blacknews.fr

Des chansons de Michael Jackson, contestées par des fans, retirées des services de streaming

Trois chansons de Michael, l’album posthume de 2010 du king of Pop, contestées par des fans qui arguaient que Michael Jackson n’aurait pas été le véritable interprète, ont été supprimées des services de streaming par Sony Music et la succession du chanteur.

 

 

Un contrat à 250 millions de dollars

La succession de Michael Jackson et Sony Music, qui a acquis les droits sur le matériel inédit du chanteur pour un montant de 250 millions de dollars en 2010, indique que les chansons contestées par les fans comme n’ayant pas été réellement chantées par Michael, ont été supprimées dans le but de “dépasser” la controverse, mais maintient effectivement que les chansons n’ont pas été falsifiées.

“La succession de Michael Jackson et Sony Music ont décidé de supprimer les morceaux “Breaking News”, “Monster” et “Keep Your Head Up” de l’album de 2010 “Michael” comme le moyen le plus simple et le meilleur d’aller au-delà de la controverse associée à ces pistes une fois pour toutes“, lit-on dans le communiqué publié mardi 5 juillet. “Les morceaux restants de l’album restent disponibles. Rien ne doit être lu dans cette action concernant l’authenticité des pistes – il est juste temps d’aller au-delà de la distraction qui les entoure”, conclut le communiqué.

Les chansons en question ont été au centre d’une campagne judiciaire inhabituellement agressive menée par des fans, finalement remportée par Sony en 2018. Elles auraient été enregistrées en 2007 avec les auteurs-compositeurs/producteurs Edward Cascio et James Porte, deux ans avant la mort de Jackson. Les fans ont longtemps affirmé qu’un chanteur américain nommé Jason Malachi avait en fait chanté les trois chansons, et il l’aurait prétendument admis dans un message Facebook de 2011, selon TMZ, bien que son manager l’ait nié plus tard, affirmant que le message était truqué.

Une action judiciaire qui date de 2014

L’action en justice a commencé en 2014, lorsqu’un fan a tenté de mener un recours collectif en prétendant que les notes sur la pochette de l’album, qui désigne Michael Jackson comme le chanteur, sont en fait une fausse déclaration en vertu de la loi californienne sur la concurrence déloyale et de la Consumers Legal Remedies Act. Cependant, la cour d’appel a statué que parce que la succession et Sony ne savaient avec certitude si Jackson avait ou non chanté sur les trois chansons, la couverture de l’album et le matériel promotionnel étaient protégés par le premier amendement.

“Dans ces circonstances, les représentations de l’identité du chanteur équivalaient à une déclaration d’opinion plutôt qu’à un fait”, écrivait à l’époque le juge d’appel californien Elwood Liu. “Le manque de connaissances personnelles ici signifie également que les déclarations contestées des plaignants ne correspondent pas à la définition du discours qui est” moins susceptible d’être refroidi par une réglementation appropriée “.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Votre inscription a bien été enregistrée ! Merci

%d blogueurs aiment cette page :