#Etats-Unis. Au cœur de La NFAC, la milice qui a défié le KKK le jour de la fête de l’indépendance

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

 

Le 4 juillet, jour de l’indépendance, des centaines de citoyens noirs armés ont défilé dans un bastion du Ku Klux Klan (KKK) en Géorgie, aux États-Unis. La NFAC, pour Not Fucking Around Coalition, se décrit comme une milice noire. Ses membres armés en défilant de manière pacifique, sur un lieu de rassemblement de suprémacistes blancs, ont lancé un avertissement aux « ploucs » !

 

Stone Moutain, un lieu hautement symbolique 

Selon Fox News, les «manifestants», que la police locale estimait à «environ 200», se sont rassemblés à Stone Mountain Park. Ce lieu de rassemblement n’est pas un hasard. C’est un mémorial au général Robert E Lee, au président confédéré Jefferson Davis et au général Thomas J « Stonewall » Jackson, tous les trois sont des héros confédérés et vénérés par les suprémacistes blancs. A l’heure où les activistes du mouvement Black Lives Matter déboulonnent des statues à la gloire de personnages esclavagistes aux Etats-Unis et dans de nombreux autres pays, ces manifestants réclament eux aussi la destruction de cette sculpture gigantesque gravée dans la roche ainsi qu’une réparation pour les siècles d’esclavage subis par les personnes noires.

 

De nombreuses images et vidéos virales, publiées sur les réseaux sociaux

Les manifestants des hommes et des femmes, vêtus de noir, portent un masque ou un foulard sur le visage et sont armés. Certains d’entre eux manient des armes de guerre et arborent des munitions en bandoulière. Une vidéo diffusée sur YouTube, montre l’intégralité de l’action. Elle permet d’en savoir davantage sur cette organisation, qui se présente comme la NFAC, pour « Not Fucking Around Coalition ». En amont de la marche, les participants se sont réunis sur un parking. Un homme, armé lui aussi, monte sur une table et exhorte chacun et chacune à se placer en formation militaire, immobile, en silence, l’arme pointée vers le sol. « Nous sommes une milice noire »dit-il.

 

Plus tard, au cours de la marche, ce même homme s’agenouille et s’exprime dans un mégaphone. Il demande alors aux suprématistes blancs de venir les confronter. « Je ne vois pas de milice blanche, on est là. Vous êtes où ? On est chez vous », dit-il, avant de se relever.

 

Grandmaster Jay, ancien militaire, artiste de hip-hop et activiste, initiateur de la marche

L’homme à la tête de cette marche se fait appeler Grandmaster Jay. Très présent sur les réseaux sociaux, il regroupe sur Instagram une communauté de 73 600 followers et se présente comme le créateur du NFAC. Sur Facebook, dès le 28 juin, il lançait un appel à un rassemblement armé mais pacifique, à Stone Moutain ainsi qu’à Phoenix, dans l’Arizona, à la même heure. Personnage aux multiples casquettes, Grandmaster Jay, de son vrai nom John Fitzgerald Johnson, est un ancien militaire, artiste de hip-hop et activiste contre le racisme et les violences policières. En 2016, il s’est porté candidat à l’élection présidentielle américaine. Son fil Instagram montre également qu’en décembre 2018, il affichait son soutien aux Gilets jaunes, arguant : « La vraie liberté est contagieuse ».

 

View this post on Instagram

The Mainstream Media is owned by businesses that control what you are told. A misinformed public makes misinformed decisions. History is repeating itself once again but this time they want you to be distracted so they dont lose control over you. Laws only work if you obey them. However once the system becomes broken the laws mean nothing. You are being lied to or just not being told about the implosion happening across Europe. Why? Because the same reasons they are destroying THE SYSTEM exist here in the US. And this type of response is more than an expression of public disobedience. This is a full blown revolution against Global Control in which we all are slaves to debt to the ruling elite. MSM does not want you getting the idea that you can overthrow and rebuild the system in the US. Because you can. But many of you are straight scared or socially engineered to be anything but a warrior. I would advise you to rethink that before you find yourself labled as an enemy too. #yellowjacket #yellowvest #freedom #resetthegame

A post shared by The Official Grand Master Jay (@theofficialgrandmasterjay) on

 

 

« On n’est pas là pour chanter des chansons »

Interviewé peu après la manifestation Grandmaster Jay semble revendiquer des positions séparatistes. Il demande que les Etats-Unis donnent à tous les descendants d’esclaves africains américains un morceau de terre. « Qu’ils nous laissent faire notre truc dans notre coin », « our own thing », dit-il. « Qu’ils n’essaient pas de nous arrêter ou bien on ira ailleurs, créer notre propre nation » ajoute-t-il. Discret sur la date de création précise de la NFAC, il précise toutefois que le mouvement réunit de nombreux anciens militaires, disciplinés, rompus au maniement des armes. « On ne veut plus discuter, on ne veut plus négocier. On n’est pas là pour chanter des chansons, on n’apporte pas des pancartes dans des manifestations armées. » Il décrit le NFAC comme «an eye for an eye organization », c’est-à-dire une organisation qui rend coups pour coups. « Quand ils décideront de faire les choses bien, nous ferons les choses bien », a encore déclaré l’activiste.

 

Une manifestation impressionnante mais dans le calme

La manifestation s’est déroulée dans le calme. Selon des propos cités par l’agence Reuters, un responsable de l’association du monument de Stone Moutain a indiqué à une chaîne de télévision locale: «C’est un parc public, il y a des manifestations des deux côtés de cette question, de temps à autre. Nous respectons le premier amendement [relatif à la liberté d’expression, ndlr]. Nous comprenons que cette question soit sensible, ici au parc… Donc nous les respectons et les autorisons à entrer tant que c’est pacifique, et c’était le cas ».

Written by Lise-Marie Ranner Luxin