de la Martinique et de la Guadeloupe mettent en péril les entreprises et la population ; l’Etat tarde à mettre en place de vrais moyens, ce qu’il ne ferait pas par exemple pour la Bretagne polluée par les algues vertes. Les professeurs des écoles qui sont envoyés en Métropole pour des formations alors qu’on pourrait les faire localement. Pourquoi, autant de gendarmeries dans les départements d’outre-mer alors qu’une réforme a permis la diminution drastique de celle-ci dans l’Hexagone ? La présence d’autant de militaires non ultramarins prouve la défiance de l’État envers les populations locales. Alors qu’il y a un nombre important de policiers ultramarins qui souhaitent exercer dans leur département d’origine. Les fonctionnaires ultramarins à haute valeur ajoutée aimeraient retourner exercer chez eux, afin d’apporter leur expérience et pourtant le privilège est permis encore une fois aux non ultramarins, c’est encore la cooptation qui prévaut. Les cadres dirigeants en outre-mer sont monocolores, même dans le privé. Je pense que l’Etat et les élus devraient être plus vigilants. Le principe de l’égalité des chances est bafoué quand il s’agit des Ultramarins alors que nous sommes français. Autant avant j’étais contre la discrimination positive, maintenant je suis pour.

Black News : Et sur les inégalités de traitement ?

Daniel Dalin : Saint-Martin peine à se reconstruire, parce que l’État avance très lentement sur ce sujet. Contrairement à la Cathédrale de Notre Dame où il n’y a pas eu de victime, et pour laquelle on a déjà annoncé la durée des travaux. Je tiens à saluer le combat durement mené par les 500 frères (trop violent) notamment Yvane Goua, et Olivier Goudet. Vous avez aussi le salaire comme inégalité de traitement. Par exemple à Mayotte, le secrétaire général de la préfecture dit que pour tel type d’emploi, il n’y a pas de locaux. Pourtant ce sont des emplois d’encadrement « cadre A ». Il serait intéressant de regarder le trombinoscope pour constater qu’à compétence égale, les locaux sont absents.

« Cela fait partie des séquelles de l’esclavage le plus foncé était diabolisé et le plus clair valorisé […] Certains pensent qu’ils bénéficient d’une intelligence supérieure parce que leur couleur de peau se rapproche de celle du maitre Blanc. »

Black News : Pourtant les discriminations existent aussi entre les habitants de ces territoires en fonction de la couleur de leur peau, du plus clair au plus foncé ?

Daniel Dalin : Oui, c’est navrant.  Malheureusement, c’est un héritage de l’esclavage. Cela fait partie des séquelles de l’esclavage le plus foncé était diabolisé et le plus clair valorisé ; durant plusieurs siècles, ce message est savamment distillé auprès des populations. Certains pensent qu’ils bénéficient d’une intelligence supérieure parce que leur couleur de peau se rapproche de celle du maitre Blanc. Heureusement, les mentalités ont évolué. Le CREFOM a décidé de se rapprocher de toutes les ambassades d’Afrique afin de tisser des ponts sur des projets culturels, touristiques et économiques. La diaspora du 6ème DOM est liée à celle de l’Afrique subsaharienne. Notre Secrétaire générale Anthony Ételbert a déjà rencontré quelques ambassades notamment celle du Mali et du Togo. Nous avons été très bien reçus.

Black News : La question noire est donc importante ? Est-ce que vous ne vous dites pas des fois que si vous étiez blanc vous seriez davantage pris au sérieux ?

Daniel Dalin : C’est incontestable ! Constatez par vous-même !

Black News : Concernant la relation entre Noirs et Blancs dans les territoires, elles sont encore plus visibles dans les affrontements entre les forces de l’ordre et la population. Comment avez-vous réagi face à l’affaire du Jeune Kéziah Nuissier ?

Daniel Dalin : Nous avons fait un communiqué pour un appel au dialogue face à cette arrestation musclée. Le dossier est en cours, je ne peux malheureusement pas en dire plus. Mais nous avons bon espoir…

Black News : Vous travaillez dans la fonction publique hospitalière, là où il y a beaucoup d’ultra-marins. Est ce qu’il y a du racisme ?

Daniel Dalin : C’est beaucoup plus nuancé que ça. Le traitement dans les hôpitaux est différent selon les affaires. Par exemple, il y a des aides-soignantes qui veulent devenir infirmières, on leur trouve des excuses pour ne pas passer les examens, alors qu’une aide-soignante blanche va y arriver. De plus, avec les congés bonifiés, le cadre va aussi se comporter différemment. En effet, on assiste à une véritable régression sociale. C’est subtil et sournois, l’AP-HP recrute de moins en moins d’ultramarins car l’assistance publique a dû faire face à la suppression de la ligne budgétaire qui permettait de remplacer un agent ultramarin qui partait en congé bonifié.

Black News : Quel est votre fonction exacte dans cette administration ?

Daniel Dalin : Je suis adjoint des cadres hospitaliers, détaché permanent syndical au titre de la CFDT santé sociaux.

