blacknews.fr

Dove et la Coalition contre la discrimination des cheveux afros

La marque Dove vient de publier un rapport, accompagné par un clip, qui dévoile le taux et l’âge alarmants auxquels les filles noires subissent une discrimination capillaire.

Une coalition contre la discrimination capillaire

C’est une coalition soutenue par la marque de soins corporels. Rédigé en 2019 par Dove et la CROWN Coalition, en partenariat avec la sénatrice d’État Holly J. Mitchell de Californie, le Crown Act vise à “assurer la protection contre la discrimination basée sur les coiffures fondées sur la race en étendant la protection légale à la texture des cheveux et aux styles de protection tels que les tresses, les locks, des torsions et des nœuds sur le lieu de travail et dans les écoles publiques.” 

La marque Dove vient de publier un nouveau rapport, Dove’s 2021 CROWN Research Study for Girls (L’étude CROWN 2021 de Dove pour les filles), qui dévoile le taux et l’âge alarmants auxquels les filles noires subissent une discrimination capillaire.

Poursuivant son engagement dans le cadre de la législation The CROWN Act, l’étude révèle que 53 % des mères noires, dont les filles ont subi une discrimination capillaire, disent que leurs enfants l’ont vécue dès l’âge de 5 ans, et environ 86 % des adolescents noirs affirment l’avoir enduré dès l’âge de 12 ans.

Pour faire comprendre les effets stupéfiants que la discrimination capillaire a sur les jeunes enfants noirs et leurs familles, Dove a sorti un court métrage,  As Early As Five pour accompagner le rapport. Le court métrage décrit trois scenarii, tous inspirés d’événements réels, dans lesquels une jeune fille a subi une discrimination capillaire fondée sur la race : d’abord lorsqu’elle est à l’école primaire, puis au lycée et plus tard lorsqu’elle atteint l’âge adulte.

“Notre étude de recherche révolutionnaire CROWN 2019 a révélé que les femmes noires sont 80% plus susceptibles de changer leurs cheveux de leur état naturel pour s’intégrer au bureau.”

“Notre étude de recherche révolutionnaire CROWN 2019 a révélé que les femmes noires sont 80% plus susceptibles de changer leurs cheveux de leur état naturel pour s’intégrer au bureau. Maintenant, ce nouveau corpus de recherche met en lumière la nature omniprésente et l’impact profond de la discrimination capillaire sur les filles noires, soulignant l’impact multigénérationnel horrible des normes de beauté étroites en Amérique”, précise Esi Eggleston Bracey, EVP & COO d’Unilever North America. “Ces préjugés continuent de perpétuer un examen injuste et une discrimination à l’encontre des femmes et des filles noires pour avoir porté des coiffures inhérentes à notre culture. C’est inacceptable et c’est pourquoi il est impératif que tout le monde rejoigne le mouvement pour rendre illégale la discrimination capillaire à l’échelle nationale grâce à l’adoption de la loi CROWN”,

Dove a continué d’être à la hauteur de sa mission de sensibilisation à la législation de la loi CROWN et de susciter l’urgence parmi les parents, les administrateurs scolaires et les défenseurs de signer la pétition de la loi CROWN.

Si la législation était adoptée, elle rendrait illégale la discrimination capillaire fondée sur la race dans tout le pays.

Source : Ebony

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Votre inscription a bien été enregistrée ! Merci

%d blogueurs aiment cette page :