Black News : Poursuivons la liste de vos revendications… Quelles sont les promesses non tenues ?

Daniel Dalin : Par exemple France Ô. Macron, la main sur le cœur, a juré qu’il ne toucherait pas à France Ô. Maintenant, nous devons rester vigilants sur l’application du pacte de visibilité, nous savons que la députée Maud Petit fera le job. Le président de la Délégation aux Outre-mer Olivier SERVA, a tout de suite pris les choses en main contrairement à ce que d’autres veulent faire croire. Il s’est tout de suite intéressé à nos problèmes, allant d’ailleurs jusqu’à lancer un rapport d’informations sur toutes les discriminations faites en Outre-mer et dans l’Hexagone envers les ultramarins Et pas que…

« Si les Ultramarins étaient des casseurs, peut-être qu’on nous respecterait. La population ultramarine est bien éduquée et trop méprisée. »

Black News : Vous n’êtes quand même pas dupe des promesses de campagne des candidats à l’élection présidentielle ? Vous connaissez le fameux adage : « les promesses n’engagent que ceux qui y croient » ?

Daniel Dalin : Il nous a dit qu’il respecterait France Ô, qu’il respecterait les congés bonifiés. Sur les congés bonifiés, ils nous ont aussi supprimé un mois sous prétexte de partir plus souvent mais moins longtemps.

Black News : Vous pensez que ce système va encore durer ?

Daniel Dalin : Dans dix ans, je pense que c’est terminé. Le but de ces gens -là, c’est de nous supprimer les congés bonifiés.

Black News : Donc vous êtes inaudibles au CREFOM ?

Daniel Dalin : La communauté ne s’est pas assez mobilisée. C’est aussi la faute des syndicats de fonctionnaires. Je suis syndicaliste et j’ai dû secouer le mien. Si les Ultramarins étaient des casseurs peut-être qu’on nous respecterait. La population ultramarine est bien éduquée et trop méprisée.

Black News : On en revient donc à la couleur de la peau. A Saint- Pierre et Miquelon, on n’entend pas ce genre de revendication ?

Daniel Dalin : Je pense qu’ils n’ont pas besoin de nous, même si c’est un territoire d’Outre-mer.

Black News : Concernant les réparations, qu’elle est votre position ? On sait que le CRAN a obtenu un certain nombre de choses…

Daniel Dalin : Au CREFOM, on a débattu et on souhaitait des réparations politiques. Prenez l’exemple des Français de l’étranger qui participent aux élections pour la France. Et bien, je souhaite que les Ultra-marins aussi puissent avoir leurs représentants. Comme la Délégation à l’Égalité des Chances, elle est nécessaire, il faut lui donner les moyens de travailler, elle a été créée pour traiter les problèmes des ultramarin de l’Hexagone. Je pense que j’emmènerai le CREFOM vers ce combat. Pour moi, c’est une forme de réparation morale.

« …Je crois que nous autres ultramarins sommes beaucoup trop serviles ; nos élus dans les Outre-mer l’ont très bien reçu et ont financé cette fondation. Ils auraient dû garder l’argent pour aider le monde culturel. »

Black News : Et Jean-Marc Ayrault à la tête de la Fondation pour la mémoire de l‘esclavage ?

Daniel Dalin : Je m’interroge quant au fait de la nomination d’un franco-allemand à la tête d’une institution pour la mémoire de la Shoa ? La réponse se trouve dans la question, une telle situation n’est tout simplement pas possible. Je crois que nous autres ultramarins sommes beaucoup trop serviles, nos élus dans les Outre-mer l’ont très bien reçu et ont financé cette fondation. Ils auraient dû garder l’argent pour aider le monde culturel (cinéma, artiste etc.).  Il pourrait financer la politique mémorielle dans leur région. Ayrault, lui, aurait dû obtenir tout son financement de la Métropole, il aurait dû les obtenir des entreprises qui se sont enrichies avec le commerce triangulaire, la traite. Il les connait, pourquoi aller demander l’argent en Outre-mer ? Aujourd’hui, la fondation ne fait pas le travail, mais le gouvernement s’en fout. La fondation a été possible grâce au travail de longue haleine mené par des militants  de plusieurs associations qui l’ont fait bénévolement. C’est une question de respect et de considération politique.  Il n’y a qu’à nous qu’ils se permettent de faire ça.

Black News : Pour finir un mot sur Colbert et le nom des rues qui portent le nom de négriers ?

Daniel Dalin : Dans l’Hexagone cela m’est égal, à condition de mettre des plaques explicatives, mais aux Antilles et en Afrique,c’est autre chose. Il serait temps aussi de nous raconter la véritable histoire de l’Abbé Grégoire qu’on nous a caché, ce raciste. Quand je vois JM Ayrault demander de changer le nom de la salle Colbert à l’Assemblée, ça me fait rire parce qu’à une époque il était Premier ministre et il n’a rien fait. Moi J’appelle cela de la démagogie, de l’opportunisme, encore une fois comme je vous l’ai dit, ils se cooptent entre eux.

Written by Lise-Marie Ranner Luxin